samedi , 28 janvier 2023

Post-Batsirai : Maurice panse ses plaies

Après 20 ans, Maurice a vécu un cyclone intense, forçant le pays en alerte 4. Les dégâts sont nombreux même si le Premier ministre, Pravind Jugnauth, juge que « les dommages n’étaient pas importants ». Voici l’essentiel des événements post-cycloniques.

  • Un mort

Ramjeet Gosto, un chauffeur d’autobus de Triolet Bus Service, âgé de 55 ans, a perdu la vie après la levée de l’alerte cyclonique, jeudi matin. Ce père de famille a percuté dans le noir un arbre tombé sur la route alors qu’il se rendait au travail.

  • Plantations endommagées

La Chambre d’agriculture a procédé à une première analyse des dégâts causés par Batsirai dans les champs de canne et les cultures. Du côté de la canne, la Chambre a noté qu’il n’y a pas eu trop de dégâts importants. « De manière globale, la pluie est bénéfique mais il ne faudra pas que cela dure trop longtemps. La pousse pourrait alors être affectée », fait-on comprendre. Cependant, la situation est différente pour la culture vivrière. Pour les champs prêts à la récolte, les pertes directes vont de 20% jusqu’à 100%.

  • Aide financière aux planteurs

Le ministère de l’Agro-Industrie, en collaboration avec le Small Farmers Welfare Fund (SFWF) et le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI), viendra de l’avant avec un plan de soutien afin de compenser les planteurs. Après le passage de Batsirai, les officiers du ministère ont fait un constat de la situation. Selon eux, outre les grosses averses, le vent a causé des dégâts importants aux ‘sheltered farm’. Le gouvernement travaille sur un plan de compensation et le montant sera annoncé incessamment.

  • Les pêcheurs  dans l’attente

Les pêcheurs ont été grandement impactés par le temps cyclonique. Selon eux, ils devront suivre l’évolution du temps pour pouvoir se prononcer. Selon un porte-parole, vu que la mer restera houleuse pendant plusieurs jours, les pêcheurs ne pourront pas reprendre leurs activités de sitôt.

  • 138 personnes dans les centres

Batsirai a obligé 138 personnes à se réfugier dans les différents centres d’urgence à travers l’île, notamment, à Tranquebar, Bel-Air, Mahébourg, Deux-frères, Plaine-Magnien, et Résidence-La-Cure, entre autres. Parmi les réfugiés, il y avait 46 enfants. En raison du protocole sanitaire, un centre d’urgence ne pouvait accueillir pas plus de 25 personnes. 165 centres de refuge ont été mis à la disposition du public.

  • Examens reportés

Les élèves du pré-primaire, primaire, secondaire et tertiaire reprendront le chemin de l’école ce lundi 7 février. Initialement, les élèves devaient reprendre l’école le mercredi 2 février. Au niveau tertiaire, certains examens ont du être reportés à des dates ultérieures.

  • Internet, téléphone, eau, électricité…

Plusieurs foyers ont privé d’internet, de téléphone, d’eau et d’électricité lors du passage du cyclone mais aussi après la levée des avertissements. Plusieurs pylônes électriques ont été endommagés, occasionnant des coupures à travers l’île. Du côté des télécommunications, certaines lignes fixes ont été endommagées par des rafales de vent ou des débris. À certains endroits, les réparations se poursuivaient durant ce week-end.

Santé

Les précautions à prendre après un cyclone

Si les premiers constats post-cycloniques sont généralement d’ordre matériel, Dr Aisha Azam, médecin généraliste, estime qu’il faut aussi accorder une importance capitale à la santé physique et mentale après le passage d’un cyclone.

Tout d’abord, il est fortement recommandé de faire bouillir l’eau avant de l’utiliser ou de consommer l’eau minérale embouteillée. Cela est applicable également pour la cuisson des aliments lors des jours, voire semaines, suivant le passage du cyclone, estime Dr Aisha Azam. « En effet, il y a de fortes chances que l’approvisionnement en eau ait été contaminé par les inondations et les eaux de pluie, ce qui est très dangereux. Faites bouillir l’eau si vous n’avez pas d’eau en bouteille. L’ébullition est suffisante pour tuer les bactéries pathogènes, les virus et les protozoaires. Si l’eau est trouble, laissez-la reposer et filtrez-la à travers un chiffon propre ou un filtre à café. Laissez l’eau se refroidir naturellement et conservez-la dans des récipients propres avec des couvercles », recommande le médecin.

Concernant les aliments, Dr Aisha Azam conseille de se débarrasser ceux qui pourraient avoir été en contact avec l’eau de pluie. « Les aliments insalubres peuvent vous rendre malade même s’ils ont une apparence, une odeur et un goût normaux. Jetez les aliments périssables qui n’ont pas été correctement réfrigérés en raison des pannes de courant; jetez également les aliments dont l’odeur, la couleur ou la texture sont inhabituelles. En cas de doute, ne les consommez-pas », précise-t-elle. Dr Azam conseille aussi de jeter tous les aliments périssables y compris la viande, la volaille, le poisson, les œufs et les restes de votre réfrigérateur lorsque l’électricité est coupée pendant une période de quatre heures ou plus.

Enfin, le médecin conseille de ne pas s’aventurer près des crues, car l’eau peut contenir des objets ou des substances nocifs comme des produits chimiques, des déchets humains, des déchets d’animaux, des animaux morts, des parasites, des insectes et des germes qui causent des maladies infectieuses. « Évitez tout contact avec l’eau contaminée. Si vous la touchez, lavez-vous les mains avec du savon et de l’eau propre si disponible. Sinon, utilisez des lingettes et des désinfectants à base d’alcool », conclut Dr Aisha Azam.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Dawa Office : environ 400 personnes formées au mariage depuis 2017

« Foundation for a lasting marital relationship ». Tel est l’intitulé d’un programme de formation …