mercredi , 23 septembre 2020
Dr Maulana Akbar Shah

Dr Maulana Akbar Shah : «Les revenus halal sont tout aussi importants que la nourriture halal»

Le Professeur (Dr) Maulana Akbar Shah était à Maurice la semaine dernière pour animer plusieurs séminaires à travers le pays. Dans l’entretien qu’il nous a bienveillamment accordé, il souligne l’importance d’aller chercher la connaissance.

Quel était le but de votre visite à Maurice?
J’étais à Maurice à l’invitation de la Human Welfare League en tant que professeur qui exerce dans une université internationale islamique. J’enseigne les études islamiques à International Islamic University Malaysia (IIUM) et à Maurice, j’ai eu l’occasion de rencontrer des représentants d’écoles, d’organisations et d’ONG islamiques et les discussions ont porté sur la façon dont on peut aider les jeunes ainsi que l’ensemble de la communauté. Nous avons aussi évoqué la coexistence pacifique entre les nombreuses communautés au sein de la société mauricienne.

Lors de votre visite, vous avez animé un séminaire axé sur les sciences islamiques. Quelles sont-elles ?
Plus qu’une religion, l’islam est avant tout un mode de vie articulé autour de l’être humain, de la foi en un Dieu unique et de la reconnaissance du prophète Muhammad (pssl) comme le dernier messager de Dieu. Pour ce qui est des sciences islamiques, cela concerne toute chose qui pourrait être observable, expérimentable et pratique, et pas nécessairement par un laboratoire. Car, les sciences islamiques concernent aussi les règles et les principes se trouvant dans le Coran ou dans les hadiths et qui peuvent être analysés et observés de façon systématique. De nombreuses branches de la science, telle que la psychologie par exemple, font également partie des sciences islamiques.

Les musulmans à travers le monde sont-ils conscients de telles connaissances ?
C’est une question cruciale de nos jours ! Car, pour pouvoir acquérir de telles connaissances, ce qui est très important, il faut qu’une personne nous guide. Les meilleurs des guides sont sans aucun doute les prophètes mais malheureusement, nous ne vivons pas à cette époque. Donc, il faut aller chercher une personne capable de nous guider. Néanmoins, il est impossible pour une seule et unique personne de détenir toutes les notions des sciences islamiques. Aujourd’hui, nous voyons tous comment les actions méprisables de certains musulmans sont en train de ternir l’image même de l’islam. Mais il est malheureux cependant qu’on ne blâme pas le musulman fautif mais l’islam. Si un hindou commet un crime, c’est cet homme qu’il faut blâmer et non pas l’hindouisme.

Est-il vrai de dire qu’aujourd’hui la recherche de la connaissance ne semble plus être une priorité pour les musulmans?
Chaque être humain, musulman ou pas, est né ignorant. C’est pourquoi le Prophète (pssl) a dit qu’il est obligatoire d’aller chercher la connaissance. Les parents doivent guider leurs enfants dans l’acquisition des connaissances – académiques ou autres. D’ailleurs, dans le Coran, Allah nous dit que Ses signes sont présents dans l’univers et aussi dans le corps des êtres humains. Il nous faut donc être en perpétuelle quête de connaissance pour découvrir les signes du Créateur. Des gens se demandent si la médecine est mentionnée dans le Coran. Mais ne devons-nous pas étudier la médecine et l’anatomie pour comprendre le corps humain et les signes qui y sont placés et mentionnés dans le Coran ? Lire le Coran et apprendre les hadiths ne suffisent pas. L’astronomie, la chimie, la physique, l’anthropologie, la psychologie et l’architecture parmi tant d’autres sont autant de matières que les musulmans ont le devoir de connaître.

