Thursday , 18 July 2024

Incident à La Citadelle : les activités de «La bande des trente» passées au peigne fin

La police prend très au sérieux les incidents survenus, le samedi 21 octobre à La Citadelle, Port-Louis. Un groupe de personnes que les enquêteurs surnomment « La Bande des trente » y avait fait irruption pour protester contre une chanson qui «dérangeait» avant d’intimer les artistes de plier bagage. L’enquête est orientée principalement vers ce qui les lie, leurs précédents, leurs motifs, la préparation de ce coup.

À samedi après-midi, 19 personnes (voir la liste plus loin) ont été arrêtées. Ils font face chacun à deux accusations provisoires notamment de « damaging property by band » et « taking part in an unlawful assembly ». Hormis ces deux accusations, Mohamad Anfaal Khodadin et Mhohamed Whalid Mouazam Abdallah Delbar répondent chacun d’une troisième accusation. Mohamad Anfaal Khodadin fait face à une accusation provisoire de « possession of offensive weapon  » alors que Mhohamed Whalid Mouazam Abdallah Delbar, d’une accusation provisoire de « giving instruction to commit a crime  ». Seul Sheik Mohammad Irfaan Meerun a obtenu la liberté sous caution, le vendredi, 27 octobre 2023.

Vendredi, en Cour, le surintendant de police (SP) Heman Dass Ghoorah, responsable de l’enquête, a annoncé qu’une quinzaine d’autres suspects seront arrêtés bientôt. Les enquêteurs privilégient le regroupement de cette trentaine de personnes au sein d’une bande. Et cela, pour plusieurs raisons considérées « évidentes », dont :

(1) Ils habitent dans des régions diverses – 10 à Rose-Hill, 7 à Port-Louis et 2 à Terre-Rouge.

(2) Ce qui fait que c’est un coup préparé d’avance.

(3) Certains étaient équipés d’armes tranchantes. La police dispose des informations qu’ils étaient en possession également de bâton télescopique et des torches électriques.

Les enquêteurs tentent d’établir s’ils s’étaient vraiment regroupés avant leur irruption au siège d’une association bénévole de Vallée-Pitot. Et si des véhicules de cette association étaient impliqués dans le transport de certains suspects jusqu’au pied de La Citadelle. Les enquêteurs feront une première vérification à travers les CCTV de la localité.

Le SP Ghoorah a annoncé que l’enquête est encore à un stade initial et cela prendra un mois pour la compléter. Cela, car la police procède au visionnage des enregistrements de caméras de surveillance. Et que les téléphones portables des protagonistes sont examinés. Il a souligné que la police est en présence d’une liste de témoins.

Les personnes inculpées devant le tribunal de Port-Louis sont :

1. Mohammad Anfaal Khodadin (35 ans), travailleur social, Vallée-Pitot,
2. Mohammad Imteeaz Tourabaly (38), Train Captain, Port-Louis
3. Mohammad Sheik Huzaifi Khan Peerally, 29 ans, Health Care Attendant, Plaine-Verte
4. Yousouf Mungroo, 40 ans, metal worker, Terre-Rouge
5. Yusuf Ruhomutally, 61 ans, pensionné, Rose-Hill
6. Muhammad Mujahidin Ruhomutally, 27 ans, attendant, Rose-Hill,
7. Mohammad Choomka, 29 ans, self employed, Camp-Yoloff,
8. Yaessh Noor E Mohammad Damry, 24 ans, self-employed, Port-Louis
9. Naaser Bhai Nauthoo, 59 ans, self-employed, Rose-Hill
10. Sooltan Sorabally, 50 ans, self-employed, Rose-Hill
11. Muzaffar Ali Muhammad Raeez Salauroo, 38 ans, self-employed, Rose-Hill
12. Ally Zameer Khan Batchkhan, 38 ans, vendeur, Terre-Rouge
13. Noor Mohammad Ally Hosanee, 22 ans, self-employed, Vallée-Pitot
14. Muhammad Anas Ruksheed Lallmahomed, 30 ans, self-employed, Rose-Hill
15. Muhammad Ajmal Aniff Imrit, 23 ans, Rose-Hill
16. Mohammad Djbrail Ramadan Munsoo, 22 ans, self-employed, Rose-Hill
17. Abdoollah Tawqueer Ramadan Ibne Azim Munsoo, 20 ans, Rose-Hill
18. Sheik Mohammad Irfaan Meerun, 34 ans, self-employed, Vallée-Pitot
19. Mhohamed Whalid Mouazam Abdallah Delbar, 34 ans, self-employed, Rose-Hill

Reedwan Bauluck : «Je n’ai rien à voir avec cet incident»

