mercredi , 15 juillet 2020
Me Fezal Khan Boodhoo

Me Fezal Khan Boodhoo : «Le mariage est trop souvent utilisé comme un moyen de sauver la face»

Attendu depuis longtemps, le Children’s Bill sera présenté à l’Assemblée nationale prochainement. L’âge du mariage va passer à 18 ans. Pour l’avocat Fezal Khan Boodhoo, le mariage est une institution et pas un moyen pour rendre licite une relation sexuelle illicite.

L’âge légal du mariage va passer à 18 ans. Qu’est-ce que cela veut dire ?
Techniquement, cela veut dire que si une personne n’a pas 18 ans, elle ne pourra pas se marier ou passer à travers une cérémonie de mariage. Actuellement, l’âge du mariage à Maurice est de 18 ans mais il existe une dérogation. C’est-à-dire, une personne âgée entre 16 et 18 ans peut se marier avec le consentement des parents du garçon et ceux de la fille ou avec la dispense d’âge accordée par le Juge en Chambre. Désormais, d’après ce que j’ai pu comprendre, la nouvelle loi va abroger cette dérogation et les personnes de moins de 18 ans n’auront pas le droit de se marier.

Que se passerait-il si une personne de moins de 18 ans décide tout de même de se marier ?
Si l’âge légal du mariage sera fixé à 18 ans, alors cette personne commettra un délit. Idem pour ceux concernés par ce mariage à l’instar de la personne qui officie la cérémonie.

Pensez-vous qu’une telle situation peut encourager le concubinage entre les personnes de 16 à 18 ans ?
Probablement. Mais avant tout, il faut mettre en perspective les raisons pour lesquelles le gouvernement est en train d’amender la loi. Il existe deux raisons. Primo, pour corriger un « mischief ». Secundo, pour respecter des conventions que le pays a signées et qui sont traduites à travers cette loi. À Maurice, la nouvelle loi que présentera la ministre Kalpana Koonjoo-Shah viendra, selon moi, honorer les conventions que Maurice a signées eu égard à la protection de l’enfant. Pour revenir à votre question, si le mariage n’est pas permis avant 18 ans et que deux personnes veulent être en couple, elles n’auront d’autre choix que de vivre en concubinage ou de contracter un mariage religieux en secret. Il faut faire attention car j’estime que la nouvelle loi s’appliquera à n’importe quelle cérémonie de mariage, civil ou religieux.

Cela peut-il cependant engendrer une pratique de concubinage entre les personnes même après l’âge adulte?
Vous savez, à travers le monde, plusieurs pays ont légiféré pour que l’âge minimum légal du mariage passe à 18 ans. Cela comprend aussi de nombreux pays musulmans tels que l’Algérie, le Bangladesh, l’Égypte, la Jordanie, la Libye, le Maroc et la Tunisie. En augmentant l’âge de mariage, cela va-t-il ouvrir la porte au concubinage ? Je dirais que cela va dépendre de plusieurs facteurs.

Lesquels ?
Par exemple, la culture dans laquelle nous vivons. Mais pour la communauté musulmane, si nous avons une bonne éducation et une bonne spiritualité, le concubinage n’est certainement pas une option. D’ailleurs, le prophète Muhammad (saw) a dit à l’intention des jeunes que « celui qui en a les moyens se marie ». Le Prophète (saw) ne faisait pas allusion uniquement à la capacité physique mais aussi à la capacité d’entretenir un foyer. Dans le cas où une personne n’a vraiment pas les moyens de se marier, le Prophète (saw) a recommandé le jeûne. Cela démontre que l’islam reconnaît qu’à un moment donné, une personne rencontrera des difficultés dans sa vie et devra attendre avant de se marier. C’est là où notre religion, notre spiritualité et le rôle des parents entrent en jeu.

Le mariage est une institution sociale puissante…

Fixer l’âge du mariage à 18 ans permettrait-il néanmoins de diminuer les cas de grossesse précoce ?
Pas vraiment. Comme je l’ai dit précédemment, la raison pour laquelle la loi va être modifiée n’est pas pour rectifier quelque méfait, car à Maurice nous ne faisons pas face à un problème alarmant concernant le mariage des mineurs. Il existe quelques cas isolés. Ce problème existe principalement en Afrique et en Asie. Cela dit, il faut se demander si cette loi va réduire le nombre de cas de relations sexuelles avec mineures ou les cas de grossesse précoce. Pas vraiment. Nous avons une loi qui interdit les relations sexuelles avec les mineurs de moins de 16 ans mais elle ne produit pas les résultats escomptés faute d’éducation et d’un mécanisme de prévention adéquat.

Qu’en est-il du nikah avant 18 ans ?
Dans le saint Coran, à aucun moment, l’âge minimum du mariage n’est mentionné. Au verset 3 de la sourate 4, Allah nous dit qu’il « est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent… ». Allah a utilisé le mot « an-nisa  » qui veut dire femmes ou dames et non filles. Au verset 6 de la sourate 4, Allah fait mention de l’aptitude au mariage mais par Sa sagesse, Il n’indique pas l’âge. Les fuqahâ (Ndlr  : juristes musulmans) ont, à leur époque, fait leur réflexion pour déterminer l’âge de l’aptitude au mariage. On parle d’il y a 1200 ans de cela.

