mercredi , 29 septembre 2021

Hausse des cas de Covid-19 – Dr Kursheed Meethoo-Badulla : «L’exercice de Contact Tracing nous a menés vers des dortoirs»

On en sait désormais un peu plus sur l’explosion du nombre de cas de Covid-19 dans les dortoirs où 573 cas y ont été recensés. C’est un expatrié qui s’était rendu dans un Covid Testing Centre avec un état grippal qui a déclenché le branle-bas de combat à la Santé.

Intervenant lors d’une conférence de presse au Prime Minister’s Office (PMO), vendredi 23 juillet, Dr Kursheed Meethoo-Badulla, Regional Public Health Superintendent par intérim au ministère de la Santé, a expliqué que l’expatrié s’est présenté à l’hôpital avec des symptômes de la grippe . Celui-ci a ainsi été redirigé vers le Covid Testing Centre dudit hôpital où il a fait l’objet d’un test et a ensuite reçu des médicaments. « C’est lorsque le résultat de son test s’est révélé positif que nous avons démarré l’exercice de Contact Tracing. Et cet exercice nous a menés vers un dortoir. Après un exercice de dépistage massif sur les résidents, nous avons enregistré beaucoup de cas positifs », indique la doctoresse.

L’exercice de Contact Tracing a ensuite conduit le personnel de la Santé sur le lieu de travail de ces expatriés, notamment dans des usines. « Nous avons alors enregistré d’autres cas. Plus on fait des tests, plus on a des chances de détecter des cas positifs », poursuit-elle. Elle tient cependant à souligner que ces expatriés sont vaccinés contre la Covid-19. « Ils ne présentent donc pas de symptômes. Mais si symptômes il y a, il s’agit seulement de fièvre ou de courbature, comme lorsqu’on souffre d’une grippe et les symptômes disparaissent dans 2 ou 3 jours », soutient Dr Kursheed Meethoo-Badulla.

La doctoresse justifie néanmoins le besoin de placer les personnes positives en centre de traitement, bien qu’elles ne présentent pas, ou peu de symptômes. « C’est parce qu’elles restent contagieuses. La personne infectée peut contaminer une autre personne. Une fois que nous aurons atteint l’immunité collective, nous noterons alors une diminution des cas », souligne-t-elle.

Dortoirs : Espaces confinés et peu ventilés

La Regional Public Health Superintendent par intérim au ministère de la Santé s’est aussi appesantie sur les raisons pouvant expliquer un fort taux de transmission dans les dortoirs, menant à un nombre de cas positifs important. « Les dortoirs sont des espaces confinés où la ventilation est moindre. Aussi, on peut retrouver 5, 10, voire 20 personnes cohabitant dans une même grande pièce, mais qui soit mal ventilée. Ces expatriés vivent ensemble, prennent leur repas ensemble et partagent des facilités sanitaires (NDLR : toilettes et salles de bain) communes. C’est ce qui explique que nous enregistrons autant de cas dans les dortoirs », explique-t-elle.

Dr Kailesh Jagutpal : «Les cas sont moins compliqués et ne nécessitent pas d’hospitalisation»

L’auto-isolement à la maison pour les membres du public est désormais une réalité. C’est ce qu’a fait savoir le ministre de la Santé, Dr Kailesh Jagutpal, vendredi 23 juillet. Il intervenait lors d’une conférence de presse au Prime Minister’s Office à Port-Louis.

Si jusqu’ici cette pratique était destinée au personnel de la Santé essentiellement, elle est désormais aussi appliquée pour les membres du public. Il y a cependant une condition essentielle à cela : que la personne suspectée d’avoir contracté le virus soit vaccinée. « La personne est alors prise en charge par le personnel du ministère de la Santé qui procède à des tests sur celle-ci durant la période de la quatorzaine », explique le ministre.

Vivre avec la Covid-19

Dr Kailesh Jaguptal appelle aussi à « vivre avec la Covid-19 mais tout en se protégeant ». L’objectif du gouvernement, selon le ministre, est de pouvoir maintenir un équilibre entre l’économie du pays et la santé de la population. « Nous sommes conscients que notre priorité demeure la santé. Nous avons néanmoins mis en place des protocoles de sorte que les activités économiques puissent se poursuivre tout en préservant notre santé », dit-il.

Dr Kailesh Jagutpal affirme que les cas récents sont « moins compliqués et ne nécessitent pas une hospitalisation ». Ce qui permet, dit-il, au ministère de la Santé de revoir aussi ses protocoles par rapport à l’exercice de Contact Tracing, la mise en quarantaine et l’hospitalisation. « Nous restons guidés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autres agences médicales internationales pour dispenser les soins nécessaires tout en permettant au pays de progresser », dit-il.

Expatriés dans des dortoirs

Faizal Ally Beegun, syndicaliste : « Tret zot pir ki zanimo »

Le syndicaliste Faizal Ally Beegun dénonce les conditions des dortoirs. Il réclame une révision des règlements régissant l’opération des dortoirs ainsi que la fermeture immédiate des dortoirs avec plus de 20 personnes.

« Parc boeuf », « poulailler humain »… c’est en ces termes que le syndicaliste Faizal Ally Beegun qualifie l’état des dortoirs des expatriés qui ont fait le déplacement à Maurice pour travailler dans des usines ou des entreprises essentiellement. « Ils sont, dans certains cas, 50, 100, voire 150 personnes à se partager un dortoir. Tret zot pir ki zanimo », fustige-t-il.

Le comble, dit-il, c’est que ces dortoirs opèrent, pour la plupart, en toute légalité. « Ils ont un permis en bonne et due forme des autorités », dit-il. C’est la raison pour laquelle Faizal Ally Beegun, également membre du Lodging Accomodation Committee qui se penche sur les demandes de permis de dortoir, réclame une révision des règlements en vigueur dans l’Occupational Safety and Health (Employees’ Lodging Accommodation) Regulations 2011.

En attendant, il réclame « la fermeture immédiate » de tout dortoir avec plus de 20 personnes. Le syndicaliste indique qu’il ne demande pas des « lotel 5 zetoil » mais un logement décent pour ces expatriés. « Mais attention vinn mett partition dan dortoir ek fer ca vinn lekiri », prévient-il.

« Big Business »

Le syndicaliste déplore également que la location de dortoirs aux expatriés soit devenue un « big business ». C’est pourquoi, dit-il, les dortoirs, aujourd’hui « poussent comme des champignons », pouvant rapporter jusqu’à des dizaines de milliers de roupies aux propriétaires. « Et le pire, c’est que la somme de Rs 1300 est déduite du salaire de ces expatriés pour le paiement de cette location », soutient le syndicaliste.

Les dortoirs règlementés

Les spécificités des dortoirs sont régies par l’Occupational Safety and Health (Employees’ Lodging Accommodation) Regulations 2011.En voici quelque points importants :

  • Dimension d’un lit simple : 1.90m de long et 0.9m de large
  • Espace pour un lit simple : 4.6 m2
  • Espace pour un lit superposé : 5.2 m2
  • Espace entre deux lits simples : 1.1 m
  • Espace entre deux lits superposés : 1.2 m
  • Hauteur sous plafond : 2.5 m
  • Armoire : un par employé
  • Désinfection du dortoir chaque 3 mois

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Shezaad Mira périt dans un accident – Shadil, son frère : «Li ti ene garçon bien débrouillard»

La route continue de tuer à Maurice. Shezaad Mira laisse malheureusement derrière lui son épouse …