jeudi , 2 juillet 2020

Monde du travail : aborder la reprise en toute quiétude

Maurice aborde une phase importante du déconfinement avec la reprise des activités dans plusieurs secteurs. Sur le lieu du travail, les gestes barrières seront de rigueur. Afin de mieux s’adapter à ce « new normal », Dr Akeela Inder-Gokhool, conseiller en prévention-médecin du travail du Service externe de prévention, de Belgique, nous prodigue de précieux conseils.

Plusieurs pays sont actuellement en phase de déconfinement. Les entreprises ont établi de nouvelles mesures pour assurer la continuité ou la reprise des activités de manière sûre tout en respectant les normes d’hygiène sanitaire. Dr Akeela Inder-Gokhool explique qu’il y a des mesures de prévention de base qui sont nécessaires sur le lieu du travail.

« Lavez-vous régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou à défaut utilisez une solution hydroalcoolique pour se désinfecter les mains. Touchez le moins possible le visage, la bouche et le nez. Si vous êtes malade, restez à la maison et contactez votre médecin traitant. Eternuez ou toussez dans un mouchoir à usage unique et jetez-le dans une poubelle munie d’un couvercle. Si vous n’avez pas de mouchoir, éternuez dans le pli de votre coude et non dans vos mains », préconise-t-elle.

Elle révèle que la propreté et l’hygiène sur le lieu du travail restent indispensables. La médecin énumère ces quelques conseils :

  • Les bureaux, tables, claviers, poignées des portes et autres surfaces fréquemment touchées doivent être régulièrement nettoyées et désinfectées.
  • Le nettoyage à l’eau avec un produit nettoyant classique suffit généralement. Un chiffon en microfibres a la particularité d’absorber beaucoup mieux les micro-organismes qu’un chiffon en coton. Lavez les chiffons à un programme de lavage d’au moins 60°C.
  • Les surfaces fréquemment touchées peuvent être désinfectées en plus. Optez pour un produit ayant un spectre d’action approprié et veillez à ce que sa concentration et son dosage soient correctes lors de son utilisation.
  • Dans le cas du coronavirus, il convient d’utiliser des solutions d’eau de javel à 4 % (40 ml pour 1 litre d’eau) et d’alcool à 70 %.

Prévention sur le lieu du travail

La prévention est essentielle dans le combat contre la Covid-19. Voici les recommandations du Dr Akeela Inder-Gokhool à mettre en pratique au travail :

  • Un sens de circulation défini par des flèches doit être établi à l’intérieur du bâtiment.
  • Une porte d’entrée et une porte de sortie pour les personnes externes.
  • Flacon de gel hydroalcoolique à l’entrée avec affiche pour rappeler la désinfection des mains.
  • Des points d’eau avec des essuies jetables et du savon.
  • Affiches avec port de masque obligatoire à l’entrée du bâtiment pour les personnes externes.
  • Rappel pour l’hygiène des mains dans les toilettes.
  • Gel hydroalcoolique sur chaque bureau.
  • Nettoyage fréquent des poignées de porte, rampes d’escalier et d’autres surfaces utilisés.
  • Installation de plexiglas au poste de travail où le distanciation n’est pas possible.
  • Désinfection de l’ensemble du matériel commun (imprimante etc) entre chaque utilisateur. Désinfection assurée par l’utilisateur.
  • Mise à disposition de masques pour les travailleurs.

Le port du masque au travail

Travailler avec un masque au visage est une nouvelle expérience mais certes encombrant pour beaucoup. Dr Akeela Inder-Gokhool explique que les masques buccaux peuvent aider à prévenir la propagation du virus en réduisant le nombre de gouttelettes d’une personne à une autre. « Le port du masque peut contribuer à freiner la propagation de la Covid-19 mais uniquement s’il est utilisé correctement. Le masque devient essentiel si un travailleur ou un visiteur développe des symptômes pendant le travail », précise-t-elle.

Elle tient à ressortir que le port d’un masque buccal va de pair avec les autres mesures de prévention sanitaires. Pour les gants, elle recommande de les porter uniquement si le lavage (désinfection) fréquent des mains est impossible. Concernant la distanciation sociale, elle conseille de limiter le nombre de chaises autour d’une table. « Apposez des affiches avec le nombre de personnes autorisées dans une pièce à la fois (4 m2 par personne). Assurez un nettoyage et une désinfection fréquents du réfectoire », dit-elle.

Parallèlement, Dr Inder-Gokhool réitère l’importance d’une bonne aération. « En ce qui concerne les personnes à risque, il s’agit de travailleurs qui présente une pathologie sous-jacente ou une immunité affaiblie. Les travailleurs asymptomatiques peuvent continuer à travailler. Il n’y a aucune raison médicale de conseiller à tous ces travailleurs de rester chez eux par défaut », conclut-elle.

Se préparer mentalement

La préparation mentale est une étape importante mais difficile pour la plupart des travailleurs. Dr Akeela Inder-Gokhool estime cette situation est stressante pour ces derniers, car ils ont peur d’être infectés et qu’en même temps, ils vivent une situation plus compliquée à la maison comme par exemple, la garde des enfants. « Les employeurs doivent s’assurer que leur employés savent qu’ils peuvent adresser leur questions au département des ressources humaines ou aux supérieurs hiérarchiques. Une communication claire et régulière sur la situation et sur les mesures prises, en tenant compte du bien-être mental de chacun, est essentielle pour un redémarrage en douceur », souligne-t-elle.

Selon notre interlocutrice, l’employé et l’employeur devront collaborer. « Les entreprises devront établir un plan au cas où un travailleur ou un tiers tomberait malade et que l’on soupçonnerait d’avoir été infecté par la COVID-19. Encouragez ainsi le télétravail, puisqu’il est préférable d’éviter les déplacements dans les transports en commun et les lieux très fréquentés. Limitez autant que possible le nombre de personnes présentes en même temps sur le lieu du travail. Reportez les réunions ou organisez-les à distance. Autorisez la flexibilité dans la prise de congés et étendez les horaires flexibles », fait-elle ressortir.

À propos du Dr Akeela Inder-Gokhool

Originaire de Mahébourg, Dr Akeela Inder-Gokhool a débuté sa formation en médecine en 2011 à l’université Catholique de Louvain, en Belgique. Mariée à un pharmacien, elle est maman d’un bébé. « J’ai rencontré mon époux en 2016. On voulait suivre une formation spécialisée. On a choisi la Belgique, car c’est un pays très accueillant envers les étrangers », raconte-t-elle.

Elle dit avoir choisir de se spécialiser dans la santé au travail, car elle estime que la prévention intelligente est la base de la médecine. « Cette filière est basée essentiellement sur les domaines du bien-être au travail, la santé des travailleurs, la sécurité sur le lieu du travail et éventuellement un environnement de travail optimal. Un esprit sain dans un corps sain : les travailleurs en bonne forme physique et mentale sont souvent moins malades et plus résistants. La médecine du travail est une spécialité encore méconnue à l’île Maurice », souligne Dr Inder-Gokhool.

Le rôle du médecin du travail ne se limite pas à l’examen médical des travailleurs, précise-t-elle. Grâce à ses conseils et aux évaluations régulières, ce professionnel de la santé aide aussi à construire une politique de santé efficace et adaptée aux entreprises.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

SMSCWA – Eid : Lunch Party pour les Seniors

La Soonnee Muslim Senior Citizens Welfare Association (SMSCWA) a organisé, le mercredi 24 juin 2020, …