Le droit du chaque citoyen – musulman ou pas – doit prévaloir indépendamment de sa religion, de sa race et de la couleur de sa peau»

Vous êtes originaire de Myanmar. Quelle est la situation dans le pays ?
Pour la petite histoire, il convient de souligner que les musulmans ont vécu au Myanmar au cours des dix derniers siècles sous le règne des cinq grandes dynasties. Aujourd’hui, le pays compte environ 10 millions de musulmans mais si vous consultez les données officielles, vous verrez que les autorités estiment la population des musulmans à quelque 2 ou 2,5 millions seulement. Et ce, pour des raisons évidentes.

Que dit l’islam par rapport au traitement des minorités, musulmanes ou autres ?
L’islam a toujours prôné la justice que vous soyez en majorité ou pas. Le droit du chaque citoyen – musulman ou pas – doit prévaloir indépendamment de sa religion, de sa race et de la couleur de sa peau. D’ailleurs, la toute première Constitution dans le monde a été établie par le Prophète (pssl). Pragmatique et systématique, elle faisait ainsi mention des droits des minorités –chrétiennes et les juives – à Médine et à La Mecque. Il est triste de nos jours que des pays à travers le monde partent en croisade contre des peuples minoritaires. Nous avons tant d’exemples.

Que faut-il faire pour mettre un frein à la violence à travers le monde ?
J’ai toujours pensé que des campagnes axées sur l’acquisition des connaissances et les valeurs peuvent être un excellent moyen de combattre la violence mais aussi de mettre fin à toute forme d’injustice. L’homme est la seule créature sur terre qui peut discerner entre le bien et le mal. Donc, si l’homme est formé à tout ce qui est enseigné dans les livres sacrés de toutes les religions, il est certain que cela va éveiller sa conscience humaine et apporter un changement dans son comportement. Croyez-moi, ces campagnes ne coûtent rien en comparaison aux sommes d’argent astronomiques investies dans la fabrication des armes de destruction.

Sinon, l’immoralité, l’indécence, la pornographie et d’autres fléaux touchent de plus en plus de jeunes. Y-a-t-il moyen de renverser vapeur ?
Bien sûr ! Ces fléaux sociaux y compris la drogue touchent les jeunes du monde entier. C’est le défi auquel nous avons à faire face aujourd’hui. Cela arrive, car de nombreux jeunes ne sont pas vraiment conscients des conséquences de leurs actes. Les parents, les enseignants, les hommes religieux, les médias et le gouvernement ont tous leur rôle à jouer face à ce défi. Cela dit, même s’il existe des campagnes de prévention et de sensibilisation, il faut se demander si la loi est appliquée dans toute sa rigueur dans le pays. Si les forces de l’ordre arrivent à prendre les mesures qui s’imposent contre les contrevenants, il est clair que la situation va s’améliorer.

Aujourd’hui, aux yeux de nombreux musulmans, les revenus licites (halal) n’ont pas la même importance que la nourriture licite. Pourtant, les deux vont de pair. N’est-ce pas ?
La consommation de nourriture halal est mentionnée dans le Coran. Le Créateur y fait mention des aliments qui sont interdits (haram). Aujourd’hui, nous faisons même usage de méthodes scientifiques pour vérifier si un aliment est halal ou pas. De l’autre côté, il existe la notion du revenu halal. Il faut comprendre que les revenus halal sont tout aussi importants que la nourriture halal. De nos jours, les fraudes, la corruption et les moyens illégaux pour se faire de l’argent sont devenus monnaie courante. Mêmes les hommes d’affaires musulmans en sont concernés. Si notre revenu est à la base illicite, alors nous n’aurons pas la bénédiction divine dans notre vie. Ceux qui s’adonnent à de telles pratiques illicites doivent se rendre compte qu’ils sont en train de nourrir leurs familles et leurs enfants avec de l’argent haram. À leur tour, les enfants n’auront pas le bonheur et la bénédiction dans leur vie.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Fareed Jaunbocus, CEO de Strategos Ltd : «Les Mauriciens doivent adopter un ‘economic mindset’»

Les Mauriciens doivent raisonner économiquement d’abord et ensuite politiquement. C’est l’avis de Fareed Jaunbocus, CEO …