dimanche , 28 novembre 2021

Zahid Nazurally, Deputy Speaker : «Je ne laisserai personne me marcher sur les pieds»

Le Deputy Speaker, Zahid Nazurally, fait forte impression depuis qu’il dirige les travaux à l’Assemblée nationale. Il entend assumer pleinement ses responsabilités en inspirant le respect des parlementaires des deux côtés de la Chambre. Entretien.

Vous avez dirigé plusieurs travaux parlementaires ces dernières semaines. Dans quel état d’esprit abordez-vous chaque séance ?
Tout d’abord, il faut savoir que la responsabilité qui m’incombe comme Deputy Speaker est un cadeau du Tout-puissant. Quand vous savez cela, alors vous assumez pleinement cette responsabilité que vous a confiée le Tout-puissant et vous le faites d’après les enseignements du prophète Muhammad (pssl).

Ressentez-vous néanmoins une quelconque pression ?
Je suis avant tout un être humain et comme tout le monde, j’ai aussi des manquements. Mais grâce au soutien de la famille et des amis, je vais continuer à améliorer ma façon de diriger les séances. En tant que Deputy Speaker, j’ai une grande responsabilité envers le gouvernement et aussi envers l’opposition. J’ai ma façon de maintenir l’ordre et le décorum pour que tout le monde, des deux côtés de la chambre, respecte notre auguste Assemblée.

J’entretiens une relation de respect et de fraternité avec tous les parlementaires»

Comment justement veiller à ce que la démocratie parlementaire soit tout le temps respectée ?
Il faut savoir que la façon de diriger les travaux diffère d’une personne à une autre. Cependant, j’espère que tout le monde adhère à ma façon de diriger les séances parlementaires. Je m’efforce à veiller à ce que la démocratie parlementaire soit respectée et je demande au Tout-puissant de me montrer le droit chemin afin de m’améliorer. Ma façon de diriger les travaux parlementaires est une preuve que les honorables membres des deux côtés de la Chambre comprennent que je ne tolérerai aucun écart de leur part et que la discipline au sein de l’hémicycle doit primer.

Est-ce aujourd’hui de plus en plus difficile d’exercer le contrôle au sein de la chambre ?
Assumer ce poste est une grande responsabilité. Mais si vous avez la foi dans tout ce que vous faites et que vous avez une connaissance des Standing Orders, alors la conduite des délibérations peut se faire dans de bonnes conditions. La priorité du Speaker c’est d’avoir le contrôle de la chambre et la compréhension de tous les parlementaires pour que les débats soient passionnants à suivre. D’ailleurs, tous les parlementaires connaissent leurs droits et ils doivent aussi comprendre que le Speaker à la responsabilité de diriger les travaux « without fear nor favour ».

Quelles sont vos relations avec les parlementaires du gouvernement et ceux de l’opposition?
Je suis un professionnel avant tout ! J’ai étudié le droit en Angleterre et je me comporte avec les parlementaires tout comme je me comporte en face d’un magistrat et d’un juge en cour. J’entretiens une relation de respect et de fraternité avec tous les parlementaires. Le plus important, c’est la discipline et le partage d’idées. Mais je reste dans le cadre de mes fonctions en tant que Deputy Speaker. Je ne tolère aucun écart de langage et je ne laisserai personne me marcher sur les pieds. Chaque parlementaire doit aussi assumer ses responsabilités comme il se doit.

Je supplie mes compatriotes de respecter les consignes sanitaires»

Quelles sont les qualités qu’un Speaker doit avoir pour diriger les travaux?
Un Speaker doit être impartial, être à l’écoute et être prompt à réagir tout en gardant son calme en réagissant. Il faut connaître sur le bout des doigts les Standing Orders et trouver les mots justes pour calmer les ardeurs.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez eu à faire face?
Le mot ‘difficulté’ n’est peut-être pas approprié. Quand je réalise que j’ai été élu comme député de la circonscription No 10 et que le Premier ministre a trouvé que j’ai les aptitudes pour remplir les fonctions de Deputy Speaker, cela m’a fait chaud au cœur. Occuper les fonctions de Deputy Speaker n’est pas difficile. Mon apprentissage a été long mais très enrichissant. C’est un travail dynamique et je continue à apprendre pour mieux maîtriser le sujet. Aussi, les difficultés pour diriger les travaux n’existent pas quand vous maîtrisez les Standing Orders qui se trouvent dans Erskine May, un livre d’instructions bien précis et complet qui renferment les procédures parlementaires. Ce livre traite les lois et les privilèges parlementaires. Il est important que nous examinions les sections des Standing Orders en détail. Tout comme il est important pour qu’on soit au courant des structures et du contenu.

Quelle attitude adopter s’il y a de la provocation?
Vous savez l’ambiance est importante dans un parlement. Parfois, il y a des provocations des deux côtés de la chambre et c’est bien pour la démocratie parlementaire. Mais quand la provocation traîne en longueur, cela fait perdre du temps à la chambre. En tant que Deputy Speaker, j’agis selon les règlements et je demande aux membres de mettre fin à la provocation et parfois de présenter des excuses.

Parlez-nous de votre avenir politique.
Vous savez, je prends les choses au jour le jour. Je vais continuer à améliorer ma connaissance au niveau spirituel et m’assurer que j’apporte ma contribution pour que tout le monde soit heureux dans ce merveilleux pays qu’est le nôtre. Je m’engage pleinement au niveau social. Le plus important pour moi c’est qu’on vive en paix et en harmonie dans mon pays.

Dans un autre registre, le nombre élevé de décès liés au coronavirus vous interpelle-t-il?
Toute louange à Dieu qui nous a mis sur terre et vers qui nous retournerons. Certes, je suis très touché par le nombre important de décès et je suis de tout cœur avec les familles des victimes. Personne n’est à l’abri et je supplie mes compatriotes de prendre les précautions nécessaires et de respecter les consignes sanitaires. C’est triste de constater combien de nos compatriotes ont été emportés par ce virus. Prions ensemble pour que le Créateur mette fin à notre souffrance. Je prie Dieu pour donner courage aux familles des disparus pour affronter la vie sans leurs proches. Vous savez, la vie est éphémère et nous allons tous goûter à la mort. Nous partirons les mains vides sauf avec nos bonnes actions.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Dr Vasantrao Gujadhur : «La vaccination à elle seule ne résoudra pas tout le problème»

L’ancien directeur des Services de santé, le Dr Vasantrao Gujadhur, estime que la gestion de …