Thursday , 18 July 2024
Muhammad Hassan Ibne Chady aux côtés de son père lors de la Passing Out Parade.

Nouvelles recrues au sein de la force policière : les sacrifices de Hassan Ibne Chady pour porter l’uniforme de la SMF

Un rêve d’enfance réalisé grâce à l’abnégation, l’effort et la discipline. C’est l’histoire poignante de Muhammad Hassan Ibne Chady, un jeune habitant de Trou-d’Eau-Douce âgé de 21 ans, qui a intégré la force policière et a été posté à l’unité de la Special Mobile Force depuis une semaine.

«La persévérance porte toujours ses fruits. » C’est ce que nous laisse entendre Muhammad Hassan Ibne Chady, qui a galéré dans la vie pour réaliser son rêve d’enfance. Malgré les échecs, il n’a jamais baissé les bras pour prouver que le succès réside dans la persévérance. C’est avec fierté qu’il porte l’uniforme de soldat de la Special Mobile Force et nous dit que la discipline est la mère du succès. D’ailleurs, le mercredi 19 juin, il avait fière allure lors de la Passing Out Parade sur le terrain de la SMF au Gymkhana, Vacoas.

L’histoire de Hassan Ibne Chady peut devenir une source d’inspiration pour les jeunes de son âge qui aspirent à entrer dans le monde du travail malgré leurs moyens limités. Inspiré par le proverbe japonais qui dit « Le succès, c’est tomber sept fois, se relever huit », Muhammad Hassan Ibne Chady est d’avis qu’il faut toujours surfer entre les vagues pour franchir les récifs et croire en ses capacités. « J’ai enfin réalisé mon rêve de gamin en portant l’uniforme de la SMF après beaucoup d’efforts et de sacrifices », dit-il.

Orphelin de mère à 8 ans

Fils d’Ayoob Chady, imam à la mosquée de Trou-d’Eau-Douce, Muhammad Hassan a perdu sa mère à l’âge de 8 ans et a grandi sans l’amour maternel. Cet épisode de sa vie l’a profondément marqué mais il a toujours pu compter sur le soutien de son père. Le jeune Hassan a fait ses études primaires à l’école de Trou-d’Eau-Douce et ses études secondaires au collège Darwin à Flacq, avant d’être transféré au collège Prof Basdeo Bisoondoyal.

Muhammad Hassan nous raconte qu’il était un étudiant intelligent, mais très souvent la crise d’adolescence faisait obstacle à ses efforts et il ne réalisait pas que pour réussir aux examens, il faut travailler avec vigueur. Son père lui avait toujours dit que rien n’est acquis facilement sans effort. Il passe les examens du School Certificate au collège Prof Basdeo Bisoondoyal et connaît deux échecs consécutifs en mathématiques. Son envie de faire partie de la force policière s’éloigne et c’est là qu’il réalise la valeur de l’éducation.

« Manev mason »

Mais Muhammad Hassan n’est pas du genre à se laisser abattre facilement et se dit qu’il y a toujours de l’espoir malgré l’échec. Après ses deux échecs aux examens du SC, il n’a plus le droit de rester au collège et doit prendre des cours payants au collège Ocep pour reprendre de nouveau les examens du SC en privé. Muhammad Hassan raconte que pour payer ses cours, il a dû consentir à d’énormes sacrifices. « Mo finn bizin travay kouma manev mason », confie-t-il et d’ajouter qu’il se rendait également à l’Île aux Cerfs pour aider à faire des grillades pour les touristes contre quelques sous. D’ailleurs, il laisse entendre qu’il n’a pas honte de raconter qu’il a travaillé comme « manev mason ek mekanisien » pour payer ses cours.

L’envie de réussir pour intégrer la force policière lui a donné du courage pour apprendre, parfois jusqu’à tard dans la nuit. À sa troisième tentative aux examens du SC, Muhammad Hassan obtient de bons résultats et postule pour un emploi dans la force policière, plus précisément à l’unité de la SMF. Hassan dit avoir choisi la SMF pour sa discipline et sa façon d’opérer. Très bon sportif, notre interlocuteur n’a pas eu de difficultés à passer les tests d’aptitude. D’ailleurs, il est classé premier en natation et a été nommé Best Swimmer Recruit de la SMF.

Discipline et rigueur

Durant les six mois de formation, Muhammad Hassan a démontré de grandes qualités dans plusieurs domaines. Il laisse entendre qu’il est plus discipliné qu’auparavant et maintenant plus responsable. C’est avec un sentiment de grande fierté que son père s’est déplacé pour assister à la parade de fin de formation, le 19 juin, à Vacoas. Il avait les larmes aux yeux en voyant son fils porter l’uniforme et exécuter les gestes militaires lors de la parade, ce qui l’a rendu heureux. Muhammad Hassan n’a pas de mots pour exprimer sa gratitude envers son père, qu’il considère comme sa colonne vertébrale. « Sans mo papa zamé mo pa ti pou kapav porte iniform SMF. So ban consey ki li finn donn moi dan la vie extra importan ek zamé mo pa pou blier », dit-il, ému.

Lors de la cérémonie, Muhammad Hassan avait un pincement au cœur et il regrette que sa maman, Jahan Chady, ne soit plus de ce monde pour le voir en uniforme de policier. Il conseille aux jeunes de ne pas perdre leur temps avec des choses inutiles et de rester loin des fléaux de la société. Il leur conseille aussi d’écouter leurs parents et d’être respectueux envers les aînés. « Vous devez faire ce que vous aimez, c’est très important dans la vie », dit-il. Le jeune policier demande aux jeunes de ne pas négliger la prière et de ne pas s’éloigner de la religion, sinon ils seront perdus. « Mo dir ban zen, fer zot namaz regilieremen ek garde zot la tete haute, samem ki pou fer zot succès », conclut-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Interdite de porter le hijab pour suivre une formation : Shalma Auckbaraullee s’en remet à la justice

L’interdiction de porter le hijab pour pouvoir suivre une formation à l’institut Escoffier à Kendra, …