mardi , 29 septembre 2020
Siddick Goodur

Siddick Goodur : «Les policiers ont agi comme des voyous»

à L’Escalier, la famille Goodur  a vécu un véritable calvaire à leur domicile durant la soirée du jeudi 6 septembre. Des carreaux de vitre cassés, une porte endommagée, des meubles dans la maison abimés. En outre, deux membres de la famille ont été blessés.

Tel est le triste bilan lors d’une opération de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) qui était épaulée par une équipe de commando lors d’une descente des lieux chez cette famille. Résultat: une opération infructueuse où rien de compromettant n’a été trouvé chez cette famille jusqu’ici sans histoire.

Humiliation

Siddick Goodur, 58 ans, est père de six enfants (3 fils et 3 filles) et aussi grand-père de trois petits-enfants. Il travaille comme Postal Executive à la poste et compte 36 ans de service. Depuis jeudi, il n’arrive toujours pas à fermer l’œil et chasser cette mauvaise image de sa mémoire après l’humiliation qu’il dit avoir subie en compagnie de sa famille. « Je n’ai rien contre la police qui fait son travail mais il y a une façon de faire. Avant tout, les policiers auraient dû bien se renseigner sur nos activités pour savoir  si vraiment nous sommes liés aux affaires de drogue. Ce qu’on a compris, c’est qu’ils  ils ont eu des renseignements et sans même les avoir vérifiés, ils ont agi comme des voyous surtout ceux du groupe GIPM et du commando. Le Commissaire de police devra initier une enquête sur la façon de faire de cette unité de la police. Nou ene fami respectable et fine traite nou kuma banne récidivisse », fulmine Siddick.

En ce jeudi fatidique, Siddick  avait terminé la prière Mahgrib aux alentours de 18h30. Il a allumé la télé pour regarder les informations. Son épouse, leur fille, ses deux petits-enfants et ses deux fils Javed (32 ans) et Jalil (28 ans) se trouvaient dans la cuisine pour prendre le dîner. Siddick a entendu comme un bruit devant sa porte. « Kan mo fine alle gueter mo trouve banne dimoune en cagoule et zot pe rode defonce la porte. Zot pe dire ouvert, mo deux garson tout fine vini pe pousse la porte pou pas laisse zot rentrer », raconte Siddick.

Il nous explique que des individus, armés et encagoulés, ont réussi à entrer chez lui. « Mo dire zot ki pe arrivé, ki zot pe rodé. Ene tape moi coup ene matraque dans mo la tete, et li tape moi enkor dans mo la main. Mo kumense saigné mo trouve bane lezot pe batte mo garson Javed aussi. Zot met menotte avec li. Faudre kan mo trouve banne Adsu ki mo koné ki banne la police parski ene deux dimoune mo koné ladan », ajoute Siddick.

Fouille

Au moment des faits, deux enfants en bas âge étaient présents, mais les policiers ont quand même lancé du gaz lacrymogène. Entretemps, des voisins et des badauds se sont regroupés à l’extérieur de la maison. Ils ont exprimé leur colère face à la manière de faire des policiers. Une fouille des différentes pièces de la maison, y compris des meubles, a eu lieu. L’exercice s’est terminé sans qu’aucun objet incriminant n’ait été retrouvé.

Siddick Goodur et ses fils Javed et Jalil ont reçu des soins à l’hôpital Nehru, à Rose-Belle. Ils ont pris un formulaire 58 et ont également consigné une déposition à la police pour « damaging property »  et brutalité policière.

«  Zamai persone ine gagn case la drogue, nu pa kompren kifer la police ine fer kumsa. Ti kapav rentrer fouiller trankil », avance l’un des membres de la famille.

Les membres de la famille Goodur évoquent la thèse de vengeance et règlement de compte, avec un des éléments de l’ADSU. Ils font état de leur intention d’écrire au Commissaire de police pour réclamer des explications. Et ils comptent retenir les services d’un homme de loi pour entamer des poursuites légales.

Mandat de perquisition

«La police était munie d’un mandat de perquisition mais il y a eu de la résistance», dit Shiva Coothen, responsable de la cellule de communication de la police. Il affirme que lors de l’opération policière qui s’est déroulée chez la famille Goodur dans la nuit de jeudi à L’Escalier, les policiers ont été obligés d’agir avec la force. Le but n’étant pas de saccager la maison des Goodur, mais bien de faire une fouille, souligne l’inspecteur Shiva Coothen, tout en indiquant qu’ils ont agi dans les paramètres légaux.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Adjoint au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill : Nazir Junggee prône une politique participative des citadins

Nazir Mohamad Ameen Junggee a été choisi comme adjoint au maire de la ville de …