Friday , 19 July 2024
cash

En ce mois de Ramadan : collectes illégales d’argent par des étrangers

Toute personne, qui sans autorisation officielle de la police procède à des collectes d’argent, commet un délit punissable par loi. Selon un homme de loi que nous avons interrogé, si une personne est arrêtée par la police avec des preuves, elle est passible d’une amende et d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas 12 mois. Si cette personne est un étranger, elle sera alors déportée après sa peine de prison.

À Maurice, il est coutume durant le mois de Ramadan de voir des centaines de ressortissants indiens, tout de blanc vêtus, qui arpentent les artères de la capitale et d’autres régions de l’île pour collecter de l’argent auprès des commerçants. Ils utilisent l’astuce à l’effet que l’argent collecté servira à construire une école coranique ou une mosquée. Plusieurs lecteurs ont contacté notre rédaction pour dénoncer cette pratique qui s’est amplifiée surtout après la pandémie et l’ouverture de nos frontières. Ces gens sans scrupule quittent le pays avec plusieurs centaines de milliers de roupies à la fin de Ramadan.

Un lecteur nous a fait comprendre que ces faux collecteurs de Zakât forcent les commerçants à contribuer plus de Rs 1000. « Zot dir moi ki sa kas la pou aranz Dar-ul-Uloom dan enn lendrwa bien rétiré », dit-il. Un autre lecteur confie que deux collecteurs sont rentrés dans son magasin à Rose-Hill pour le convaincre de faire une grosse donation comme Zakât. « Monn dir zot monn fini avoy Zakât Turquie ek la Syrie pou victime tremblement de terre, zot dir moi kifer mo pa donn zot », raconte-t-il. Un commerçant de la capitale nous dit : « Zot paye zot billet avion ek logement ki ariv presque Rs 75 000 par personne. Kifer zot pa reste dan l’Inde ek servi sa kass la pou aide dimounn mizerr ek fer collecte laba mem kot ena plizir millions musulman ? Nou koner ousi ki avan zot kit pays, zot detrir carnet reçu ek zet dan poubelle dan airport. »

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Interdite de porter le hijab pour suivre une formation : Shalma Auckbaraullee s’en remet à la justice

L’interdiction de porter le hijab pour pouvoir suivre une formation à l’institut Escoffier à Kendra, …