En islam, il existe une perception que le mariage est autorisé à partir de l’âge de la puberté. Est-ce vrai ?
Oui, beaucoup de gens le disent. Certes, la puberté est un critère mais pas le seul. En islam, il existe deux types de majorité : celle de puberté et celle d’intelligence. Cette dernière donne à une personne la capacité de discernement. La puberté seule ne suffit pas pour se marier. Il faut que la personne ait une capacité de discernement pour pouvoir prendre part dans des transactions civiles. Et en islam, le mariage est un contrat qui crée des droits et des responsabilités pour les deux parties. Et il faut que chaque partie ait atteint un certain niveau de compétence pour s’engager dans ce contrat. Aussi, l’âge de la majorité de discernement n’est pas universel. C’est quelque chose qu’on évalue en temps et lieu et à l’époque où nous vivons. L’autorité en place a toutes les compétences pour décider de l’âge de la maturité de discernement et à Maurice, il est de 18 ans.

Est-il temps de revoir le fonctionnement du Muslim Family Council ?
L’institution du Muslim Family Council (MFC) n’était pas le résultat d’un well-thought solution pour les mariages des musulmans. C’était simplement un compromis légal qui avait été fait. Le plus gros challenge de nos jours c’est que le nikah est reconnu comme étant un mariage mais sans aucun encadrement légal. Aujourd’hui, nous avons des cas où de jeunes filles musulmanes se sont mariées religieusement mais après, elles ne peuvent approcher aucune Cour de justice pour faire valoir leurs droits. Je ne peux m’empêcher de me demander quelle est la fonction du MFC. Je suis certain que de nombreux musulmans ne savent pas ce que fait le MFC. Ce n’est uniquement dans les cas de divorce que l’organisme entre en jeu ou pour enregistrer les nikah. Or, il faut beaucoup plus que ça.

Sinon, quelles sont les implications sociales de l’introduction d’une nouvelle loi sur la protection des enfants ?
Tout simplement, elle empêchera un/une mineur(e) de contracter le mariage. Malheureusement, le mariage est trop souvent utilisé comme un moyen de sauver la face. On voit tout le temps des cas où une jeune fille est tombée enceinte et afin de sauver la face, les parents prennent la décision de la marier. Mais le mariage est beaucoup plus que cela. Il n’est pas seulement un paravent pour rendre licite une relation sexuelle illicite. Le mariage est une institution sociale puissante et crée des droits, des responsabilités ainsi que des liens entre deux familles. C’est le noyau à partir duquel surgit la famille et qui permet de faire fonctionner la société. Si tel n’est pas le cas, c’est alors que nous faisons face à des problèmes comme des enfants qui grandissent dans un environnement inapproprié, des familles brisées, des suicides et des cas de divorce, entre autres.

La ministre Kalpana Koonjoo-Shah a déclaré que toute personne n’ayant pas 18 ans sera considérée comme un enfant. Commentaires ?
C’est simplement une définition technique et légale. Mais nous savons tous comment sont les enfants de nos jours. Ils ont aujourd’hui un éveil à la conscience sociale et politique et veulent être davantage impliqués dans la société. Mais de l’autre côté, pour contrer le mariage des mineurs, nous avons placé la barre plus haut pour eux. Les jeunes sont tellement conscients à présent qu’il faut peut-être même ramener l’âge de vote. Il faut trouver le juste équilibre.

Avec l’âge du mariage qui passe à 18 ans, faut-il aussi revoir l’âge de la maturité sexuelle qui est de 16 ans ?
Pour un musulman, avoir des relations sexuelles en dehors du mariage est considéré comme un péché qu’on soit âgé de 16 ans ou 50 ans. Mais il faut comprendre que c’est n’est pas nécessairement le cas pour toutes les autres cultures. Et Maurice est un pays multiculturel et la loi prend en considération le fait que certaines personnes veulent avoir des relations sexuelles mais ne sont pas prêtes à contracter le mariage. Cependant, vu que l’âge du mariage passe à 18 ans et que l’âge de la maturité sexuelle est de 16 ans, je me demande ce qui va se passer si une fille de 16 ans tombe enceinte et a un enfant. Qui sera chargé de prendre soin de l’enfant si les deux parents n’auront pas le droit de se marier ? La loi va les pousser à vivre en concubinage ou ce sera aux grands-parents de prendre soin de cet enfant. Des fois, le concubinage a les mêmes implications pratiques que le mariage mais n’offre pas de protection légale comme celui-ci. Dans ce cas, la nouvelle loi pourrait faire plus de tort que de bien.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

Zayd Soobedar, de Strategic Insight Group : «Les entreprises doivent maîtriser le ‘new normal’ pour se réinventer»

Tout en conseillant aux entreprises de faire preuve de créativité, Zayd Soobedar, Managing Director de …