mercredi , 3 juin 2020

Professionnelles en confinement – Nafisah Teemul-Mahamodally : «J’ai déjà établi un plan pour le Ramadan»

Nafisah Teemul-Mahamodally exerce comme banquière. Elle confie que le début du Ramadan, qui se fera en période de confinement, est pour elle une bénédiction déguisée. « Cela tombe à pic. Je n’aurai pas à voyager chaque matin pour aller au travail et donc je serai moins fatiguée. Cela va me permettre d’avoir plus de temps pour me concentrer sur le bien-être de ma famille et aussi à mes prière durant ce mois béni », révèle cette habitante de Coromandel.

Néanmoins, elle doit avoir besoin d’une bonne planification, car elle a deux enfants âgés de 6 ans et 3 ans à s’occuper. « Le télétravail peut devenir compliqué lorsque vous avez à vous occuper de deux enfants en bas âge. Je dois m’assurer que les tâches ménagères soient faites et qu’il y ait tout le temps quelque chose à manger. Et pour le moment, j’aide aussi les enfants à faire leur devoir. Cependant, cette expérience de confinement m’a ouvert les yeux. Je pense que rien n’est impossible et qu’il faut tout simplement une bonne planification dans tout ce qu’on entreprend », dit-elle.

Ainsi, c’est avec ce même état d’esprit que Nafisah Teemul-Mahamodally a déjà établi un plan de travail pour le mois de Ramadan. « J’ai pu établir une routine pour les enfants et ils savent que tout doit se faire selon leur emploi du temps. Ils savent quand jouer, quand se connecter sur la plateforme Zoom pour apprendre et quand faire des activités pour se déstresser. Heureusement que j’ai pu trouver des activités créatives pour les occuper », ajoute-t-elle. Nafisah confie aussi que son époux lui est d’un grand soutien. « Nous partageons les tâches ménagères et il s’occupe des enfants lorsque j’ai du travail. Cela me permet aussi de me consacrer davantage à mes études universitaires en ligne », avance-t-elle. Soulignons que la jeune mère de famille s’active en vue de compléter son MBA en services financiers.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

Il faut des lieux de prière ‘COVID-compliant

A quelques jours de la fin du confinement, nous ne savons pas si nos lieux …