lundi , 14 octobre 2019
Accueil / Interview / Shakeel Mohamed : «Le PTr est condamné à faire les choses différemment»
Shakeel Mohamed

Shakeel Mohamed : «Le PTr est condamné à faire les choses différemment»

Le chef de file du Parti travailliste (PTr) à l’Assemblée nationale, Shakeel Mohamed, estime que son parti incarne le renouveau de la politique à Maurice. Selon lui, un vent de changement souffle actuellement sur l’échiquier politique car la population ne fait plus confiance à l’actuel régime.

Votre leader, Navin Ramgoolam, continue de répéter que le PTr ira seul aux prochaines élections. Est-ce une réalité ou de la surenchère ?
Ce n’est pas important de savoir si le PTr ira seul aux prochaines élections. Ce qui importe c’est de savoir que le PTr va gagner ces élections car le parti représente la seule solution pour que le pays puisse sortir du cycle infernal de la corruption, du népotisme et des scandales. Cela redonnera confiance aux investisseurs mais aussi permettra à la population de retrouver la joie de vivre dans une île Maurice meilleure. Il y a des moments où il faut se donner la chance de dégager une stratégie afin de s’assurer une victoire nette et c’est ce que nous faisons sans campagne de débauchage.

Sur quoi vous vous basez pour afficher autant d’optimisme ?
En politique, il y a des moments où il faut se reconstruire et le PTr l’a fait. On a eu l’occasion de mettre à l’épreuve cette reconstruction lors de la dernière partielle au No 18. Aussi, depuis 2015, le PTr a été sur le terrain dans toutes les circonscriptions et aujourd’hui, nous récoltons les fruits de notre travail scientifique. Les résultats de ce travail démontrent qu’une grande partie de la population veut un changement de gouvernement. Nous avons également pu comprendre que les Mauriciens en général n’ont pas approuvé que Pravind Jugnauth devienne Premier ministre sans être plébiscité par l’électorat.

Pensez-vous que le PTr peut remporter les élections seul  ?
Aller seul ou pas importe peu car je suis confiant que le PTr va remporter les élections. Malgré la campagne agressive de communication de l’Alliance Lepep pour faire croire qu’elle est forte, tel n’est pas le cas. La population en a marre des scandales, de la façon arbitraire dont le gouvernement utilise la MBC et la police, et aussi de la qualité des députés. Les Mauriciens ne digèrent pas les frasques de Sinatambou et autres membres du MSM. Le PTr demeure ainsi la seule alternative crédible pour les prochaines élections. Nous venons de l’avant avec un programme complètement différent afin de redonner confiance à la population. La rupture ne signifie pas uniquement mettre une croix sur le MSM mais de rompre avec notre propre passé.

N’avez-vous pas besoin du soutien du PMSD ?
À ce stade, je préfère ne pas commenter les alliances car c’est le leader du PTr qui s’occupe de ce dossier. Ce serait maladroit d’en parler. Mais il faut reconnaître qu’il y a des gens de valeur – non seulement en termes d’idées mais aussi en termes d’intégrité – qui se trouvent au sein de l’Opposition. On a très bien travaillé avec nos amis de l’Opposition durant ces cinq dernières années et c’était une collaboration fructueuse. Un lien d’amitié s’est tissé avec plusieurs de ces membres et il est clair que certains ont la capacité de contribuer à l’avancement du pays. Il faut néanmoins être à l’écoute de ce qu’ils suggèrent.

… c’est le travail d’équipe qui doit primer au sein du parti. Que je devienne DPM ou pas, c’est le Créateur qui en décidera !»

À vous entendre, il est clair qu’il y a bel et bien des rapprochements…
Ce que je peux vous assurer, c’est qu’il n’y a pas de débauchage ou de braconnage contrairement à ce que fait le MSM qui achète la loyauté et la conscience.

