jeudi , 30 juin 2022
Feroz montrant la canne à pêche avec laquelle il a sauvé les deux hommes.

Comportement héroïque à Le Souffleur : Feroz Houjee sauve de la noyade un médecin et son frère

À l’Escalier dans le Sud de l’île, tout le monde ne parle que de Feroz Houjee, gérant d’un magasin de matériel de pêche, qui a fait preuve d’un comportement héroïque dimanche dernier à Le Souffleur.

On dit souvent que les vrais héros ne portent pas de cape. Et c’est vrai dans le cas de Feroz Houjee. Ce père de famille a sauvé de la noyade un médecin et son frère qui se sont retrouvés en grande difficulté à Le Souffleur et tentaient de s’agripper à un rocher. Cet acte de bravoure, il n’est pas prêt de l’oublier. Passionné de pêche, il raconte que durant ses moments libres, il se rend à Le Souffleur à un endroit précis connu comme « ». En ce dimanche 27 février, le temps était pluvieux et la mer démontée. En arrivant sur place vers 16h, Feroz constate la présence de plusieurs personnes sur la plage et d’autres dans l’eau. « Mo koner ki deconseyer pou nazer laba. Mo ale lapes lor roche ek zamé mo nazé », dit-il.

Ainsi, Feroz raconte qu’il s’est distancé de la bande et s’est rendu dans un coin tranquille à 500 mètres des nageurs. Il était muni de son moulinet et de sa canne à pêche, et était prêt à faire mordre à l’hameçon une carangue, un poisson très apprécié. Vers 16h45, il remarque que quelques baigneurs, loin des brisants, étaient en difficulté et se démenaient pour s’échapper des grosses vagues. Il comprend tout de suite que ces nageurs sont en danger de mort et qu’il doit sauver ces personnes. Il a le bon reflexe de prendre son téléphone pour appeler un ami des garde-côtes pour lui signaler la situation à Le Souffleur. « Kamwad la dir moi geter kuma pou fer pou sov zot en atendan ki helikopter vini », nous dit-il.

« Sa ler la, mo fin fer du’as… »

Sur la plage, les familles des baigneurs en difficulté étaient prises de panique. Faisant preuve de sang-froid, Feroz prend alors sa canne à pêche, ôte l’hameçon, et se jette à l’eau à une hauteur d’environ un mètre pour échouer près d’un énorme rocher. Le déferlement des vagues rend l’opération difficile. « Mo fin resister ban vague la. Ti ena oursin amba mo lipie mai mo pan rekiler. Mo fin apros ar sa dé dimoun la, zot ti atrap saken so lamé ek zot ene distans 5 met ar brizan. Sa ler la, mo fin fer du’as ek mo dir Allah sauve moi ek sa dé dimoune la », raconte-t-il. Il leur lance alors sa ligne et leur demande de s’y accrocher solidement. Un des deux rescapés était parvenu à s’agripper à un rocher mais la force des vagues l’a poussé dans l’eau.

Feroz explique que c’était difficile, avec les vagues, de les sortir d’un coup. Après plusieurs minutes et à la force de ses bras, il a pu les ramener sur le rivage avec l’aide d’autres personnes. Le premier secouru était exténué et cherchait son frère. « Mo ti assure li ki so frer sain ek sauf », ajoute le sauveteur. C’est alors qu’il apprend que c’est un médecin au nom de Girish Mudun et son frère s’appelle Avish. « Mo ti extra fatigué ek mo fine remercier Allah ki Li fin permet mwa sov lavi dé humain », déclare-t-il. Il laisse entendre que s’il n’avait pas fait preuve de courage, les deux frères Mudun auraient eux aussi péri comme leurs cousins.

Quelques minutes après, l’hélicoptère de secours est arrivé et les secouristes ont pu sauver trois autres personnes prises au piège des grosses vagues. Le plongeur a pu sortir une personne de l’eau mais c’était malheureusement trop tard pour les deux frères Thanesh et Deevesh. Les membres de la famille du médecin ont remercié Feroz pour son comportement héroïque. « Mo fine expose mo lavi pou sov sa dé frer la. Si mo pa ti fer sa, mo ti pou regreter tou long mo lavi », fait-il ressortir. Feroz garde les pieds sur terre malgré son acte de bravoure. « Mo pa atan narnie en retour me si l’autorite pense mo merite ene meday, mo fami ti pou konten », dit-il

Feroz Houjee regrette qu’il n’ait pu sauver d’autres vies en ce dimanche fatidique et présente ses condoléances aux familles endeuillées. Il remercie aussi l’Helicopter Squadron pour sa prompte intervention.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Condamnation du beau-père d’Ayaan – Adil Ramdoo : «Sa sentence prison là pas assez»

Vendredi soir, Sheik Mohammed Al Ashar Sobratee, 24 ans, a été trouvé coupable, à l’unanimité …