vendredi , 6 décembre 2019
Accueil / Interview / Ameenah Gurib-Fakim : «Je ne penserai jamais à marier ma fille à 16 ans»
Ameenah Gurib-Fakim

Ameenah Gurib-Fakim : «Je ne penserai jamais à marier ma fille à 16 ans»

Ameenah Gurib Fakim, ex-présidente de la République, dans l’interview qu’il nous a accordée, nous parle de sa vie après son départ de la State House, de ses projets en chantier, de la violence conjugale et de l’utilisation de son image de musulmane aux élections générales en 2014. Elle se prononce aussi sur l’âge légal du mariage à 16 ans et l’âge de la responsabilité pénale à 12 ans.

Que devient Ameenah Gurib Fakim depuis qu’elle n’est plus présidente de la République?
Je suis plus occupée qu’auparavant. Je voyage beaucoup plus. J’ai maintenant plus d’occasions de mener à bon port tous les projets que j’avais enclenchés quand j’étais à la State House. Un projet phare que j’avais commencé quand j’étais à la State House concerne l’entreuprenariat pour les jeunes et aussi la mise en place d’un centre d’incubation pour les jeunes pour le déveoppement des entreprises à travers la science et la technologie . Pour ce projet nous avons obtenu un grant de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) qui s’élève à 250 millions de dollars. Pour ce projet qui sera lancé incessamment , nous aurons comme partenaire le Ghana. Nous allons pouvoir aider les jeunes Mauriciens qui ont des idées de mettre mettre en place leurs entreprises.

Avec le recul avez-vous des regrets après votre départ précipité de la State House?
(Avec un grand sourire) Je n’ai jamais eu de regrets dans ma vie. Comme je l’ai tout le temps dit dans le passé et dans ma biographie: je fais ls choses à ma façon et j’ai aimé ce qu j’ai fait. C’était un grand privilège de servir mon pays et j’ai eu cette opportunité de le faire avec honneur. Il y a une vie après la State House qui est aussi valable. Je n’hesiterai pas une séconde à dire que je ne regrette rien.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui?
Je suis tout le temps positive ,j’ai un état d’esprit trés sain et je vis maintenant ma quatrième vie. J’étais academicien, entrepreneur, et dans le monde politique.Je mène une vie trés simple, j’ai plus de temps pour consacrer à mes enfants et les choses que j’avais à coeur comme la publication et d’autres choses que j’aimais faire. Je voyage beaucoup et je ne suis presque pas à Maurice. À travers ma fondation, je m’engage davantage avec la jeunesse mauricienne et africaine. Je continue à construire.

Mme Fakim, est-ce que la State House vous manque ?
Pas du tout. Je n’y suis jamais retournée depuis mon départ.

Vous suivez quand même la situation politique même de loin.
Je n’ai aucune opinion. Chacun a son potentiel et sa vision. J’avais une vision quand j’étais à la State House. Maintenant mon succeseur viendra avec ce qu’il a à faire .

4 femmes assasinées en 1 mois. En tant que femme, est -ce que la violence congugale vous interpelle?
La violence tout court interpelle tout le monde. Assassiner une femme au foyer, considérée comme le socle de la famille, est innaceptable. Je trouve cela incroyable qu’au 21 ème siècle la femme est toujours sujette à la violence domestique. Maintenant il faut voir ce que nos institutions doivent faire pour protéger la femme. Les résultats prouvent que ne faisons pas assez. Il faut aussi voir quelle protection accorder à la femme et ce que nos lois proposent pour sa protection. C’est un travail qui interpelle les «decision makers» du pays. J’ai entendu des commentaires à l’effet que les femmes victimes de violence conjugale doivent venir dénoncer leursconjoints. Nous vivons dans une société patriarcale .

