Friday , 19 July 2024

Lindsey Collen, de Lalit : «Ce n’est pas une simple guerre, mais un génocide»

Dans cet entretien accordé à STAR, Lindsey Collen, de Lalit, s’épanche sur la guerre qui sévit actuellement en Palestine. Pour elle, il est impératif qu’il y ait un cessez-le-feu immédiat afin de pouvoir venir en aide aux habitants de Gaza.

Comment réagit Lalit face aux bombardements de Gaza par Israël ?
Aujourd’hui, nous assistons à un génocide commis par Israël à Gaza. Nous le reconnaissons comme un génocide et le condamnons sans réserve. Le chercheur israélien, Raz Segal, a rédigé un article remarquable qui démontre de manière précise en quoi l’action militaire israélienne à Gaza constitue un « génocide ». Cet article a été publié le 13 octobre dans Jewish Currents. Nous, au sein de LALIT, appelons à un cessez-le-feu immédiat et à la fin du siège. Israël doit permettre l’entrée immédiate de fournitures alimentaires, d’eau et d’électricité. Ensuite, les négociations pourront commencer.

Est-ce une guerre comme toutes les autres ?
Ce n’est pas simplement une « guerre ». Il n’y a pas deux côtés comparables. L’un est un État, un État nucléaire, bénéficiant d’une aide militaire annuelle de 3,8 milliards de dollars des États-Unis. Tandis que Gaza compte 2,3 millions d’habitants, dont plus de la moitié sont des enfants, vivant des vies ordinaires. Depuis 1948, l’État d’Israël a encouragé la colonisation par des colons juifs des terres palestiniennes. Aujourd’hui, les Palestiniens ne vivent pas dans « leur État » initialement divisé par les puissances coloniales, mais dans des enclaves de plus en plus petites, sous un régime pire que l’apartheid sud-africain : pire parce que l’objectif de l’État d’Israël, annoncé par le gouvernement de Netanyahu, est de bannir tous les Palestiniens. Il s’agit d’un lent étranglement d’un peuple entier, avec une accélération en 1948 et lors de la guerre de 1967, et maintenant lors de cette atrocité en 2023.

Le bombardement d’un hôpital tuant des centaines de civils y compris des enfants est inimaginable, n’est-ce pas?
Le bombardement de l’hôpital baptiste géré par l’Église anglicane à Gaza, très probablement perpétré par l’État d’Israël qui, comme les États-Unis, ment toujours au sujet de leurs propres massacres de civils, constitue l’outrage le plus cruel que nous ayons encore vu. Cela ne devrait pas choquer les gens : l’État d’Israël a ouvertement émis des avertissements formels demandant l’évacuation des hôpitaux de Gaza avant les bombardements. Pourquoi ? Pour les bombarder. Le même jour, l’armée israélienne a bombardé une école de l’Onu. Alors, pourquoi le nient-ils ensuite ? Parce que le bombardement de l’hôpital est si grotesque qu’il expose le génocide d’Israël.

Est-ce une ligne rouge qu’a franchie Israël ?
Israël a franchi la ligne rouge depuis 1948. Cependant, affamer 2,2 millions de personnes, les bombarder et les maintenir assiégées, va au-delà de toutes les lignes rouges précédentes. C’est maintenant un génocide.

Comment jugez-vous le refus d’un cessez-le-feu par Israël ?
Non seulement Israël refuse un cessez-le-feu, mais il refuse également de permettre l’acheminement de nourriture et d’eau, même pendant les bombardements. Depuis plusieurs jours, les États-Unis prétendent organiser la distribution de nourriture, mais la nourriture seule ne suffit pas, nous avons besoin d’un cessez-le-feu, de nourriture, d’eau et d’électricité. Les États-Unis, seuls dans le monde entier, ont opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu, tellement affaiblie que la Russie a dû s’abstenir, en faveur d’une « pause humanitaire » – quelle que soit sa signification. Les États-Unis l’ont bloquée.

Le bombardement de l’hôpital est si grotesque qu’il expose le génocide d’Israël»

Comment expliquer le silence de l’Onu face à cette « barbarie » commise par Israël?
Le système des Nations Unies n’est pas aussi fort que les pays qui le composent. Les États-Unis font partie des cinq pays ayant le pouvoir de veto sur une résolution, et ils l’ont exercé. Nous devons tenir Biden responsable.
Etant donné la région où se situe Israël, pensez-vous qu’on devrait s’attendre à une guerre au-delà de ses frontières, surtout si les pays décident de s’unir pour la Palestine, comme l’Iran ?

