mardi , 31 mars 2020
Accueil / Actualités / Décédé en Palestine lors d’un pèlerinage : Sarafoodin Luckhoo inhumé au cimetière Bait-ul-Muqaddas
Sarafoodin Luckhoo

Décédé en Palestine lors d’un pèlerinage : Sarafoodin Luckhoo inhumé au cimetière Bait-ul-Muqaddas

Sarafoodin Luckhoo avait quitté le pays avec son épouse pour un voyage spirituel en Arabie saoudite, Palestine et Turquie. Son voyage s’est touefois arrêté en Palestine où il a ressenti des douleurs au ventre. Il a rendu l’âme à l’hôpital et a été mis en terre au cimetière de Bait-ul-Muqaddas.

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès en Palestine le lundi 23 décembre 2019 de notre compatriote Sarafoodin Luckhoo, 73 ans. Cet ancien maître d’école s’y était rendu avec son épouse Shirine dans le cadre d’un voyage spirituel comprenant trois destinations : l’Arabie saoudite pour accomplir le petit pèlerinage (Umrah), la Palestine pour visiter la masjid Al Aqsa – troisième lieu saint de l’islam – et la Turquie pour visiter la mosquée Bleue. Le couple, qui habite Notre-Dame, faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de personnes qui avaient retenu les services de Polar Travel Tours qui organise le hadj, l’umrah et d’autres voyages religieux.

Rien ne présageait que Bhai Sarafoodin Luckhoo ne retournerait pas à Maurice en compagnie de son épouse car il était en bonne santé et avait accompli l’umrah. Le groupe venait d’arriver en Palestine pour visiter la masjid Al Aqsa et les autres sites religieux. Dans la soirée du dimanche 22 décembre, Bhai Sarafoodin a fait appeler son épouse après le dîner car il se sentait mal. Il disait avoir mal au ventre. Un médecin a été mandé à l’hôtel où le groupe résidait. Le médecin lui a prescrit des médicaments en attendant que les choses s’arrangent pour lui.

État de santé préoccupant

Selon Ally Nunkoo, le responsable de Polar Travel Tours, l’épouse de Bhai Sarafoodin a appelé vers 4hr du matin pour l’informer que son époux éprouvait des difficultés à respirer. Le septuagénaire a été transporté d’urgence à l’hôpital où les médecins ont déclaré qu’il devait être placé sous observation médicale pendant quelques jours. Mais après, les médecins ont revu leur diagnostic et ont fait savoir que l’état de santé du malade était préoccupant. Vers 14h, il a rendu son dernier soupir. Dans son entourage on n’oubliera pas de sitôt la phrase prémonitoire qu’il a lâchée tout juste avant sa mort  : « Mo croire mo pou rester là ».

Les funérailles de Bhai Sarafoodin ont eu lieu le même jour et le namaz Janazah a été lu à la mosquée Bait-ul-Muqaddas. Il a ensuite été inhumé au cimetière de Bait-ul-Muqaddas où reposent plusieurs sahabas. Les jumelles de Bhai Sarafoodin, Shaheen et Shameera, restent dignes dans la souffrance. Shaheen nous raconte que son père était un homme adorable et affectueux. Il aimait ses enfants et était très attaché à ses petits-enfants qu’il aimait comme la prunelle de ses yeux.

Bhai Sarafoodin a été appelé très tôt dans sa vie à prendre de grandes responsabilités. En effet, il avait 18 ans quand il a perdu sa mère et il avait à sa charge ses deux frères en bas âge et une sœur de 3 mois. C’est avec amour et un sens du devoir et de la responsabilité qu’il a grandi ses frères et sœurs comme sa mère le faisait. Il était aidé dans sa tâche par une dame qu’il appelait Dadi Husna. C’était elle qui préparait les repas chaque jour et tout le monde appréciait ses dons culinaires. Après ses études secondaires au collège Islamic de Port-Louis, il s’est inscrit au Teachers’ Training College afin de suivre une formation pour devenir enseignant du primaire. En 1974, il épouse Shirine, enseignante du primaire comme lui. Tous deux ont longuement travaillé à l’école de Notre Dame. Bhai Sarafoodin et son épouse ont terminé leur carrière come maître et maîtresse d’école. Shaheen nous raconte que les anciens élèves ont tout le temps montré un grand respect pour son père et l’appelaient «Sir» en le rencontrant. D’ailleurs, le député Eshan Juman était un de ses élèves et il garde un bon souvenir de son ancien professeur. Shaheen se souvient de son père comme un homme qui aimait rendre service à tous ceux qui frappaient à sa porte.

Un homme pieux

Membre du comité exécutif de la Shan-E-Mohammadi Masjid de Notre Dame, il était très actif dans le social et le jour de la fête Eid-ul-Fitr il retournait à la maison bien après le namaz car il faisait le tour de la région pour distribuer aux pauvres l’argent de la zakaat qu’il avait collecté. Bhai Sarafoodin partageait son temps entre sa famille et la masjid. Passionné de football, il aimait regarder les matches de Premier League à la télévision. Sa fille nous indique qu’il était un excellent footballeur dans sa jeunesse.

Shirine est elle aussi active dans le social. Elle est membre de la Muslim Ladies Association. Bhai Sarafoodin et son épouse ont déjà accompli le hadj et l’umrah à plusieurs reprises. Tous ceux qui ont côtoyé Bhai Sarafoodin gardent de lui le souvenir d’un homme pieux et juste qui mettait un point d’honneur à tout accomplir selon les principes de l’islam. Les mussalis de la mosquée Shan-E-Mohammadi nous racontent qu’il était un homme exemplaire. Il ne ratait jamais ses namaz et faisait tout pour l’amélioration du confort à la masjid. Homme généreux, il faisait l’aumône régulièrement et il ne pouvait pas voir souffrir ses semblables.

Shaheen nous raconte que son père était très joyeux avant son départ et avait réuni ses deux filles et leurs enfants pour un dîner. « Il était très content de partir pour accomplir l’umrah et surtout pour accomplir le namaz à la masjid Al Aqsa en Palestine », nous dit-elle.

Shaheen avait déjà programmé un voyage à l’étranger pour passer des vacances en famille. Deux jours avant son départ, son père avait appelé pour leur dire ‘Au revoir’. « Sa voix était claire et il était joyeux », nous dit Shaheen.

Lundi, cinq minutes avant de quitter la maison pour l’aéroport, elle reçoit un appel de sa mère pour lui annoncer la triste nouvelle. Elle nous indique que les bons souvenirs de son enfance dans les bras de son père ont défilé dans sa tête. Elle a pleuré toutes les larmes de son corps mais se console que son père ait rendu l’âme et ait été inhumé en terre sainte.

La famille Luckhoo remercie tous ceux qui l’ont soutenue dans ces moments difficiles. « Nos remerciements vont à toutes les personnes qui faisaient partie du groupe Polar Travel Tours qui ont soutenu notre mère. Nous tenons à remercier aussi Bhai Ally Nunkoo responsable du groupe, les Palestiniens qui ont aidé pour les funérailles de même que les médecins », nous dit notre interlocutrice. Sa mère, Shirine, a écourté son voyage et est rentrée à Maurice avant le groupe qui ralliera la Turquie avant de rentrer.

Qu’Allah accorde à Bhai Sarafoodin le Jannat-ul-Firdaus.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

[COMMUNIQUE] Les cours de justice désormais fermées

Les cours de justice seront désormais fermées. C’est ce qu’a fait comprendre le Chef juge, …