mercredi , 16 octobre 2019
Accueil / Actualités / Des Hafiz qui jonglent entre le travail et le Taraweeh
Hafiz

Des Hafiz qui jonglent entre le travail et le Taraweeh

Se donner à fond à son travail le jour et diriger le taraweeh le soir n’est certes pas une tâche facile. Comment ces Hafiz-ul-Quran arrivent-ils à gérer leur temps ? Ils sont plusieurs à travers l’île et ils nous livrent leurs secrets…

Huzaifah Ibn Ihsaan Buxsoo (Zinat-ul-Islam) : «La récitation du Coran ne s’arrête jamais»

Huzaifah Ibn Ihsaan Buxsoo Hafiz Huzaifah Buxsoo dirige le taraweeh à la mosquée Zinat-ul-Islam, à la rue Saint James, Port-Louis. Le matin, de 6 heures à 11 heures, il travaille au département sanitaire de la municipalité de Port-Louis. Pour faire la révision du Coran, Hafiz Huzaifah se lève tôt avant le namaz Fajr. « Même à l’heure du travail, la récitation ne s’arrête jamais et se poursuit pendant mes moments libres », dit-il. Selon lui, pour que le Hifz devienne facile, on doit éprouver un grand amour pour le Saint Coran. D’ailleurs, les leçons de Hifz qu’il prodigue à ses élèves aux mosquées Al-Meezan et Zinat-ul-Islam, l’aident beaucoup à faire la révision en même temps que ses élèves. Malgré son expérience de 16 ans comme Hafiz, notre interlocuteur avoue que diriger le taraweeh n’est pas une tâche facile. « La révision du Coran est une chose et diriger un taraweeh en est une autre. On ressent toujours une certaine pression lorsqu’on se prépare à diriger le taraweeh», précise-t-il. Personnellement, Hafiz Huzaifah se sent soulagé après avoir accompli cette noble tâche chaque soir durant tout le mois de Ramadan. Pour lui, négliger la révision quotidienne du Saint Coran tout au long de l’année peut emmener un Hafiz à oublier les versets coraniques. « Ce n’est pas une obligation de devenir Hafiz, mais une fois que vous l’êtes, vous avez la responsabilité de le préserver », dit-il.


Zubair Karroo (Dar-ul Islam) : «Pas nécessaire d’effectuer de longues heures de révision»

Zubair Karroo Hafiz Zubair Karroo exerce comme consultant pour la société Deloitte à Ébène. Il a donc un emploi du temps très chargé et travaille de 8h30 à 5 heures. Le soir, il dirige le taraweeh à la masjid Dar-ul-Islam, à Camp-Chapelon, Pailles. C’est après le sehri et après le namaz Fajar qu’il se consacre à la révision du Coran. À son avis, il n’est pas nécessaire d’effectuer de longues heures de révision pour réussir à diriger le taraweeh. « Toutefois, ce n’est pas le cas pour tous les Hafiz. Il y a des recherches qui démontrent que si l’on apprend le Hifz depuis son enfance, la mémorisation devient plus facile et efficace, mais si on a appris le Coran plus tard dans sa jeunesse, cela devient plus difficile », indique-t-il. D’ailleurs, pour avoir une bonne mémorisation, Hafiz Zubair récite tous les jours un siparah, et en un an, il arrive à terminer 9 fois la récitation du Saint Coran. Quand il part travailler en voiture, il en profite pour faire sa récitation. « S’il m’arrive des fois à avoir des doutes pendant ma récitation, je me fais un devoir de les vérifier lorsque je rentre à la maison », ajoute-t-il. Son conseil aux autres Hafiz : « Si un Hafiz rencontre des difficultés en dirigeant le taraweeh le soir, il faut absolument qu’il consacre plus de temps à la révision. Comme on jeûne durant ce mois, on peut faire la révision pendant la pause-déjeuner. »


Sarfaraz Rasmally (Madrassah 7ème Mile) : «Je profite des périodes libres au collège pour réviser»

Sarfaraz Rasmally Sarfaraz Rasmally est enseignant au collège d’État Sharma Jugdambi, à Goodlands. Il dirige le taraweeh à la Madrassah de 7ème Mile à Triolet. Cela fera bientôt 15 ans qu’il officie comme Hafiz dans les mosquées à travers le pays. Pour lui, ce n’est pas toujours facile de jongler entre sa profession et le taraweeh. « J’apporte mon Coran avec moi au collège et je profite des périodes libres pour réviser. À la maison, avec toutes les occupations et autres corvées, il est difficile d’effectuer mes révisions », nous confie-t-il. Hafiz Rasmally indique que la révision intense du Coran débute avant le Ramadan soit durant le mois de Rajab. En dehors du Ramadan, Sarfaraz ne peut pas faire la révision au quotidien, mais il essaie de se rattraper lors des cérémonies religieuses et durant ses moments libres. La mémorisation du Coran l’a grandement aidé dans ses études et il pense que « tout le monde peut mémoriser le Coran si on a la volonté ».  « D’ailleurs, c’est pour cette raison que je dirige le taraweeh chaque année afin de ne pas oublier mon apprentissage », relate-t-il.


Qari Abdul Majid Hussain Attari (Anwar-e-Madinah) : «Je profite du trajet en voiture pour faire ma récitation»

Qari Abdul Majid Hussain Attari Qari Abdul Majid Hussain Attari dirige le taraweeh depuis 25 ans. Durant la journée, il donne des cours au centre de Dawat-e-Islami à Port-Louis. Le soir, il dirige le taraweeh à la mosquée Anwar-e-Madinah, à Piton, où il officie comme khateeb. Il quitte le centre pour rentrer chez lui à 15h30. «  Je profite du trajet en voiture pour faire ma récitation. Maintenant avec le smartphone, c’est devenu facile », explique-t-il. Pour ne pas faillir dans la mémorisation du Saint Coran, Qari Majid Attari conseille aux autres Hafiz de bien planifier leur temps et d’essayer de se rattraper si jamais ils n’ont pas eu l’occasion de faire la récitation. Il est d’avis qu’un Hafiz doit impérativement diriger le taraweeh chaque année pour ne pas oublier les versets coraniques.  Il avance que deux mois avant le Ramadan, un Hafiz doit intensifier ses révisions et terminer au minimum une lecture complète du Coran. Son conseil : « Allah n’aime pas qu’on apprenne le Saint Coran pour l’oublier ensuite, par négligence. Malgré nos occupations quotidiennes, c’est la responsabilité du Hafiz de trouver le temps pour réviser et ne pas oublier ce qu’il a appris. »

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

MMM

MMM : le BP finalise la liste des candidats

La liste des 60 candidats du Mouvement Militant Mauricien (MMM) pour les prochaines élections a …