Le premier réflexe d’une femme battue par son époux c’est de cacher son visage. La pression familiale sera telle qu’elle ne va pas parler. Maintenant, il n’y a pas beaucoup de femmes battues qui ont cette confiance pour venir dénoncer leurs conjoints. Quel support et quelle protection donnons-nous pour demander à la femme battue de télephoner pour avoir un support psychologique? Il faut mettre une structure en place pour proteger les femmes victimes de violence conjugale. Nous parlons souvent de ‘shelters’. Quels sont les moyens que nous proposons à ces ‘shelters’ pour acceuillir ces femmes en termes de protection? Ne parlons pas de ‘protection orders’ qui ne sont pas respectés. Ce qui m’a le plus choqué c’est quand j’ai appris qu’un homme qui a assassiné son épouse a été gracié. Quel message envoyons-nous à la societé?

…pas beaucoup de femmes battues ont cette confiance pour dénoncer leurs conjoints»

En tant qu’ancienne Présidente auriez-vous consenti à ce que l’âge de la responsabilité pénale soit ramené à 12 ans?
Jamais de la vie. C’est hors de question. On ne doit jamais traiter un enfant de la même façon qu’on traite un adulte. L’enfant doit avoir un encadrement. Il existe suffisament d’exemples dans le monde . Il faut pouvoir adopter les meilleurs pratiques.

Et l’âge légal du mariage à 16 ans?
Encore une fois jamais de la vie. En tant que parent je ne penserai jamais à marier ma fille à l’âge de 16 ans. Je peux aller plus loin pour dire qu’il faut revoir l’âge de consentement pour le repousser à 21 ans. Nous avons signé des protocoles avec les instances internationales pour dire qu’il faut donner la chance aux filles et qu’il faut les éduquer.

On prétend que notre société est malade. Comment evaluez vous la situation ?
Tous cela est symptomatique de beaucoup de choses. On parle de la drogue.Où sont nos instances régulatrices? On parle du gandia. Savez vous que partout dans le monde on revoit la conssomation du canabis. Que faisons nous à Maurice? Allons-nous continuer à adopter la posture de l’autruche? Ce n’est plus possible. Il faut revoir le cadre légal et les structures.Tant que nous allons garder le canabis sur le Schedule 1 ce sera toujours tabou. Personne ne viendra parler de ce sujet. Je ne suis pas pour la légalisation du canabis tout de suite ou de la dépénalisation. Il faut revoir nos instances régulatrices. À l’’île de la Reunion on travaille sur le chanvre car c’est un potentiel de développement pour les fibres. Et cela n’a aucune THC comme molecule active.
Si en un mois on tue quatre femmes, que des jeunes meurent par overdose après avoir consommé de la drogue synthétique et que le nombre d’accidents fatals est en haussse constante, alors oui, on peut dire que notre société est malade.

Vous qui voyagez assez souvent, quelle est l’image de l’île Maurice à l’étranger?
R: ncore une fois je dirai que l’île Murice jouit d’une très bonne . Tout le monde connaît l’île Maurice comme destination de rêve et de plus en plus comme centre financier. Il faut vendre l’image de l’île Maurice comme une île intelligente. Il faut pouvoir vendre cette image de l’île Maurice comme un modèle de vivre-ensemble. D’ailleurs le pape l’a fait ressortir lors de sa visite chez nous.

Metro Express sera lancé le 30 septembre. Ameenah Gurib-Fakim fer-t -elle un tour en métro?
J’ai beaucoup voyagé en métro à l’etranger .On verra quand ce sera prêt.

Peut-on s’attendre à voir Ameenah Gurib-Fakim dans l’arène politique bientôt?
Je suis prête à servir mon pays en n’importe quelle capacité.

Que doit-on comprendre?
C’est à vous de deviner.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Haniff Peerun

Haniff Peerun, syndicaliste : «Revoir tout le mécanisme autour de la compensation»

Le président du Mauritius Labour Congress (MLC), Haniff Peerun, était un homme très remonté, vendredi, …