mercredi , 2 décembre 2020
Manaar Jhummun, Feyd Ahmad Feiz Bengah et Amreen Camaloodeen
Manaar Jhummun, Feyd Ahmad Feiz Bengah et Amreen Camaloodeen

Rentrée 2020 : ma première semaine à l’école…

La rentrée scolaire peut être difficile pour de nombreux enfants. Mais pour d’autres, elle a été synonyme de joie et d’allégresse. Nous avons rencontré des enfants qui ont fait leurs premiers pas dans l’univers scolaire cette semaine allant du pré-primaire au secondaire.

Manaar Jhummun à la maternelle de Doha

La petite Manaar Jhummun n’a que 3 ans. Cette semaine, elle a découvert l’univers de l’école pré-primaire de Doha à Eau-Coulée. À cet âge, c’est une étape difficile à franchir surtout lorsqu’il s’agit de la séparation avec les parents. Pour son premier jour à l’école, cela n’a pas été chose facile pour Manaar, nous raconte ses parents, Riad et Naailah. « Les enseignantes sont formidables. Elles sont parvenues à distraire l’attention de Manaar avec des jeux et des coloriages », disent-ils.

Pour le deuxième jour de l’école, c’est avec un petit pincement au cœur que Manaar a dit au revoir à ses parents et à son petit frère Aydy, avant d’entrer en classe. Mais par la suite, tout s’est passé normalement. «Je suis surpris que ma fille s’est adaptée à son nouvel environnement aussi vite. Maintenant, elle ne veut plus rester à la maison. En une semaine, elle s’est déjà fait beaucoup d’amies en classe. Et elle adore son école », avance Riad. La petite Manaar, que nous avons rencontrée, a été au début timide, mais a fini par nous dire qu’elle aime aller à l’école. « J’ai beaucoup d’amies. Il y a des jeux et j’aime faire la glissade et le coloriage avec Miss Rookaya, Miss Parween et Miss Nawsheen. Elles sont très gentilles avec nous », nous dit-elle.

Soulignons que Riad et Naailah ont choisi d’inscrire leur fille à l’école de Doha à Eau-Coulée malgré le fait qu’ils résident à Montagne-Blanche. C’est à tour de rôle que le couple fait ce trajet le matin et dans l’après-midi pour déposer et récupérer Manaar. « L’école a un très bon niveau que ce soit pour l’éducation islamique ou académique », avance Naailah.

Feyd Ahmad Feiz Bengah à l’école Raoul Rivet

Feyd Ahmad Feiz Bengah, âgé de 6 ans, a été admis à l’école primaire Raoul Rivet, à la rue Saint-Georges, à Port-Louis. Après deux années à l’école pré-primaire de Bethlehem dans la capitale, Feyd Bengah était tout heureux de découvrir un nouvel environnement plus spacieux ainsi que de nouveaux amis. N’empêche qu’il était un peu triste de quitter ses anciens amis avec qui il a passé deux années merveilleuses.

Feyd Bengah, nullement timide, nous raconte que le jour de la rentrée, il s’est réveillé très tôt et que depuis la veille, il était enthousiaste à l’idée de faire son entrée «  dans grand lekol ». « J’étais super excité, car pour la rentrée je portais des chaussures et des uniformes neuves. Mon cartable était chargé de cahiers et de manuels scolaires, sans oublier ma gourde remplie de jus », nous dit le petit bonhomme avec le sourire. Son père, Muhammad Feiz, nous explique que pour lui et son épouse c’était une grande fierté de voir leur fils faire son entrée à l’école primaire. « Nous n’arrivons pas à croire qu’il a grandi si vite», dit-il.

La maman de Feyd Ahmad ajoute, pour sa part, que la rentrée de l’école est aussi synonyme de rentrée pour les parents, car cela signifie qu’il faut plus d’organisation et qu’il est nécessaire d’adapter le planning familial aux programmes de classes primaires.

Amreen Camaloodeen découvre la SSS Seeneevassen

Amreen Camaloodeen, 11ans, est tout heureuse d’être admise à la Renganaden Seeneevasen SSS après avoir obtenu de brillants résultats aux examens du PSAC. Pour Rafick Camaloodeen le père d’Amreen, c’est l’aboutissement d’un rêve qui s’est concrétisé car depuis que sa fille était en primaire, il voulait qu’elle fréquente la SSS Renganaden Seeneevassen. Amreen était une élève de l’école Jean Lebrun dans la capitale.

Son enseignant voyait en elle un modèle de réussite car elle était très appliquée dans ses études. Aux examens du PSAC, elle a obtenu 5 A+. « Depuis l’école primaire, je rêvais d’aller dans un bon collège. Mon père me disait que j’étais trop jeune pour aller au collège et qu’il fallait que j’obtienne de bons résultats pour être admise dans un collège de mon choix », nous dit-elle.

Dès le premier jour, Amreen a vite appris à faire de nouvelles amies dans un nouveau monde différent de celui du primaire. Pour elle, c’est un univers étrange où elle apprend toujours à découvrir de nouveaux visages ainsi que des enseignants qui défilent à longueur de journée dans les différentes salles de classe. « Il y a aussi plus de matières et je prends plaisir à les découvrir. Pour la rentrée, j’étais contente à l’idée de faire de nouvelles amies, mais dans mon cœur, j’étais triste de quitter mes anciens camarades avec qui j’avais tissé des liens très forts. Heureusement que deux de mes camarades de l’école Jean Lebrun ont aussi été admises au collège Seeneevassen », nous dit Amreen.

Rahim Murtuza et Fareed Dean

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Meurtre du petit Ayaan : le bain mortuaire intéresse la MCIT

Le meurtre d’Ayaan Ramdoo, 2 ans, a provoqué la colère des Mauriciens. La police tente …