jeudi , 29 octobre 2020
Irfan Rahman

Irfan Rahman, GOSK : la récompense au bout de l’effort

Le Commissaire électoral, Abdool Rahman Mohammad Irfan, dit Irfan Rahman, fait partie des personnalités décorées à l’occasion du 50e anniversaire de l’Indépendance de Maurice, le 12 mars. Il a été fait Grand Officer de l’Ordre de l’Étoile et de la Clé de l’océan Indien (GOSK). Il nous retrace, dans ce qui suit, son parcours et nous parle de sa distinction.

Irfan Rahman, 57 ans, a été décoré pour services rendus dans le domaine de la démocratie et des élections. Il a beaucoup œuvré pour le maintien de la démocratie lors de plusieurs élections en Afrique et aussi en Asie. C’est donc une distinction qui tombe à point car cette année marque aussi les 20 ans qu’il a passés au poste de Commissaire électoral. Lors d’un bref entretien, il a remonté le temps pour nous raconter ses débuts.

C’est dans la ville de Quatre-Bornes, qu’a pris naissance Irfan Rahman mais cependant c’est à Port-Louis qu’il a grandi et a fréquenté l’école de la Salle RCA. Il a rejoint ensuite le collège Royal de Port-Louis avant de mettre le cap sur l’Angleterre pour ses études de droit. Il rentre à Maurice en 1984 et fait son apprentissage au cabinet de Me Yousuf Mohamed. En 1986, il devient avocat du Parquet.

En 1988, la carrière d’Irfan Rahman allait prendre une autre tournure quand il devient magistrat à la cour de Mapou. « En tant que magistrat, j’ai travaillé dans plusieurs régions du pays. Par la suite, j’ai exercé pendant environ cinq à six ans à Rodrigues », nous dit-il. Par la suite, de 1995 à 1998, il a travaillé en cour intermédiaire. C’est en janvier 1998, qu’il rejoint la Commission électorale. « Je me souviens que j’avais pris mes nouvelles fonctions durant le mois du ramadhan », se rappelle notre interlocuteur. Depuis, il a organisé, supervisé et participé à quatre élections générales (2000, 2005, 2010 et 2014) et à quatre élections partielles (No 9 – Flacq/Bon Accueil en 1998, No 7 – Piton/Rivière-du-Rempart en 2003, No 8 – Quartier-Militaire/Moka en 2009 et No.18 – Belle Rose/Quatre-Bornes en 2017).

« Chaque élection est différente »

Outre les élections à Maurice, le Commissaire Irfan Rahman a aussi participé à l’élection régionale de Rodrigues en décembre 2002. Selon lui, c’était une expérience mémorable dans le sens où il y avait plusieurs défis à relever. « Derrière la tenue de chaque élection, il y a toute une équipe qui travaille d’arrache-pied. Chaque élection est différente et a son lot de spécificités mais à la fin, il faut qu’on s’engage à faire respecter la démocratie », souligne-t-il. Irfan Rahman a, par ailleurs, participé à d’autres élections en Afrique et en Asie en tant que consultant et observateur. L’Afghanistan, l’Algérie, l’Inde, la Mauritanie, le Zimbabwe, les Seychelles, les Maldives et Madagascar sont quelques-uns des pays où il a travaillé au cours de sa carrière. Aussi, Irfan Rahman a agi comme consultant pour plusieurs organisations internationales à l’instar de la Commission de l’océan Indien, de la SADC, de l’Union Africaine, du Commonwealth et des Nations-Unies.

Ainsi, toutes ces affections internationales ont permis à Irfan Rahman d’acquérir une grande expérience sur la scène internationale. « J’ai énormément appris en travaillant à l’étranger et j’ai mis mes compétences au service de la Commission. Néanmoins, je dois faire ressortir que sans le soutien de mon équipe, je n’aurais jamais pu accomplir tout ce travail. Je salue également le travail accompli par ces nombreuses personnes qui font du porte-à-porte pour l’enregistrement des électeurs. Certaines se sont même fait mordre par des chiens. Je les considère comme les soldats de l’organisme », indique-t-il. Parallèlement, Irfan Rahman avance que Maurice possède l’un des meilleurs systèmes électoraux en Afrique. « Notre système est respecté et approuvé dans le monde aussi car il y a le respect de la démocratie et la transparence. Aussi, après chaque élection, la transition d’un gouvernement à un autre se déroule sans anicroche », fait-il ressortir.

Sa contribution reconnue

Parlant du titre de GOSK qui lui a été attribué, Irfan Rahman se dit très honoré de faire partie des décorés de la République. Néanmoins, il garde les pieds sur terre et nous dit que c’est le Créateur qui honore les personnes qu’Il veut. « J’aime tout le temps faire allusion au verset 26 de la sourate Al-Imran du Saint coran. Dans ce verset, Allah dit qu’Il donne l’autorité et l’honneur à qui Il veut et qu’Il humilie qui Il veut. Donc, si aujourd’hui j’ai été fait GOSK, c’est uniquement par la volonté d’Allah », nous dit-il avec beaucoup de sagesse. Le Commissaire électoral se dit tout de même fier que le travail accompli par son équipe et lui a été reconnu. « C’est un grand honneur pour le bureau de la Commission électorale. C’est aussi symbolique dans la mesure où cette année, l’organisme fête ses 60 ans d’existence », ajoute-t-il.

Irfan Rahman remercie le gouvernement et le Premier ministre pour avoir reconnu sa contribution ainsi que tous les employés du bureau de la Commission électorale. Il a une pensée spéciale pour ses proches collaborateurs à l’instar des Dahoo, Awatar et Virasamy. « Je souhaite également exprimer toute ma gratitude envers mon épouse et ma fille qui ont toujours été à mes côtés », conclut-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Mamode Issac Jan Mahomed : un centenaire pas comme les autres

Ce n’est pas tous les jours qu’on tombe sur un centenaire fringant qui fait son …