Arrêté aux fins de cette enquête, Reedwan Bauluck a été libéré sans condition et aucune charge provisoire n’a été retenue contre lui. Ce travailleur social dit n’avoir rien à se reprocher. « Depuis le début, j’ai clamé mon innocence. Je n’ai rien à me reprocher. Je mène une vie tranquille avec ma famille et je suis imbu de la spiritualité. Tout ce qui arrive dans la vie passe par la volonté du Tout-Puissant », confie-t-il à Star. Au moment de son arrestation, Reedwan Bauluck dit avoir imploré le Créateur, et après quelques heures, il s’est senti en paix pour affronter la journée du dimanche 22 octobre. Il condamne toute forme de violence et d’injustice et remercie le Créateur, sa famille, ses amis et son avocat qui l’ont soutenu dans cette affaire.

Reedwan Bauluck a été le premier suspect dans cette affaire. Il a été interpellé le dimanche 22 octobre 2023 et a retenu les services de Me Naushad Paurobally, qui l’avait accompagné au bureau du MCIT Sud le même jour. L’avocat indique que l’enquête a duré 6 heures et que les policiers de service le samedi 21 octobre à La Citadelle ont identifié Reedwan Bauluck comme faisant partie de ceux présents sur les lieux. Me Naushad Paurobally explique que son client avait un solide alibi vérifiable. Reedwan Bauluck a expliqué aux enquêteurs qu’il était en compagnie de sa famille à Jumbo Phoenix et plusieurs caméras sur place peuvent confirmer ses affirmations.

Me Naushad Paurobally lance un appel au bon sens de tout un chacun. « Nous vivons dans une société multiculturelle, et en tant que musulman, je prône la tolérance et le respect mutuel. Il faut accepter les différences et être à l’écoute des autres. Notre pays arc-en-ciel ne mérite pas d’être confronté à la violence sous n’importe quelle forme et les innocents ne doivent pas payer pour les vrais coupables », soutient-il.

La Jummah Masjid prône le vivre-ensemble

Réagissant à cet incident, la direction de la Jummah Masjid de Port-Louis, par le biais de son président, Al Haj Muhammad Rafiq Abdul Carrim, dit encourager la cohabitation harmonieuse entre toutes les communautés. « La direction souhaite prendre des initiatives pour favoriser le vivre-ensemble, qui est la richesse de notre nation arc-en-ciel », dit-il. La Jummah Masjid, respectueuse des valeurs qui nous unissent, rassure-t-il, fera tout son possible pour encourager le respect d’autrui. « La Jummah Masjid invite la population à prier pour la paix dans le monde », avance-t-il.

Jameer Yeadally : « Il était de mon devoir d’informer les autorités… »

Jameer Yeadally, attaché de presse du ministre des Collectivités locales, Dr Anwar Husnoo, a été convoqué aux Casernes centrales cette semaine pour justifier sa présence à La Citadelle au moment de l’incident. Voici sa déclaration à Star : « Les enquêteurs chargés de faire la lumière sur les incidents survenus à La Citadelle m’ont contacté uniquement pour vérifier ma présence sur les lieux ce jour-là, et je leur ai donné ma version des faits. Une enquête est actuellement en cours, et je ne peux pas commenter davantage sur ce sujet. Je reste à la disposition des autorités si elles ont besoin de plus de détails concernant ma présence en ce lieu. En tant que citoyen responsable, il était de mon devoir d’informer les autorités des informations sensibles susceptibles de perturber la tranquillité de cet endroit. Cependant, je n’étais pas le seul à avoir obtenu ces informations et à les avoir transmises aux autorités. Par la suite, je me suis rendu sur place pour recueillir davantage d’informations à ce sujet. Je condamne sans réserve les incidents survenus à la Citadelle. »

Inspecteur Shiva Coothen : « La situation a été gérée avec brio »

Le responsable de la cellule de communication de la police, l’inspecteur Shiva Coothen, répond aux critiques émises contre la police sur les incidents survenus à La Citadelle.

Selon ses explications, les policiers qui étaient présents à La Citadelle le samedi 21 octobre faisaient du « extra duty » et que lors de tels événements, la police n’est pas armée. Il soutient que leur rôle se limite à faire régner l’ordre aux abords de La Citadelle, notamment surveiller les aires de stationnement et ne contrôlaient pas l’accès. Une tâche qui, dit-il, avait été confiée par les organisateurs du concert à une équipe de sécurité privée.

N’empêche que, 22 minutes avant la fin du concert, Shiva Coothen affirme que les portes avaient été ouvertes pour permettre à ceux présents de quitter le concert. C’est là, dit-il, que des personnes seraient rentrées. « Zot abiye kuma zot tou, pa cav reper zot. Endan ki zot in maske, [tir] zarm et intimid dimounn », dit-il.

