mardi , 11 août 2020

L’Arabie saoudite prépare un plan de reprise partielle de l’Umra

Après s’être barricadée pendant plus de 100 jours pour mieux lui faire rempart, l’Arabie saoudite qui déplorait, le mardi 30 juin, plus de 1 600 décès et plus de 186 500 cas de contamination, commence à entrouvrir prudemment ses portes, notamment de ses somptueuses mosquées et de ses hauts lieux saints.

Alors que le Covid-19 n’a, hélas, pas encore dit son dernier mot, les autorités saoudiennes sont confrontées à un autre problème épineux : le retour progressif à une vie normale, sans jamais baisser la garde, avec ce double écueil que représentent la gestion des foules, en l’occurrence des impressionnantes processions de fidèles en Terre sainte, et la préservation à tout prix de leur sécurité.

Face à ce casse-tête qui semble inextricable, elles réfléchissent toutefois à l’élaboration d’un plan annuel de reprise de l’Umra, de manière partielle et graduelle. A l’approche d’un grand moment, la réouverture d’une partie de la prestigieuse Mosquée al-Harâm, la Grande Mosquée de La Mecque et premier lieu saint de l’islam, l’Agence saoudienne pour les Affaires de la Grande Mosquée de La Mecque vient de dévoiler les premières modalités de ce plan inédit de « contrôle des foules ».

Les nouvelles mesures se déclinent comme suit :

  1. Installation de caméras thermiques à toutes les entrées de la mosquée ;
  2. Conception de points d’entrée et de sortie séparés pour les visiteurs ;
  3. Empêcher les individus ayant une température élevée de pénétrer dans la mosquée et les envoyer vers des spécialistes du ministère de la Santé ;
  4. Appliquer des mesures de distanciation sociale à tout moment pour éviter le surpeuplement ;
  5. Les masques faciaux seront obligatoires pour tous les visiteurs ;
  6. Le premier et le deuxième étage de la Sainte Mosquée seront réservés à ceux qui exécutent le Tawaf. Les personnes âgées et les personnes ayant des besoins spéciaux utiliseront le deuxième étage.
  7. L’enceinte sacrée de la Mosquée al-Harâm, à proximité de la Ka`bah, pourra être fermée aux visiteurs, en particulier le vendredi.

Rappelons que c’est au nom de la protection de la vie humaine, ce don précieux de Dieu dont la sacralité ne saurait être remise en cause, que la monarchie saoudienne s’est prononcée en faveur du maintien du Hajj (grand pèlerinage), le 28 juillet prochain, mais en le réservant exclusivement à quelque 1 000 fidèles résidant sur son sol. Des pèlerins de toutes origines dûment sélectionnés, qui devront avoir moins de 65 ans et ne pas souffrir de maladies chroniques.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Les heureux élus du pèlerinage – Wajdan Ali : une Saoudienne de 25 ans guérie de la Covid-19

«Je suis submergé de joie», confie Ni Haoyu. À l’image de ce Chinois, de nombreux …