Wednesday , 19 June 2024

Les pèlerins ont hâte de fouler la Terre sainte

Quelques heures avant l’embarquement, nous avons rencontré plusieurs pèlerins qui nous ont fait part de leurs sentiments d’être choisis par le Créateur pour faire le Grand voyage.

Heematally Alikhan : « Une faveur du Tout-Puissant »

Heematally Alikhan, accompagné de son épouse, est heureux de faire ce voyage spirituel. C’est son deuxième voyage en Terre sainte après avoir accompli l’Umrah, il y a quelques années. Il concède avoir fait beaucoup d’efforts pour répondre présent à l’appel du Créateur qui l’a choisi pour venir devant la Ka’aba. Il dit qu’il sera un invité privilégié qui ne manquera pas de demander des du’as pour sa famille, ses proches, les Mauriciens en général et sans oublier les Palestiniens.

En Terre sainte, Heematally Alikhan va se concentrer spirituellement et il n’y a pas de doute qu’Allah ne le laissera pas retourner les mains vides. Il espère que tout se passera bien et que les millions de Hadjees du monde entier pourront bénéficier des faveurs du Tout-Puissant.

Sowlay Nasseeben : « Ou pa pou vinn misere kan pou ale fer Hadj »

Pour Sowlay Nasseeben, 65 ans, accomplir le Hadj est avant tout l’accomplissement d’un des piliers de l’Islam. Il ne cache pas qu’il s’enquérait régulièrement auprès de l’ICC quant au moment où il pourra enfin faire ce voyage. « Kan monn gagne call depi ICC, ti ena enn gran lazwa dan mo leker », admet-il.

L’habitant de Vacoas concède qu’il a dû beaucoup économiser avant de pouvoir faire ce voyage. « Mai kan ou pense pou fer Hadj boner, ou fini fer niyaat, Allah pou avoyer li, fer seki ou conten. Ou pou fer ou Hadj, ou pa pou vinn misere. Au contraire, ou pu gagne plis. Meme si ou pren tou ou cass ou met dan simé Allah, ou pa pou perdi », estime-t-il.

Son épouse, qui l’accompagne, est d’avis qu’il faut s’armer de patience lors du pèlerinage. Le couple a choisi l’itinéraire ‘Aziziya’ pour son premier Hadj.

Motalib Jhungeer : « Déterminé à accomplir le Hadj »

Motalib Jhungeer peut pousser un ouf de soulagement, car après plusieurs occasions manquées, son épouse et lui pourront enfin accomplir le Hadj. Cet habitant de Camp-Fouquereaux indique qu’il s’est préparé mentalement afin de pouvoir accomplir les rites. « Je ne sais cependant pas ce qui m’attend une fois là-bas. Mai monn fini fer mo niyyat, kan mem ceki arriv moi laba », fait-il ressortir. Cet ancien maçon se dit prêt aussi à relever les défis physiques qu’exige l’accomplissement du Hadj. « Je me considère un hard worker. Je travaille depuis que j’ai 12 ans. Monn rinter. C’est grace a l’aide Allah mem ki monn vinn kumsa », dit-il.

Parwez Jadhakhan : « Un privilège d’être l’invité d’Allah »

« C’est un cadeau qu’Allah a offert à ma famille et moi, et pour lequel je ne pourrai jamais assez Le remercier. » C’est donc avec beaucoup d’émotions que Parwez Jadhakhan, 55 ans, a partagé ses sentiments sur son voyage vers la Mecque, en compagnie de son épouse. L’habitant de Mont-Ida se réjouit d’autant plus, car l’attente a été particulièrement longue. « Mo ti lor 7000, mais sa c’est plan Allah », ajoute-t-il.

Bien qu’il souffre du genou, Parwez Jadhakhan indique qu’il ne compte pas baisser les bras en Terre sainte, quelles que soient les difficultés qu’il puisse rencontrer lors du Hadj. « Peu importe ce qui m’attend, je l’accueillerai favorablement et je le prendrai avec le sourire. Seki ariver, nou bizin aksepte li. Le plus important c’est d’avoir ce privilège d’être l’invité d’Allah », dit-il.

A. Nahoor : « Contente d’avoir été choisie par Allah »

« Je suis très émue d’entreprendre ce voyage qui est un rêve qui se réalise », dit d’emblée A. Nahoor. La Portlouisienne indique que ce voyage est l’aboutissement de nombreuses prières faites durant la nuit (Tahajjud) et les invocations incessantes lors de la Laylat-ul Qadr du dernier Ramadan. « La plus grande joie c’est d’avoir été choisie par Allah pour accomplir ce voyage. Nos moyens n’y sont pour rien », soutient-elle.

C’est en compagnie de son père que A. Nahoor fera le voyage en Terre sainte où elle sera rejointe par sa sœur qui fera le déplacement depuis l’Egypte. Leur souhait  : que leur Hadj soit accepté et qu’ils soient admis au plus niveau du paradis. L’habitante de la capitale dit avoir une pensée spéciale pour sa défunte mère.

Hazila Atawoo et son époux quittent le pays ce dimanche

Hazila Atawoo, membre active de l’ONG Muslim Ladies Council, exprime une très grande joie pour être l’invitée du Créateur et pour accomplir le Hadj cette année. C’est un projet qui lui tenait vraiment à cœur. Elle prend l’avion pour la Terre sacrée, ce dimanche 26 mai, accompagnée de son époux.

