samedi , 30 mai 2020
Dans le village de Siendou auprès des enfants défavorisés
Dans le village de Siendou auprès des enfants défavorisés

Ismail, Mauricien établi en France : «Nous allons construire cinq puits d’eau pour cinq villages africains»

Ils sont ambitieux et souhaitent voir une Afrique meilleure. Ces jeunes de l’association ‘Made In Peace’ projette de faire construire 5 puits d’eau dans 5 villages au Sénégal. 

En France, un jeune sur trois, fait du bénévolat durant son temps libre au sein d’une association. C’est un des taux les plus forts pour les pays européens. Nous sommes allés à la rencontre d’un groupe de jeunes issus majoritairement de la banlieue parisienne. Ils ont lancé l’association « Made In Peace » (MIP) et organisent des actions humanitaires à Paris et aussi à l’étranger. En 2016, ils avaient organisé leur premier voyage humanitaire dans le village de Fatik à Dakar pour rénover une école maternelle. « C’était notre première expérience, nous étions encore très jeunes et des novices. Ce voyage nous a permis de faire un constat de nos points faibles et à y remédier pour la prochaine fois. Nous en avons gardé un bon souvenir. Nous avions fait des dons à un orphelinat et donné des fournitures scolaires à une école. Nous avons également organisé un tournoi de foot afin de faire découvrir notre culture, » raconte Ismail un jeune Mauricien de 22 ans et fondateur de l’association.

Deux ans plus tard, le flambeau est transmis à Sidi Mohamed Bendjebbour, 23 ans. Responsable des maraudes sur Paris, il nous confie pourquoi il a fait le choix de faire l’action humanitaire. Il vient tout juste de faire son entrée chez MIP. « C’est Dieu qui m’a mis sur le chemin de MIP. J’ai rencontré le fondateur de l’association. J’avais participé à la maraude du Ramadan dans le 93 et la situation des démunis m’a beaucoup touché. J’avais des idées de base que je souhaitais développer mais je n’avais personne pour m’épauler, » explique-t-il. Sidi a toujours voulu faire des actions humanitaires et pour lui c’est une bénédiction d’avoir connu ce groupe de jeunes.  « Ce voyage humanitaire que nous préparons est pour moi la cerise sur le gâteau. J’étais déjà comblé avec les maraudes. Ce sera ma première expérience et je souhaite qu’elle soit suivie de bien d’autres dans le futur, » espère-t-il.

Aide aux démunis

Apporter le strict nécessaire aux démunis, c’est l’objectif phare de l’association. Ainsi en deux mois, MIP a mis en place le « Water Well Project » qui a démarré par une collecte de dons. « Nous privilégions le bouche à oreille et des collectes entre des amis et des familles. Il faut savoir qu’en France il est très difficile de collecter des fonds même si l’intention est bonne. Nous utilisons majoritairement les réseaux sociaux tels que SnapChat ou Facebook. Nous partageons des flyers ou encore une vidéo que nous avons réalisée pour expliquer le projet. Nos moyens sont très faibles car nous sommes une toute petite association. Mais, je suis sûr qu’avec l’aide de Dieu nous y arriverons car notre intention est bonne » explique Sofiane Hamidi, responsable de la communication.

Seulement 7 jeunes feront le grand voyage prévu pour le mois d’avril. Ils seront accompagnés d’un cameraman qui produira un documentaire d’une trentaine de minutes. « Nous avons aussi voulu améliorer le coté communication pour montrer que nos projets sont bien réels. Ainsi, nous projetons aussi de mettre en place plusieurs actions humanitaires en plus de la construction de ces puits. Notre équipe fera partie de la main d’œuvre et donc nous mettrons la main à la pâte pour construire le 5eme puits » souligne Sidi.

Développement personnel

Les jeunes issus de la banlieue parisienne sont très souvent critiqués en France. Ainsi, ce projet va redorer le blason des jeunes des cités notamment ceux du 93. Sidi est un jeune homme doux au cœur tendre. « Je souhaite avant tout apporter de l’amour, de la joie et du bonheur aux personnes que nous allons rencontrer là-bas. Le but n’est pas que de venir en aide aux plus démunis mais aussi d’en sortir plus grands et gagner en maturité. Je pense que ce voyage servira à notre développement personnel aussi. Cette action sera donc autant bénéfique pour les jeunes Africains que pour nous aussi les membres de l’association, » estime-t-il.

En effet ce voyage humanitaire aidera à reformer ces jeunes et servira de tremplin dans leur vie future. Si vous souhaitez plus d’informations sur l’association ou apporter votre aide de n’importe quelle façon vous pouvez prendre contact via la page Facebook de Made in Peace ou visiter leur site internet : https://madeinpeace.wixsite.com/monsite

Le projet en 3 points

Prina Minkala, 21 ans est membre de ‘Made In Peace’ depuis sa création en 2015. Elle est la responsable des projets humanitaires.
• Made in Peace est une association selon la loi 1901 qui a pour objectif de venir en aide aux personnes démunies dans le monde.
• Water Well Project consistera à construire 5 puits d’eau dans 5 villages du Sénégal afin de permettre aux habitants d’obtenir un meilleur cadre de vie.
• Valoriser l’importance de l’eau dans le monde entier comme une ressource indispensable.
« L’eau permet de répondre à de nombreux besoins primaires à savoir la bonne alimentation, l’hygiène de vie, le développement urbain ainsi que la production locale. Lors de mon premier voyage, j’ai pu remarquer que de nombreux villages ne bénéficiaient pas d’eau. Les femmes devaient marcher10 km par jour pour se rendre près d’un fleuve ou d’un lac et porter des litres d’eau sur la tête. Je pense sincèrement que ces puits faciliteront leur quotidien, » conclut-elle.

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

Rashida Nanhuck, directrice p.i. du MSB : «De nombreux avantages avec le Work From Home»

C’est essentiellement de chez elle que la directrice par intérim du Mauritius Standards Bureau (MSB), …