Selon ses dires, si la police n’a pas fait usage de la force c’était pour protéger ceux présents. « La police n’a pas fait usage de gaz ou de matraque pour ne pas créer de mouvements de panique où des innocents auraient pu être blessés. Je dis chapeau. La situation a été gérée avec brio », estime-t-il.

Maulana Shamim Khodadin appelle au calme et à l’unité

Après les récents événements survenus à La Citadelle le 21 octobre 2023, Maulana Shamim Khodadin du Sunniy Ulama & Aimma Council exhorte le pays à rester calme, à éviter les provocations et à maintenir l’unité nationale.

Le religieux a souligné que la violence et la division ne peuvent jamais être des solutions aux problèmes, et que la communauté musulmane ne doit pas être stigmatisée pour les actes de quelques individus. Il a appelé à une enquête équitable pour faire la lumière sur les événements de La Citadelle, tout en rappelant que les cas antérieurs non résolus devraient également être pris en considération. « Nous vivons dans un pays multiracial, multiculturel, et nous aspirons à vivre en paix, en harmonie et en unité », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Les conflits et la division ne servent personne, et nous devons éviter de tomber dans le piège de la division communautaire ».

Maulana Khodadin a également mentionné des enjeux importants auxquels le pays doit faire face, notamment la question de la communauté LGBT et la situation en Palestine. Il a appelé la communauté à se concentrer sur ces problèmes cruciaux et à éviter d’être détournée par des provocations qui pourraient nuire à l’unité nationale.
Enfin, le Maulana Shamim Khodadin a demandé à ce que le gouvernement prenne des mesures pour garantir la sécurité de tous les citoyens et préserver l’ordre public. Il a appelé au dialogue et à la compréhension mutuelle entre les différentes communautés, soulignant que l’unité est la clé pour construire un avenir meilleur pour Maurice.

Réactions

Navin Ramgoolam : « Le NSS a échoué »

Le leader du Parti travailliste (PTr), Dr Navin Ramgoolam, s’est interrogé sur le déploiement des forces de l’ordre le soir des incidents, surtout si le vice-Premier ministre, Dr Anwar Husnoo, et la police étaient au courant des risques de dérapages. «Le National Security Service a échoué», a martelé l’ancien Premier ministre.

Avinash Teeluck défend les services de renseignement

Le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, prend la défense des services de renseignement de Pravind Jugnauth suite aux récentes critiques émises à l’encontre de cette unité. « Malheureusement, certains incidents se produisent de manière spontanée », a-t-il dit. En conférence de presse, samedi, le ministre émet une mise en garde contre la politisation des événements survenus à La Citadelle.

Raouf Bundhun : « Il faut respecter toutes les cultures »

Raouf Bundhun, ancien vice-président de la République, exprime son indignation face aux événements survenus samedi dernier à La Citadelle lors d’un concert. « On ne peut pas tolérer des gens qui compromettent la coexistence pacifique des Mauriciens. Il faut mettre les coupables hors d’état de nuire », lance-t-il. Pour lui, l’action irréfléchie d’un petit groupe de personnes est à la fois inacceptable et condamnable. Raouf Bundhun demeure optimiste en pensant qu’il y a toujours des personnes bien intentionnées dans le pays prêtes à dire non à la violence. « Il faut respecter toutes les cultures », avance-t-il.

Razack Mauderbaccus : «La violence n’a pas sa place à Maurice »

Razack Mauderbaccus, président du Centre Social de Wooton, appréhende que des semeurs de troubles qui existent dans toutes les communautés portent atteinte à la stabilité et à la paix dans le pays. « La violence n’a pas sa place dans notre société, et que chacun a le droit de s’exprimer librement tout en respectant le principe de ne pas offenser les croyances religieuses », considère-t-il. Il trouve dommage que la communauté musulmane et l’Islam soient pointés du doigt en raison des actions d’un petit groupe.

Shireen Motala : « Je suis attristée »

Shireen Motala, la présidente de l’Al Shams Women Association, exprime «sa tristesse» à propos des événements survenus samedi dernier. « La violence n’a pas sa place dans notre société, et la grosse majorité de la population aspire à vivre en paix, dans le respect mutuel », dit-elle. Elle fait un appel à tous les Mauriciens à se dresser en rempart contre le comportement violent d’un groupuscule. « Je suis convaincue que le bon sens prévaudra et que les Mauriciens rejetteront le communautarisme qui vise à diviser la population », insiste-t-elle.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Interdite de porter le hijab pour suivre une formation : Shalma Auckbaraullee s’en remet à la justice

L’interdiction de porter le hijab pour pouvoir suivre une formation à l’institut Escoffier à Kendra, …