Outre le fait d’être une travailleuse sociale très dévouée, la quadragénaire est toujours présente pour apporter son soutien au MLC. Hazila Atawoo est ‘Head of Unit’ à l’Open University of Mauritius tout en y étant ‘part-time lecturer’. Elle se prépare également pour son doctorat qu’elle terminera dans les mois à venir.

Mercredi, le couple en partance pour le Hadj a reçu la visite de plusieurs membres du MLC, à sa résidence à Rose-Hill, pour le souhait du Hadj au couple. La présidente, Mariam Goodur, qui a accompli le Hadj en 2016, a prodigué quelques conseils à Hazila et à son époux afin que leur pèlerinage se déroule sans anicroche.

Irfaan Mungroo : « Le plus beau cadeau de ma vie »

Le visage souriant, Irfaan Mungroo (à dr. sur la photo ci-contre) avait l’air joyeux de partir en Terre sainte pour accomplir l’un des 5 piliers de l’Islam. « Allah m’a accordé le plus beau cadeau de ma vie. C’est mon premier Hadj et je compte en tirer le maximum. Mo pena mot pou exprime mo remerciema à Allah ki finn soizir moi kouma so invité », dit-il.

Irfaan Mungroo dit que son objectif sera de tirer le maximum de bénédictions et de retourner les mains pleines. À Makka et Madinah, il n’oubliera pas de demander des du’as pour sa famille, ses proches, ses amis, pour le pays et sans oublier les Palestiniens.

Yousouf Jumoorty : « Boukou lazwa dan mo leker »

Yousouf Jumoorty, 85 ans, est parmi les pèlerins les plus âgés qui se rendent en Terre sainte pour accomplir le Hadj cette année. « Mo konten mo pe aler. Ena boukou lazwa ek lemotion dan mo leker. Mo envi ale get Ka’aba au pli vit », nous a-t-il dit, vendredi.

Yousouf Jumoorty est à son deuxième pèlerinage et malgré son âge avancé, il se sent en pleine forme pour affronter ce voyage spirituel de toute une vie. « Mo finn fer boukou sakrifis dan mo lavi ek mo fier seki mo finn akomplir », avance-t-il. Né en 1939, Yousouf Jumoorty a travaillé dans l’industrie du transport durant beaucoup d’années. Il a commencé comme apprenti dans un garage avant de se joindre à la compagnie d’autobus United Bus Service.

Eshan Jugroo : « Sentiment de tristesse et de contentement »

Eshan Jugroo et son épouse sont à leur premier pèlerinage en Terre sainte. Excité à l’idée de faire le plus beau voyage de sa vie, Eshan Jugroo nous laisse entendre qu’il « ressent un sentiment de tristesse mêlé de contentement ». Il est triste de quitter ses proches pour un mois, mais de l’autre côté, il est content de faire ce voyage qui restera à jamais gravé dans sa vie.

Il fait ressortir que chaque musulman du monde entier a ce désir d’accomplir le Hadj avant de quitter ce monde, mais le choix revient au Créateur qui choisit la personne qui sera son invité. Il ajoute que le Hadj est important mais que l’après-Hadj est encore plus important pour tous ceux qui ont eu ce privilège. « Ou pou bizin konn gard sa gran responsabilite la ek fer honneur a ou titre de Hadjee », dit-il.

Mamode Raffick Eckburally : « Je ressens une profonde émotion »

Raffick Mamode Eckburally n’a pas de mots pour exprimer son contentement à l’idée de se rendre en Arabie saoudite pour le Hadj. Accompagné de son épouse, il nous dit qu’il ressent une profonde émotion et qu’il est content d’avoir eu la chance d’accomplir l’un des 5 piliers de l’Islam. Il se réjouit d’avoir eu une bonne formation avant de partir et espère que les 5 jours de Hadj seront les plus beaux de sa vie.

Bhai Raffick remercie ses proches pour leur soutien et tous les mussallis de sa région. Il souhaite que tout se passe bien et que dans un mois, il sera de retour parmi les siens.

Fareed Meerun : « Pe ale fer enn gran travay »

Fareed Meerun, 69 ans, indique qu’il était très heureux quand il a appris de l’ICC qu’il aura la possibilité d’entreprendre le voyage à la Mecque cette année. Ce, après une attente de presque 7 ans. « Premier fois mo pe aler ek sa travay ki pe ale fer la, enn gran travay ca », déclare le retraité qui fait le voyage en compagnie de son épouse et de sa tante.

Ayant travaillé dans la section ‘maintenance’ d’une compagnie spécialisée dans la production de boissons gazeuses, Fareed Meerun indique avoir mis de côté ses économies pour pouvoir s’offrir ce voyage. « Si ou pena moyen ou pa pou kapav aler », souligne-t-il. Une fois en Terre sainte, notre interlocuteur indique qu’il compte invoquer le Créateur en faveur de plusieurs de ses proches. Il a d’ailleurs sorti des feuilles de papier de sa poche sur lesquelles il a rédigé les du’as qu’il compte demander pour ses proches. « Monn mark tou ladan la », précise-t-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

À deux semaines du début du pèlerinage : les Mauriciens bien installés en Terre sainte

Plus de la moitié des pèlerins mauriciens sont déjà en Terre sainte et sont bien …