Biden a une aile droite, tout comme Netanyahu, qui est prête pour une guerre contre l’Iran. Les États-Unis et Israël pourraient ne pas trouver le moment propice alors qu’ils essaient de libérer des otages à Gaza, que la Cisjordanie est en rébellion en soutien à Gaza, et que des manifestations ont lieu dans le monde entier contre Israël. Mais rappelons-nous que les États-Unis sont dirigés par ce que le président Eisenhower a averti : le « complexe militaro-industriel ». Il s’agit d’un syndicat étroitement organisé regroupant les dirigeants du Pentagone, les propriétaires d’usines d’armement, les entrepreneurs militaires, 800 économies de bases militaires étrangères, y compris notre base de Diego Garcia, qui influence de nombreux membres du Congrès ainsi que la Maison Blanche.

La situation à la frontière libanaise avec Israël est tendue depuis 1967. Le Hezbollah libanais est bien armé et influent, même si le Liban est en crise économique et politique. La frontière syrienne avec Israël est instable, car l’État d’Israël occupe toujours le plateau du Golan.

L’Iran est bien entendu une grande puissance et est proche à la fois du Hezbollah et du Hamas. L’Iran, comme nous le savons tous, subit des sanctions américaines paralysantes. La tentative d’Obama de normaliser les relations a été complètement ruinée par la présidence de Donald Trump. Trump a annulé unilatéralement l’Accord nucléaire global commun, même s’il s’agissait d’un traité multilatéral. L’Europe n’a plus de position indépendante. Ses pays sont tous asservis aux États-Unis, regorgeant de bases de l’Otan

Nous devons également nous rappeler que l’État d’Israël possède des dizaines de bombes atomiques, prêtes à être utilisées. Les États-Unis prétendent que ce fait connu n’est pas vrai, afin de pouvoir continuer à fournir une aide militaire à Israël. De plus, les États-Unis sont la seule puissance au monde à avoir jamais largué une bombe atomique. L’on se souvient tous de Hiroshima et Nagasaki.

Est-ce les prémices d’une troisième guerre mondiale ?
À la lumière de ce que je viens de vous dire, il ne faut pas parler légèrement d’une guerre, qu’elle soit régionale ou mondiale. Elle menace la fin du monde.

En quelques mots, comment décrivez-vous la cruauté des Israéliens commis sur les enfants?
Il est important pour nous de critiquer l’État d’Israël et non « les Israéliens » en tant que peuple. Vous noterez que, dans Lalit, nous avons commencé cette interview, par exemple, avec une citation d’un Israélien, un universitaire vivant aux États-Unis, car son analyse du génocide perpétré par l’État israélien est très juste. Lalit a eu deux membres qui ont vécu en Palestine à trois reprises pour participer à des actions quotidiennes de défense des Palestiniens contre l’armée israélienne et les colons armés. À leurs côtés, il y avait aussi des Israéliens faisant le même type de travail de soutien aux Palestiniens. Nous devons blâmer l’État d’Israël et son fournisseur d’armes, les États-Unis. Une manière d’aider le peuple palestinien à long terme est de faire fermer la base militaire des États-Unis à Diego Garcia.

Que propose Lalit face à ce conflit?
Nous proposons : un cessez-le-feu immédiat ; la levée immédiate du siège pour permettre l’acheminement immédiat de l’aide humanitaire et ; une protection des Nations Unies pour les Palestiniens à Gaza dès maintenant ! Pour avancer, (a) ouvrir des négociations en vue d’un échange de prisonniers (b) un embargo total sur les armes à destination d’Israël et de l’ensemble du Moyen-Orient (c) le démantèlement de toutes les colonies de peuplement illégales en Palestine (d) la fin immédiate de l’apartheid israélien, tout comme il y a eu une fin à l’apartheid sud-africain, et l’égalité des droits pour toutes les personnes vivant sous l’occupation israélienne. L’apartheid est un crime de guerre (e) le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens et (f) la fin de l’occupation israélienne et du siège.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Javed Bolah

Javed Bolah, spécialiste en communication : « Les Mauriciens ont développé la tendance à s’habituer à l’insensé »

  Le directeur de Cerebro, cabinet de conseil en stratégie et communication, Javed Bolah, décortique …