lundi , 26 octobre 2020

Judiciaire : 19 nouveaux avoués ont prêté serment

19 nouveaux avoués ont prêté serment devant la Master and Registrar, Mohana Naidoo, et la Deputy Master and Registrar, Anjali Ramdin, en Cour suprême, le vendredi 7 février 2020. Ils étaient 16 filles et 3 garçons et ils étaient tous très heureux. Nous avons rencontré quelques-uns d’entre eux pour nous parler de leur profession.

Amiirah Haulkhory : «Le namaz est la clé de ma réussite»

Amiirah HaulkhoryAmiirah Haulkhory figure parmi les avoués qui ont prêté serment vendredi dernier. Habitante de Pailles, elle a fait montre de persévérance et a consenti à d’énormes sacrifices pour porter la toge noire.

Amiirah Haulkhory a eu le malheur de perdre son père alors qu’elle étudiait et malgré la douleur, elle n’a pas baissé les bras. Elle raconte qu’elle n’avait pas démissionné de son poste comme Assistant Manager à l’Intercontinental Trust alors qu’elle poursuivait en même temps le Law Practitional Vocational Course. Elle prenait le travail à 7h du matin pour pouvoir se libérer dans l’après-midi et terminait ses cours à 20h. Ensuite, elle se rendait aux leçons privées qui se terminaient à 22h30. Exténuée, elle rentrait à la maison vers 23h.

« La clé de ma réussite réside dans le namaz. Je me dis toujours que peu importe qu’on soit occupé ou pas, on doit trouver le temps de faire le namaz et se souvenir du Créateur. Accomplir mes cinq prières quotidiennes m’ont donné la force de travailler dur, de croire en moi-même et de surmonter tous les obstacles », dit-elle.

Amiirah à choisis le métier d’avoué car c’était le rêve de son père. Elle espère qu’importe où se trouve son père, il sera fier d’elle et qu’elle fera honneur à son nom. Désormais, elle veut être au service des personnes qui n’ont pas les moyens et qui constatent que leurs droits sont souvent bafoués.

Amiirah Haulkhory est membre de ACCA et détient le niveau 3. En 2013, elle avait décroché son diplôme de LLB à l’université de Maurice. En 2018, elle s’est jointe au Law Practitionners Vocational Course. Elle a fait son pupillage à l’étude de Me Sheffick Sookia. Elle remercie le Créateur, sa mère, Roukian, sa sœur, Adilah Emamdee, son oncle Azad Phutally et Sherrif Mosaheb. Elle a également une pensée spéciale pour son regretté père, Ashife.

Elle remercie aussi son fiancé, Yasaar Himatkhan, pour sa patience, son encouragement et d’avoir cru en elle. Ses remerciements vont aussi à Me Sheffick Sookia qui lui a donné l’opportunité de faire son pupillage. Et sans oublier son mentor pendant les examens, M. Jelend Chowrimootoo.

Oumayra Nathire : «Faire honneur à la profession»

Oumayra NathireLe jour de la prestation de serment restera gravé dans la mémoire d’Oumayra Nathire. Après des études à l’université de Maurice de 2014 à 2017, elle a suivi en 2018 des cours au Council for Vocational Legal Education. Ex-étudiante du Couvent de Lorette de Port-Louis, elle avait fait montre de grandes qualités oratoires lors des débats organisés par le collège. En 2015, elle avait participé à une conférence organisée par l’université de Maurice, l’université de Potsdam, l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense et l’université de La Réunion. Cette conférence avait pour thème « Developing Intra-regional Exchanges through Abolition of Commercial and Tariff Barriers: (Myth or Reality) ». Me Oumayra fait ressortir que l’inspiration pour devenir avouée vient de ses cousins, Ilfaaz Nathire et Yusra Nathire-Beebeejaun qui exercent comme avocats à Maurice. Ils sont actuellement postés au bureau du Directeur des poursuites publiques.

Elle est d’avis que sans l’aide du Créateur et le support de ses frères et sœurs, elle ne serait pas au seuil d’un brillante carrière aujourd’hui. « Mon objectif principal est de faire honneur à cette noble profession et de servir l’administration de la justice à Maurice avec honnêteté », dit-elle. Elle a fait son pupillage chez Cader Mallam Hassam, avoué, Mohamed Chambers, Sheffick Sookia, avoué, et au bureau de l’Attorney General. Elle a aussi fait un stage à la State Bank of Mauritius en 2014 et 2017.

Outre son travail d’avoué, Oumayra se passionne pour le volleyball, le tennis de table et la natation. Elle remercie du fond du cœur son père, Mohammad Rechad Nathire, et sa mère, Nafiza, qui sont les artisans de sa réussite.

Aniisha Mahomed Khan : «Porter la toge noire comporte une grande responsabilité»

Aniisha Mahomed KhanAniisha Mahomed Khan touche du doigt le métier qu’elle a toujours rêvé d’exercer. Elle a prêté serment comme avouée en Cour suprême vendredi dernier. Après ses études de LLB à l’université de Maurice de 2013 à 2016, elle a décroché un « First Class degree ».

Élève très appliquée depuis qu’elle était au collège, elle a démontré la même discipline et la même rigueur lors du Law Practitioners Vocational Course qui mène aux examens d’avoué. Aniisha exprime sa fierté d’avoir réussi dans ses études, car depuis son enfance elle rêvait de porter la toge noire. Elle dit que les examens d’avoué ont été l’une des plus dures épreuves de sa vie. « Cela a demandé beaucoup d’efforts et de sacrifices. Par la grâce du Tout-Puissant, j’ai pu goûter au succès. Mais le plus dur reste à venir car le port de la toge noire comporte une grande responsabilité », dit-elle.

