dimanche , 28 novembre 2021
Il était tout le temps souriant.

Abdul Rassid Badurally Adam : l’auteur de « Zarouratul Muslimeen » succombe à ses blessures

Abdul Rassid Badurally Adam, 75 ans, une figure emblématique dans le milieu socioculturel, a rejoint sa demeure éternelle.

Cet habitant de la rue La Paix, Port-Louis, a succombé à ses blessures après avoir été victime d’un accident de la route survenu le lundi 19 juillet. Il était à moto lorsqu’il a été percuté par une autre motocyclette pilotée par un jeune de 18 ans. L’accident s’est produit à l’angle des rues Sir Virgil Naz et Etienne Pellereau vers 18h40. Bhai Rassid revenait d’une séance de prière de la mosquée Al-Aqsam, rue Ail-Doré, à Plaine-Verte. Grièvement blessé, Bhai Rassid a été transporté par le SAMU à l’hôpital Dr A.G Jeetoo, où, après avoir reçu des soins, il a été admis à l’unité des soins intensifs. Pendant 43 jours dans un état comateux, il luttait entre la vie et la mort. Il devait pousser son dernier soupir le mardi 31 août.

Selon le rapport de l’autopsie pratiquée par le médecin légiste de la police, le Dr. Maxwell Monvoisin, Bhai Rassid est décédé à la suite d’un traumatisme crânio-cérébral. « Nous avons perdu un père formidable et très respectable. Il a accompli tous ses devoirs en tant que père et a assuré que ses enfants ont eu une bonne éducation islamique et académique. Et notre mère a perdu également un époux de grande qualité noble et plein de sagesse et de la bonté », déclare Mashoudah, la fille de Bhai Rassid. ‘Wages Clerk’ à la poste centrale jusqu’à sa retraite, Abdul Rassid Badurally Adam était un homme très dynamique qui est resté très actif jusqu’à son accident. Treize jours avant l’accident, soit le 6 juillet, il avait soufflé ses 75 bougies.

Assoiffé de connaissances

Le défunt a toujours été un homme très pieux. Marié et père de quatre enfants, dont trois fils et une fille, il est aussi grand-père de six petits-enfants. Dans sa vie il accordait de l’importance à sa famille et à sa foi. Sa conviction religieuse l’a conduit à devenir même l’auteur de plusieurs ouvrages concernant la pratique de l’islam. D’ailleurs, son dernier ouvrage, intitulé ‘Zarouratul Muslimeen – volume 2’, a été publié en février 2021. Son premier livre remonte à novembre 1994. « Mon père nous prépare pour une vie meilleure ici-bas comme dans l’au-delà. C’était un homme très cultivé. Il suivait des cours de perfection en langue arabe écrite et parlée. Il nous disait toujours ‘aprane pas fini dans la vie, bizin continuer augmente nous connaissance’ », nous confie Mashoudah. « Il aimait la lecture et les recherches. Il n’a jamais cessé de se documenter. Pour pouvoir donner les bonnes connaissances à tout le monde », ajoute-t-elle.

La religion tenant une place importante dans sa vie, Bhai Rassid a accompli le Hadj à quatre reprises et l’Umrah en plusieurs occasions. Son dernier umrah a été en novembre 2019 où il avait accomplir l’i’tikaf à la mosquée Madinah Munawwarah. Soulignons que le jour de l’accident, il jeûnait. Depuis des années, il agissait en tant que bénévole auprès de la Jummah Mosque. L’accident fatal dont a été victime Abdul Rassid Adam a grandement bouleversé sa veuve et ses enfants. « Dimoune pas kone valeur la vie. Par zot imprudence c’est tout ene famille qui soufer. Difficile pour tire sa tristesse là dans nous le cœur. Mo maman aussi souffert pareil. Nou papa ti en bonne santé. Li perna aucaine maladie si li ti mort avec ene malade nous ti pou comprend mais pas dans ene accident par l’imprudence ene jeune », déclare Mashoudah.

Sur nos routes

852 accidents ayant fait des victimes recensées en six mois donc 51 se sont avérés mortels. Il y a donc eu une légère hausse des accidents ayant fait des victimes (avec des décès ou des blessés) sur nos routes.

Ainsi, au cours du premier semestre 2021, 852 accidents de ce type ont été enregistrés comparativement à 845 entre janvier et juin 2020, indique Statistics Mauritius dans un rapport publié le mardi 31 août. De ces 852 accidents, 51 se sont avérés mortels contre 50 l’an dernier. Le nombre de personnes qui sont décédées à la suite d’un accident de la route s’élève à 53 entre janvier et juin 2021 contre 52 pour la période correspondante en 2020.

Autre information : parmi les victimes les plus vulnérables, on retrouve les conducteurs et les passagers (52,8%) suivis des piétons (20,8%). A retenir aussi que le nombre d’accidents sans gravité a grimpé de 5,3 %, passant de 11 046 au cours du premier semestre de 2020 à 11 636 durant la période correspondante en 2021.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Restriction dans les lieux de culte : «Inacceptable», martèle Paul Bérenger

«Inacceptable. C’est le cafouillage total. Que cessent les incompétences successives de ce gouvernement. Kailash Jagutpal …