lundi , 23 mai 2022

Retraite spirituelle durant le Ramadan : Adham Oojeerally (78 ans) a accompli l’Itikaf plus de 25 fois

Ce samedi 23 avril marque le début de l’Itikaf durant les 10 derniers jours de Ramadan. Selon les ulémas, au moins une personne doit l’accomplir dans sa localité.

L’Itikaf ou retraite spirituelle consiste à se retirer du monde extérieur et à se consacrer uniquement à l’adoration du Créateur et à faire la lecture du Coran. Cette semaine, nous sommes partis à la rencontre de bhai Adham Oojeerally, 78 ans, un fidèle de la mosquée Shan-E-Rasool à la rue Large, à Plaine-Verte, qui se préparait en vue d’accomplir l’Itikaf cette année encore. En effet, le septuagénaire nous a confié qu’il a eu l’occasion d’accomplir l’Itikaf pendant plus de 25 ans à Maurice et une fois en Angleterre.

Ancien employé de la compagnie d’autobus United Bus Service (UBS), Adham Oojeerally nous raconte que la retraite spirituelle durant les dix derniers jours du Ramadan est une action qui compte beaucoup pour lui dans sa vie. Il fait ressortir que tous ses du’as ont été exaucés et cet acte d’adoration lui permet aussi de se sentir comme « un homme accompli  ». Père de quatre enfants, notre interlocuteur raconte qu’il avait des difficultés à faire bouillir la marmite familiale mais qu’« Allah l’a aidé à grandir ses enfants » et aujourd’hui, ces derniers sont tous bien placés. « Mo pa ti ena lakaz ek mo ti supplier Allah fer moi acheter ene terrain », avance-t-il. Et quelques années plus tard, il a fait l’acquisition d’un terrain et construit sa maison.

« Koz ar ou Créateur »

Bhai Adham Oojeerally nous explique que chaque année, l’Itikaf occupe une place centrale dans sa vie durant le Ramadan. Il est d’avis que cela doit être également le cas pour tous ses coreligionnaires, car si la retraite spirituelle est accomplie avec sincérité, les bénéfices sont alors énormes pour le pratiquant. « Bizin ena imaan ek passe la nuit dan ibadaat. Ou bizin koz ar ou Créateur ek ou bizin plorer avek li ek deman li tou seki ou ena dan ou le cœur. Si ou fer sa, alor pena oken doute ki tou ou du’as pou aksepte », laisse-t-il entendre. Le septuagénaire souligne qu’au sein de la mosquée règne une tranquillité absolue et « vous vous sentez libre de faire la lecture du Coran, le dhikr, les prières surérogatoires (nafil) et la salât Tahajjud vers 2 heures du matin ».

Bhai Adham Oojeerally se souvient avoir réussi à faire sept Khatam-ul Quran (lecture complète du Coran) durant les dix jours quand il avait accompli l’Itikaf dans une mosquée en Angleterre. En dehors du Ramadan, il se fait un devoir de faire un Khatam-ul Quran chaque mois et cela est devenu une habitude pour lui. « Sak dimoune bizin fer lecture Quraan dan so lakaz ek foder pa laisse Quraan reste fermer », met-il en garde. Avant de nous quitter, Bhai Adham Oojeerally nous dit que lorsqu’il sera seul durant l’Itikaf, il demandera au Créateur de venir en aide à ceux affectés par la crise sanitaire et que la pandémie soit endiguée une fois pour toutes. « Mo pou ousi deman Allah du’as pou ki nou pei pa gagn oken problem ek ki lapaix regner dan le monde  », conclut-il.

Soulignons que notre interlocuteur a accompli le Hadj en 2016 et il souhaite à présent accomplir l’Umrah en compagnie de son épouse.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

À l’Ile de La Réunion : la Grande Mosquée Noor-e-Islam célébrée à travers un livre somptueux

À Saint-Denis de La Réunion, la communauté musulmane a présenté cette semaine « Noor, L’Édifice …