jeudi , 2 juillet 2020

Professionnels en confinement : une période de réflexion profonde

Carrière professionnelle, engagement social, philosophie de la vie… Autant d’aspects de notre quotidien sur lesquels de nombreux Mauriciens ont pu porter des réflexions au cours du confinement qui a duré plus de deux mois. Sur quoi ont bien pu cogiter les jeunes professionnels ?

Aamirah Mohangee : «La patience est une vertu qui s’est perdue»

Aamirah Mohangee est enseignante. Elle révèle qu’elle a eu l’occasion de réfléchir sur de nombreux aspects de la vie au cours du confinement. « Je me suis rendue compte que beaucoup d’entre nous se sont adonnés à diverses activités à la maison durant cette période. En temps normal, nous n’aurions peut-être jamais consacré notre temps à de telles activités en trouvant à chaque fois une excuse. À bien y réfléchir, nous avons toujours du temps, car tout est une question de priorité », dit-elle.

Aamirah estime aussi que dans un monde où la gratification instantanée est la norme et où tout est à portée de main, « la patience est une vertu qui s’est perdue » depuis longtemps. Dans un même ordre d’idée, elle pense que l’être humain a perdu cette capacité qui est de s’assoir en silence et d’apprécier toutes ces petites choses qui contribuent à rendre notre vie plus meilleure. « Par conséquent, nous voulons toujours plus. Comme beaucoup, je pensais aussi que j’allais être malheureuse pendant ce confinement en étant privée de sorties les week-ends. Mais tel n’a pas été le cas », avance la jeune femme.

Par ricochet, ce confinement a aidé l’enseignante à réfléchir sur l’importance de l’argent. Désormais, elle confie qu’elle va mettre un peu d’argent de côté pour l’avenir. « Il faut cesser de dépenser à tous crins sans penser aux conséquences qui peuvent survenir à tout moment en ces temps incertains », conclut-elle.


Moozafar Cheergally : «Mettre de côté notre fierté et notre égo»

Moozafar Cheergally, employé dans le secteur de l’aviation, révèle que la pandémie Covid-19 lui a permis de réaliser l’importance de mettre de côté notre fierté et notre égo. « En tant que travailleur dans le secteur de l’aviation, j’ai assisté à un changement radical de mon mode de vie. Je pense que les employés de ce secteur ont vécu trois mois de stress partagés entre la frayeur de contracter le virus et celle de perdre notre emploi », explique-t-il.

Il estime que dans ce monde qui ne cesse d’évoluer à la vitesse grand V, il a réalisé que notre égo et notre fierté ne seront pas d’une grande utilité. « Nous devons unir nos forces pour aider chacun et chacune dans la communauté et prospérer ensemble en tant que nation. Le soutien moral est indispensable à tous ceux qui sont touchés par cette pandémie. Nous devons toujours nous rappeler que ce n’est qu’avec l’aide de tout un chacun que nous allons réussir », dit Moozafar Cheergally avec un brin de philosophie.


Nooruddin Allybocus : «J’ai réalisé l’importance de l’agriculture»

Nooruddin Allybocus exerce dans le domaine de l’agriculture et celui de l’éducation. Pendant le confinement, il dit avoir « réalisé l’importance de l’agriculture ». « Beaucoup de gens m’ont dit à quel point je suis chanceux d’avoir consacré du temps à l’agriculture. Heureusement, j’avais déjà planté plusieurs variété de légumes et pendant cette période de confinement, j’ai pu faire une bonne récolte  », confie le jeune homme.

En tant que président d’un club, Nooruddin a aidé les gens de son village en partagent des légumes et des fruits à ceux dans le besoin. « Pendant ce confinement, nous avons pu réaliser l’importance de la nourriture. Beaucoup de gens se sont tournés vers la culture de la terre. Si vous avez une portion de terrain, cultivez vos propres fruits et légumes », fait-il ressortir.


Ridwan Subrottee : «Réfléchir sur ma carrière dans les ressources humaines»

Ridwan Subrottee travaille dans le domaine des ressources humaines. Il estime qu’avec la crise sanitaire, la distanciation sociale est devenue importante mais peut causer une certaine frustration. Mais il est certain que de tels gestes barrières sont essentiels et peuvent améliorer les relations au travail. « Je pense que cette mesure de précaution permettra de se focaliser sur l’essentiel et de favoriser la créativité. Elle réduit aussi la difficulté à prendre des décisions et diminue le stress », souligne-t-il.

La crise sanitaire et le confinement l’ont permis de réfléchir sur la suite de sa carrière dans les ressources humaines. « J’ai déjà une licence en gestion des ressources humaines et actuellement je me concentre sur mon Master en Commerce international. Après cela, je pense suivre des cours menant à un diplôme en marketing et l’événementiel. Il ne faut jamais songer à abandonner malgré les obstacles », avance Ridwan Subrottee.


Zehreen Saumtally : «Une bonne planification est très importante»

Zehreen Saumtally, maquilleuse professionnelle, dit avoir porté des réflexions sur des aspects de la vie, auxquels elle n’avait jamais accordé de l’importance auparavant. « Ce confinement m’a appris qu’une bonne planification est très importante sur le plan professionnel. Souvent, je pensais que j’étais un peu trop stricte concernant mes rendez-vous et mon agenda. Mais je pense que j’avais raison. Si je n’avais pas privilégié une bonne planification, j’aurais eu beaucoup de problèmes à gérer la situation pendant cette crise », confie-t-elle.

La Make-up artiste a aussi cogité sur sa relation avec ses clients. « Ma relation avec mes clients a toujours été cordiale. Et cela a permis de mieux gérer cette crise. Il faut être encore plus compréhensible envers les clients  », dit-elle. Désormais, elle est d’avis qu’elle doit prendre les mesures et les précautions nécessaires pour affronter les défis à venir. « Il faut être plus vigilant à présent. Il faut se préparer à affronter l’avenir avec sérénité. Personne ne s’attendait à une telle crise », souligne-t-elle.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

SMSCWA – Eid : Lunch Party pour les Seniors

La Soonnee Muslim Senior Citizens Welfare Association (SMSCWA) a organisé, le mercredi 24 juin 2020, …