lundi , 1 juin 2020
directrice

Jasbeer accuse une directrice de couvent de l’avoir volée

Jasbeer, 40 ans, a consigné une déposition au poste de police de Beau-Bassin le lundi 23 avril 2018 contre la directrice d’un couvent pour vol. La quadragénaire estime que la directrice aurait fait main basse sur une forte somme d’argent ainsi que sur ses effets personnels d’une valeur de Rs 180 000. Jasbeer, enfant unique dont le père est décédé alors qu’elle était encore jeune et dont la mère s’est remariée et s’est établie en France, séjourne actuellement dans un autre couvent à Curepipe. Mariée à un Réunionnais, elle est partie s’installer à l’île de La Réunion mais au bout de 45 jours de mariage, elle s’est séparée de son mari. À son retour au pays, elle a occupé de nouveau l’appartement de sa mère à Harbour View à Port Louis.

Employée comme Clerical Assistant à la Banque du Développement, elle est tombée malade en octobre 2014 et a sombré dans la dépression. Elle a séjourné à l’hôpital Brown Sequard pendant une quinzaine de jours. À sa sortie d’hôpital, elle a repris son travail mais a vite rechuté. Elle a séjourné de nouveau à l’hôpital Brown Sequard. Par la suite, elle a dû être internée avec des symptômes dépressifs. En 2015, quand elle est sortie d’hôpital, ses proches l’ont conduite directement au couvent de la directrice qu’elle a incriminée.

Selon elle, en novembre 2016, sur les conseils de la directrice, elle a fait venir au couvent ses effets personnels qui se trouvaient dans son appartement. Elle allègue que sans son consentement celle-ci a offert sa machine à laver, son refrigérateur et divers autres objets lui appartenant à des personnes. C’est quand la directrice l’a transférée dans un autre couvent à Curepipe qu’elle s’est aperçue de la disparition de ses bijoux rangés dans son armoire.

L’affaire a été référée à la CID de Beau Bassin qui a ouvert une enquête sous la supervision de l’ASP Buckhorally.

Sollicitée pour sa version des faits, la directrice du couvent nous a laissé entendre que les allégations de Jasbeer ne lui font ni chaud ni froid. « Laisse li alle dire ceki li envie. Ene folle sa. Mo pas gagne so tracas moi », nous a-t-elle dit avant de nous raccrocher au nez.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

Rashida Nanhuck, directrice p.i. du MSB : «De nombreux avantages avec le Work From Home»

C’est essentiellement de chez elle que la directrice par intérim du Mauritius Standards Bureau (MSB), …