Personnellement, êtes-vous en faveur d’une alliance pré-électorale ou postélectorale  ?
Nous avons nos idées sur la question. D’ailleurs, nous en avons discuté au sein du bureau politique et surtout de ce qui va être meilleur pour le pays. Mais le plus important, c’est d’obtenir l’adhésion de la population contrairement au présent régime élu par défaut en 2014. Cela en raison de nos propres actions. La population avait voté contre nous. Peu importe s’il va y avoir alliance ou pas, l’essentiel c’est de proposer quelque chose qui va nous permettre d’obtenir l’adhésion populaire. Par exemple, le concept de référendum. Est-ce que cela sera inclus dans notre programme ? J’aimerais bien voir ça, moi ! Le PTr est condamné à faire les choses différemment sinon cela ne vaut pas la peine d’être dans le gouvernement.

Tout porte à croire que le PTr accommodera le MP d’Alan Ganoo après les récentes déclarations de Jean-Claude Barbier… Commentaires ?
Comme je l’ai dit, seul le leader du PTr a le droit d’en parler et c’est par principe et par respect pour les instances du parti que je ne m’y penche pas. Mais j’apprécie beaucoup Alan Ganoo et aussi Jean-Claude Barbier. J’ai connu Tania Diolle lors de l’élection partielle au No 18. Je me souviens, à l’annonce des résultats, lui avoir serré la main et souhaité bonne chance pour la prochaine fois bien qu’elle était une adversaire politique. Elle représente l’avenir et je lui demande de rester fidèle au message qu’elle véhiculait. Alliance ou pas, cela ne réduira en aucun cas mes commentaires positifs à l’égard des Ganoo, Barbier, Diolle ou même Xavier-Luc Duval.

Des bruits courent à l’effet que vous insistez pour être le DPM/No 2 dans le prochain gouvernement Ramgoolam. Est-ce vrai ?
Je ne sais pas si je dois vraiment répondre à cette question. Primo, si je le fais et que je dis ce que je veux, des gens vont dire que je suis arrogant. Secundo, il y a d’autres qui diront que je dois assumer. Mais en toute honnêteté, pour moi, le poste importe peu car c’est le travail d’équipe qui doit primer au sein du parti. Que je devienne DPM ou pas, c’est le Créateur qui en décidera !

Sinon, le MMM a annoncé qu’il ira seul aux prochaines législatives. Salutaire ou suicidaire ?
Le PTr s’est donné pour mission de faire de la politique autrement notamment avec son idéologie de rupture. Donc, laissez-moi implémenter cela dès maintenant. Ce serait ainsi contraire à ces valeurs de commenter ce que le MMM veut. Le parti a ses instances et en a décidé ainsi après discussion. Si le MMM pense que c’est la seule façon de reconquérir son électorat, bien fait pour lui.

Le MSM et le ML semblent ne pas intéressés à contracter une alliance. Pensez-vous que le soutien des Ramano, Obeegadoo et autres démissionnaires du MMM leur suffira pour remporter les élections ?
Il suffit d’analyser le poids politique de tous ceux que le MSM a débauchés pour connaître la réponse. Le résultat est clair et la population va aussi tirer ses conclusions. Mais il faut faire ressortir que ces personnes qui ont rejoint les rangs du MSM sont les mêmes qui n’ont de cesse donner la leçon à Pravind Jugnauth dans un passé pas très lointain. Ces mêmes personnes disaient n’avoir aucune confiance dans ce gouvernement-là et de surcroit dans le leadership de Pravind Jugnauth. Donc, une telle attitude ne fait pas honneur au pays et aux valeurs que ces politiciens disent prôner. Obeegadoo va-t-il faire oublier à la population tous les scandales ? Ahmad Jeewa pourra-t-il effacer les malheurs des personnes victimes de la chute de la BAI  ? Ramano va-t-il faire oublier les frasques des membres de l’Alliance Lepep ?

Craignez-vous une campagne contre Navin Ramgoolam sur la question de la moralité, de l’intégrité, etc… ?
Clairement, il y aura une campagne mais elle ne tiendra pas la route. La preuve  : la grande majorité des cas de Navin Ramgoolam ont été rayés. Je suis convaincu qu’il triomphera aussi eu égard aux deux autres cas restants. Ses adversaires vont essayer de faire campagne là-dessus mais cela ne va pas tenir la route.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Ameenah Gurib-Fakim

Ameenah Gurib-Fakim : «Je ne penserai jamais à marier ma fille à 16 ans»

Ameenah Gurib Fakim, ex-présidente de la République, dans l’interview qu’il nous a accordée, nous parle …