Aniisha est heureuse d’avoir opté pour le métier d’avoué qui, selon elle, est noble. Passionné de droit, elle avait choisi la filière d’avocat mais sur les conseils de quelques professionnels du barreau, elle avait finalement opté pour des cours menant aux examens d’avoué. Aniisha ajoute qu’il y a moins d’avoués que d’avocats et que le métier est loin d’être saturé.

Aniisha, qui a accompli l’umrah en 2019, indique que le secret de sa réussite réside dans les efforts, la patience, la croyance en Dieu et la lecture du Coran régulièrement. Soulignons qu’elle a fait son pupillage en premier chez Me Narendra Appa Jalla, Senior Attorney, et l’a complété au bureau de l’Attorney General où elle était sous la supervision de Me V.Nirmloo, Chief State Attorney.

Aniisha remercie infiniment le Créateur, son père Fouad Mahomed, sa mère Hoosnah, sa tante Nazneen, son oncle Hafejee, son frère Fadil et sa belle-sœur Humairah. Elle a une pensée spéciale pour tous ses professeurs et Pupil Masters.

Me Bibi Arzina Peeroo : «Allah est le meilleur des planificateurs»

Me Bibi Arzina PeerooBibi Arzina Peeroo qui a prêté serment comme avouée en cour suprême vendredi croit dur comme fer qu’Allah détermine le destin de toute chose et décide de la subsistance de chacun d’entre nous. « Allah est le meilleur des planificateurs  », soutient-elle. Bibi Arzina ne regrette pas de n’avoir pas poursuivi des études de médecine car elle est convaincue qu’Allah a décidé qu’elle serait avouée.
Bibi Arzina, qui est la fille de Nazir et Firoza Peeroo, est le deuxième membre de sa famille à prêter serment comme avoué après sa tante Beebee Sabeenah Peeroo en 2003. Arzina a tout le temps aimé la profession libérale pour être en contact avec les gens. Adolescente, elle pensait un jour travailler dans le domaine médical pour être proche des gens. Mais Allah en a décidé autrement.

Après ses résultats de HSC en 2014 en tant qu’élève du collège Gaétan Raynal où elle s’était classée 28e après les lauréates côté science et 9ème au niveau national, elle s’est inscrite à l’université de Maurice pour des études en droit. Durant les vacances, lors de sa première année à l’université, c’est à l’étude de Me Razack Peeroo qu’elle a fait son mini-pupillage pour se familiariser avec la pratique légale. Arzina admet que les études de LLB étaient difficiles et en 2017 elle décrocha son diplôme après un autre mini pupillage à l’étude de Me Feroza Maudarbocus Moolna, Senior Attorney, et chez le regretté, Nundkishore Gujadhur.

Avant de compléter son diplôme elle savait qu’elle avait une prédilection pour les affaires civiles et spécialement les lois de propriété. Après l’université de Maurice et le Law Practitioners Vocational Course, elle s’est jointe à l’étude de Me Ally Rojubally. Elle laisse entendre que cela a été une grande expérience car elle a eu l’opportunité de mieux comprendre les affaires civiles de même qu’une pétition électorale. La nouvelle avouée estime qu’il y a de la place pour tout le monde dans la profession d’avoué même si un jour on arrivera à un point de saturation. « L’important ce n’est pas de se faire de l’argent mais de rendre justice aux clients », dit-elle.

Elle remercie le Créateur pour l’avoir guidée vers ce métier. Ses remerciements vont aussi à son père, Nazir. opérateur à Phoenix Beverages, sa mère, Firoza, son frère, Afshar, et son mentor, Me Ally Rojubally.

Me Bibi Nabeela Allymun : «La violence domestique a toujours existé»

Me Bibi Nabeela AllymunBibi Nabeela Allymun après avoir prêté serment comme avouée à la cour suprême vendredi nous a confié que cela a été « un moment de grand bonheur ». Entourée de sa famille et de tous ceux qui ont été à ses côtés durant ses études, elle rayonnait de joie.

Nabeela croit que la réussite réside dans l’effort et la persévérance. « Pour réussir dans la vie, une dose d’intelligence et de régularité dans les études sont importantes. Le port de la toge noire vous confère une grande responsabilité », dit-elle.

Après ses études secondaires à Le Bocage International School, elle s’est envolée pour l’Angleterre pour s’inscrire à la London University pour des études de droit. Quelques années après elle décrocha son diplôme. De retour à Maurice, elle se joint au Law Practitioners Vocational Course offert par l’université de Maurice pour une année. Elle a ensuite intégré l’étude de Me Firoz Hajee Abdoola pour son pupillage.

Me Nabeela Allymun nous indique avoir choisi d’être avouée car ce métier offre la possibilité de travailler dans différents secteurs. Elle est d’avis que les Mauriciens sont plus éduqués de nos jours, ont évolué et sont conscients de leurs droits. En ce qui concerne la violence domestique, elle laisse entendre qu’elle « a toujours existé » sauf qu’auparavant les victimes souffraient en silence alors qu’aujourd’hui elles viennent dénoncer leurs bourreaux. Elle remercie tous ceux qui partagent sa réussite et son bonheur.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

À la Musjid Khidmat-E-Islam à riv.-du-rempart : Wasim Jaulim remporte la compétition de Naat Shareef

La finale régionale de la compétition de Naat Shareef organisée par la mosquée Khidmat-E-Islam de …