lundi , 23 mai 2022

S.E. Muhammad Arshad Jan Pathan : «Le Pakistan sera désormais plus présent sur le continent africain»

Le nouveau haut-commissaire du Pakistan à Maurice, Son Excellence Muhammad Arshad Jan Pathan, nous a accordé son tout premier entretien depuis sa prise de fonction officielle, il y a deux semaines. Il confie avoir plusieurs idées en tête notamment pour le tourisme, le commerce et la culture, entre autres.

Vous êtes à Maurice depuis deux mois. Comment voyez-vous le pays?
Tout d’abord, laissez-moi remercier le journal Star de me donner l’opportunité de m’exprimer. Maurice est un très beau pays avec une diversité extraordinaire. Le peuple est admirable et respectueux. Je suis extrêmement reconnaissant envers le gouvernement mauricien pour avoir organisé une visite de courtoisie au Premier ministre, Pravind Jugnauth, et au président de la République, Prithivirajsingh Roopun. Je compte rendre une visite de courtoisie au vice-Premier ministre et au ministre des Affaires étrangères cette semaine.

Comment comptez-vous vous démarquer de vos prédécesseurs?
Je constate que l’agenda de tous mes prédécesseurs est le même, c’est-à-dire ayant pour but d’améliorer les relations entre nos deux pays. Je suis cela dit très excité à l’idée de découvrir les opportunités de collaboration entre Maurice et le Pakistan dans divers domaines. Beaucoup de projets ont été réalisés et d’autres sont sur le point de se concrétiser. Mon objectif est donc de faire un suivi de toutes les propositions d’accord entre le Pakistan et Maurice.

D’année en année, nos deux pays ont mis l’emphase sur la consolidation de leurs relations. Mais en réalité, le chemin semble encore long. Est-ce par manque de volonté ?
Non, je ne pense pas qu’il y a un long chemin à parcourir dans la consolidation des liens entre le Pakistan et Maurice. J’espère améliorer la visibilité du Pakistan à Maurice à travers une campagne de conscientisation à la culture et au peuple pakistanais. Ceci va contribuer à davantage resserrer les liens entre nos deux pays. Je dois mentionner qu’à travers sa politique « Engage Africa », le Pakistan sera plus présent sur le continent africain et en particulier Maurice et ce, dans le domaine de la politique, la culture, l’économie et par-dessus tout, la participation des médias.

Pensez-vous que le commerce est le seul moyen pour raffermir les liens entre nos deux pays?
Vous savez, l’économie est souvent considérée comme un pilier dans les relations entre deux peuples. Durant mon mandat, je compte œuvrer pour améliorer le commerce entre Maurice et le Pakistan. Mais en parallèle, j’aimerais aussi faire découvrir aux frères et sœurs Mauriciens toute la culture pakistanaise, sa musique, l’art, la littérature et les médias. Améliorer les relations diplomatiques est aussi un aspect à considérer. Lors de ma rencontre avec M. Pravind Jugnauth, j’ai réitéré le souhait d’Imran Khan d’inviter le Premier ministre mauricien à visiter le Pakistan aussitôt les restrictions levées. J’espère que cela aura lieu durant mon mandat à Maurice.

Le Pakistan peut bénéficier de l’expertise mauricienne dans le domaine du tourisme»

Estimez-vous que Maurice et le Pakistan n’exploitent pas suffisamment leurs accords commerciaux ?
L’objectif du « Preferential Trade Agreement » avait pour but d’améliorer le commerce de produits d’après une liste prédéfinie. Malheureusement, les résultats sont peu reluisants. Toutefois, l’aspect positif est que le Premier ministre mauricien a accepté d’aller de l’avant avec la 11e session du « Joint Working Group » établi entre Maurice et le Pakistan. Cela pourrait être une étape importante dans la relance du commerce entre nos deux pays. En outre, il est plus que nécessaire à présent d’établir une ligne aérienne directe entre Maurice et le Pakistan pour faciliter les échanges.

Etes-vous d’avis que le port de Gwadar pourrait être mis à la disposition des hommes d’affaires mauriciens en vue de pénétrer le marché asiatique ?
Effectivement. Gwadar est un port stratégique dans le monde des affaires. C’est aussi un port direct entre le Pakistan et la Chine selon le « China-Pakistan Economic Corridor ». Mais Gwadar facilite également le mouvement des marchandises vers l’Afghanistan et les états de l’Asie centrale. C’est une route plus courte, moins coûteuse et plus rapide pour le commerce dans la région.

Le Pakistan produit des vaccins depuis l’année dernière. Comment votre pays peut-il aider Maurice dans la lutte contre la Covid-19 ?
C’est vrai que le Pakistan produit des vaccins, mais la capacité de production suffit seulement pour la population pakistanaise et actuellement, nous n’exportons pas nos vaccins. Toutefois, les institutions locales entre nos deux pays peuvent développer des stratégies et coopérer entre elles afin de partager leurs expériences et venir à bout de cette crise. Je suis d’avis qu’au niveau du Pakistan, le National Command Operation Center (NCOC), qui opère sous la supervision du bureau du Premier ministre, a beaucoup à partager !

Dans quels autres secteurs l’île Maurice peut-elle bénéficier de l’expertise du Pakistan ?
Le Pakistan a développé une base solide dans le secteur de la technologie, il y a quelques années de cela. Le volume d’exportation dans le domaine des produits technologiques est passé de quelques millions de dollars à 3 milliards de dollars. Je pense donc que Maurice peut bénéficier de l’expertise pakistanaise dans le domaine de la technologie. Toutefois, nous sommes prêts à aider dans d’autres secteurs comme le textile, le secteur bancaire, le bien-être, etc. À l’inverse, je suis certain que le Pakistan peut bénéficier de l’expertise mauricienne dans le domaine du tourisme. La capacité de Maurice à générer des revenus à travers divers établissements dans ce secteur est remarquable. Je suis prêt à établir des contacts pour des collaborations prochaines.

Avant la pandémie, Maurice et le Pakistan ont œuvré pour la promotion des deux pays comme une destination touristique. Est-ce toujours réalisable malgré le contexte ?
Le tourisme a toujours été un pilier important de l’économie mauricienne. Les belles plages et les diverses activités aquatiques et terrestres sont des atouts pour attirer des touristes pakistanais. En parallèle, le Pakistan est une destination prisée pour ses sites historiques et religieuses, l’escalade des montagnes, ses déserts, et aujourd’hui, nous parlons même de tourisme médical. D’ailleurs, l’actuel gouvernement pakistanais souhaite développer des infrastructures touristiques et des parcs écologiques. Plusieurs projets sont disponibles en partenariat. La haute commission du Pakistan est partie prenante dans des projets touristiques en organisant un road show à Maurice et au Pakistan. À cet effet, je voudrai mettre encore l’emphase sur la nécessité d’une ligne aérienne directe pour promouvoir le tourisme.

Sinon, quelles sont les différentes activités que le haut-commissariat du Pakistan compte organiser dans les mois à venir ?
Nous serons très engagés dans la promotion du commerce et des activités culturelles. Selon les restrictions en vigueur dans le pays, la haute commission va célébrer la journée nationale du Pakistan à la fin du mois de mars. D’autres activités ont trait à la célébration de la fête Eid-ul-Fitr, l’Eid Milad-un-Nabi, le festival des mangues, des expositions de photos, des concerts et aussi le festival de cinéma pakistanais.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Nausheen Saumtally, formatrice : «L’adaptabilité est la clé en cette ère de nouvelle normalité»

Dans le cadre de la journée internationale des femmes observée le 8 mars, Nausheen Saumtally, …