Friday , 19 July 2024

Emprunt bancaire : un fardeau de plus de 20 ans pèse sur la tête d’Ally

À Riverside, Phoenix, Déodat qui est connu depuis plusieurs années comme Ally ou Bhai Ally, est confronté à un fardeau qui pèse sur lui depuis plus de 20 ans.

Cet homme de 76 ans, marié et père de cinq enfants, a embrassé l’Islam en 1999. Sa vie a été une série de défis et de transitions. Il a commencé sa carrière comme « kasserr ross », puis est devenu chauffeur de d’autobus avant de se lancer comme chauffeur de taxi à l’âge de 30 ans. Son rêve d’indépendance l’a poussé à investir ses économies dans l’achat d’une voiture, pour laquelle il a obtenu une patente et ayant comme base opérationnelle à la place de Phoenix.

En 1995, il a pris la décision de faire l’acquisition d’une Nissan B13 reconditionnée, un investissement coûteux d’environ Rs 240 000, avec une exemption de 60 % des droits de douane. À cette époque, cette somme d’argent était colossale. Pour financer cet achat, Ally a contracté un prêt de Rs 190 000 auprès de la Development Bank of Mauritius (DBM), en déposant Rs 50 000 en guise de garantie. Cependant, la DBM exigeait une garantie immobilière, que sa maison en location ne pouvait fournir. C’est alors que sa belle-mère a hypothéqué sa propre maison pour faciliter cet achat.

Ally a honoré son prêt pendant plusieurs années, payant Rs 5 000 par mois, jusqu’à ce qu’il soit confronté à des difficultés financières imprévues. Pour faire face à la situation, il a dû vendre sa voiture pour Rs 100 000, qu’il a immédiatement versées à la DBM. Ce qui fait qu’il n’a plus de voiture pour exercer son métier mais a été embauché comme chauffeur par un particulier. Malheureusement, des problèmes de santé, notamment le diabète et la perte de la vue du côté de son œil droit, ont commencé à compliquer sa vie.

Situation difficile

Au fil des ans, sa dette envers la DBM a continué de croître, et la banque a menacé de saisir la maison de sa belle-mère. Même en tentant de négocier avec la DBM, Ally, qui ne dépend que de sa pension de vieillesse, n’a pas réussi à honorer ses dettes. Les factures mensuelles ainsi que le loyer et l’achat des médicaments, rendent difficile le remboursement de sa dette. Aujourd’hui, Ally fait face à une situation critique. Sa dette envers la DBM s’élève à environ Rs 403 000, et la banque lui a accordé un délai de seulement 10 jours pour rembourser cette somme, faute de quoi elle envisage des mesures légales pour recouvrer la dette.

Dans une déclaration à STAR, Ally explique : « Mo finn travayy dir tout long mo la vie ek mo bien rekonaissant ki mo belmerr finn aide moi pou mo asté mo loto pou mo kapav travayy. Mo finn pren 190 000 preter ar DBM ek zordi, mo pe retrouve moi ar enn dette Rs 400 000. Mo depann zis lor mo pension vyeyess ek si mo bizin servi tou mo pension pou mo pay dette, mo pou bizin fer li. Mo pa envi met mo belmere dan trou. Li pa merite sa. Li finn aide moi. »

Face à cette situation critique, Ally lance un appel à la solidarité des frères et sœurs de la communauté et aussi aux ONG. Tous ceux qui souhaitent aider Ally peuvent le contacter au numéro de téléphone suivant : 58144835.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux…

En attendant le mois du Ramadan, il y a un semblant de volonté, chez certains, …