samedi , 6 juin 2020
Dr Tahbrez Soormally

Dr Tahbrez Soormally, PhD Islamic Studies, MA Education : une soif inextinguible d’apprendre et d’enseigner

Dr Tahbrez Soormally naquit à Quartier-Militaire au sein d’une famille de classe moyenne. Il passa une enfance modeste élevé par des sacrifices énormes de ses parents pour réaliser un rêve inimaginable à Maurice. Il est marié et père de trois enfants : une fille et deux fils. Son fils aîné, Hassaan, âgé de 11 ans, devint Hafiz-ul-Quran à l’âge de 9 ans. Sa benjamine, Khushboo âgée de 8 ans, est déjà Haafizah de 14 Juz. Et le dernier, Rayhaan, âgé de 4 ans, mémorise son premier Juz. C’est son épouse qui s’occupe de l’éducation de ses enfants.

Dr Tahbrez Soormally fréquenta l’école primaire Révérend Edward Walter Govt School, puis poursuivit ses études secondaires au collège Eden à Rose-Hill de 1994 à 2000, optant pour l’économie, la comptabilité et le français comme matières principales aux examens de HSC. Toutefois, le destin lui réservait quelque chose de différent.

Amour pour le professorat

Après ses études secondaires il se vit offrir une opportunité d’apprendre la technologie informatique. Il suivait ses cours le matin et travaillait comme pompiste l’après-midi. Ses sacrifices portèrent leurs fruits et il fut embauché par le ministère de l’Éducation pour enseigner la technologie informatique (ICT) au primaire.

Son penchant pour l’enseignement le vit aussi servir comme Imam au Masjid Kartaba de Riche-Mare et à l’Aleemee Masjid de rue La Croix, Curepipe. Après ses études il continue à prêcher l’islam à travers l’île lors des sermons du vendredi et autres assemblées religieuses.

Il a travaillé aussi comme Supply Teacher à plusieurs reprises pour la langue arabe et Islamic Studies dans les collèges d’état.

Éducation islamique

Dès son adolescence, il assistait aux classes hebdomadaires de Yusuf Mulung (Ustad Jamal), un homme pieux et charismatique de Providence, qui, même à un âge avancé se déplaçait chaque semaine pour initier les musulmans à l’apprentissage de la religion et surtout à leur inculquer la spiritualité islamique. C’est lui qui déclencha la passion pour la religion chez le jeune Tahbrez. Il a pour cela une grande reconnaissance pour son ami sincère, le Mawlana Faizal Keerpah, qui agit comme guide pour l’encourager sur le chemin de la religion.

Ensuite il passa quelques années au sein de Dawate Islami pour l’étude et la pratique de la Sunna. Pendant ce temps il traduisit en créole plusieurs livrets destinés à réformer l’individu.

Il suivait aussi les classes de Tafsir et Fiqh du grand Mufti de la Jummah Mosque, Mufti Ishaq Qadri. Cependant le destin lui sourit quand il se fit admettre au Darul Uloom Aleemiah sous la tutelle de Mawlana Hayaat Noorkhan pour le cours ‘Imamat-o-Khitabat’.

Contribution littéraire

Ayant un penchant naturel pour l’écriture, notre interlocuteur ne tarda pas à apporter sa contribution à la littérature islamique. Il paracheva la translitération d’un chef-d’œuvre en poésie ourdoue, Hadaaiq-e-Bakhshish, écrit par Alaa Hazrat, Imam Ahmad Raza khan qui fut publiée en 2010. Puis il traduisit Shaan-e-Habeeb-ur Rahmaan min Aayaat-il-Quraan et le nomma ‘Les Vertus du Messager à la Lumière des Versets’. Écrit par le Mufti Ahmad Yaar Khan Naeemi, ce livre est une collection de plus d’une centaine de versets coraniques élaborant sur les vertus du prophète de l’Islam. En ce moment, il finalise la traduction française d’un chef-d’œuvre en spiritualité islamique intitulé Minhaj-ul-Abideen ilaa Jannati Rabb-il-Alameen, écrit par l’un des plus illustres savants de l’histoire, Imam al-Ghazali. La version française est titrée ‘Le Chemin des Fidèles vers le Paradis éternel’.

Études tertiaires et hommage à son mentor

En 2006, travaillant comme enseignant de l’ICT au primaire il eut l’idée de poursuivre des études tertiaires en Islamic Studies, de par sa passion pour l’islam. Vu le manque de cours disponibles localement, il eut recours à l’éducation à distance et s’inscrivit pour un BA Arabic & Islamic Studies à la University of South Africa (UNISA). Deux ans plus tard, son contrat d’enseignant arrivé à terme, il se retrouva en butte à des difficultés financières pour compléter ses études. S’il réussit à franchir ces obstacles, il le doit beaucoup aux efforts de ses parents, ses beaux-parents, au soutien indéfectible de son épouse, au Dr Hussein Peeroo et surtout aux bénédictions du Mawlana Hayaat Noorkhan. Ce dernier eut une telle influence sur lui qu’il réussit non seulement à terminer son BA en 2011, mais aussi décida de poursuivre des études islamiques à l’étranger. Il s’envola avec son épouse et ses deux enfants pour l’Inde où il compléta son MA à la célèbre Aligarh Muslim University. Sa passion pour l’éducation le mena aussi à suivre un MA à distance de l’Indira Gandhi National Open University (IGNOU).

De retour au pays en 2014, il fut appelé pour une deuxième fois à servir l’Aleemee Masjid à Curepipe. Après quelques mois il prit son courage à deux mains pour réaliser le rêve de son illustre enseignant, le Mawlana Hayaat Noorkhan,et d’entreprendre un doctorat en études islamiques.

En 2017, après avoir passé cinq années en Inde, il réussit à terminer avec brio son doctorat ainsi que son MA en éducation. Il a une pensée spéciale pour les autres élèves du Mawlana Hayaat (surtout le frère Roosdy Teelhawod) qui contribuèrent avec ferveur pour faciliter son séjour en Inde. En parallèle il prit part aux examens de Fazil à travers le UP Madrassa Board of Education. N’empêche, il garde les pieds sur terre en se rappelant des paroles de son mentor, le Mawlana Hayaat : les qualifications ne font pas de vous un savant, au contraire vous avez appris comment étudier, et maintenant l’étude concrète commence.

Ambition

Après ses brillantes réalisations académiques et religieuses,

Dr Tahbrez Soormally voudrait tellement voir des cours tertiaires en Islamic Studies être lancés Maurice. Il regrette le manque de tels cours en dépit d’une demande grandissante des élèves pour suivre des études islamiques au niveau tertiaire. Ayant toujours une soif inextinguible pour l’éducation, il compte préparer un deuxième doctorat en pédagogie à l’avenir, mais pour cela il attend de trouver un emploi afin qu’il puisse contribuer davantage au développement éducationnel de son pays.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Émancipation de la femme mauricienne – Shahanara Motala : vulcanisatrice et convoyeuse de voitures

La Journée internationale de la femme est célébrée partout dans le monde ce dimanche 8 …