mardi , 17 septembre 2019
Accueil / Actualités / Ramadan en Arabie saoudite : vivre l’expérience de toute une vie
Nazeer Beekawah, Swaleha Dowlet et Mohammad Sameer Beg
Nazeer Beekawah, Swaleha Dowlet et Mohammad Sameer Beg

Ramadan en Arabie saoudite : vivre l’expérience de toute une vie

Accomplir le ramadan en Arabie saoudite est un privilège pour de nombreux musulmans à travers le monde. À Maurice, des frères et sœurs de foi islamique ont eu l’occasion d’aller vivre ce mois béni à Makkah et à Madinah. C’est l’expérience de toute une vie, disent-ils. Récit.

Mohammad Sameer Beg, étudiant : «Vivre le ramadan au moins une fois dans sa vie»

Mohammad Sameer Beg, habitant de Plaine-Verte étudie à présent la sociologie à l’Université Islamique Internationale d’Islamabad au Pakistan. Il a été étudiant en langue arabe et charia pendant trois ans à Madinah, Arabie saoudite. « Passer le ramadan dans ce pays, était une expérience inoubliable,» affirme Sameer Beg. Selon lui, passer un ramadan au Haram shareef est très différent car la bénédiction d’Allah est plus importante que dans d’autres régions du monde eu égard à l’atmosphère spirituelle qui y prévaut.

En Arabie saoudite, le jeûne dure un peu plus longtemps. La plupart du temps les gens ressentent la soif plutôt que la faim. Sameer nous dit qu’il ne dormait pas après le Taraweeh jusqu’à la prière de Fajr. « Mes amis et moi, nous dormions plutôt pendant la journée, ce qui rendait notre Ramadan plus facile et nous avions le sentiment que les jours passaient très vite,» confie le jeune homme.

Pour Sameer, les Saoudiens sont des gens très généreux. Pendant le Ramadan, la distribution de nourriture a lieu un peu partout au Haram Shareef. Le jeune étudiant raconte que la culture de rupture rapide du jeûne au Haram shareef se fait avec des dattes fraîches, du yaourt grec, du pain de blé et d’orge recouvert de graines de sésame, de l’eau de Zamzam, des jus et des variétés de fruits d’été.

Pour lui, le Haram Shareef représente l’union de tous les musulmans du monde. On peut y voir des gens de toutes les races, les sectes, les écoles de pensée, les tribus de différents pays. Ils rompent leur jeûne et prient ensemble comme une seule Ummah. « Je demanderais aux musulmans de réduire leurs dépenses quotidiennes et économiser de l’argent pour passer un Ramadan en Arabie au moins une fois dans leur vie, » recommande notre interlocuteur.

Nazeer Beekawah, entrepreneur : «Une belle ambiance durant le ramadan»

Nazeer Beekawah, 50 ans, est entrepreneur, il a vécu le Ramadan en trois occasions en Arabie saoudite. Il nous raconte son premier Ramadan en 2015. Il ne pensait pas pouvoir tenir avec la chaleur de 50 degrés, qu’il faisait en cette période. Mais alhamdoolillah tout s’est bien passé pour lui. « J’ai passé une quinzaine des jours du Ramadan en Arabie Saoudite. Je dois avouer que lorsque je posais les pieds sur la terre sainte, je craignais beaucoup la chaleur ambiante et de ne pouvoir y vivre le Ramadan. Mais au fil des jours, j’ai fini par m’y habituer et c’est la raison qui m’a motivé à y aller en deux autres occasions », affirme-t-il.

Pour Nazeer, il faut vraiment être sur place pour vivre ces moments forts. « Ce qui m’a le plus étonné, en Arabie saoudite, c’est le fait que les gens font tout ce qu’ils ont à faire le soir, ce qui est différent de notre mode de vie. Ils font leur shopping le soir, consultent aussi un médecin quand c’est nécessaire. Il y règne une belle ambiance dans toutes les ruelles et on n’a pas envie de dormir. Ce qui encore plus beau : on voit ces mères de famille accompagnées de leurs enfants, accomplir leur Iftar, les salaats Maghrib, Esha et Tahjood, prendre le Sehri et enfin accomplir la salaat Fajr avant de rentrer chez elles ou dans leurs hôtels. Chacune apporte de la nourriture et la partage. Mais au retour chacune repart avec davantage ce qu’elle a apporté. Et c’est extraordinaire », dit-il.

Swaleha Dowlet : «Le Ramadan est très spécial en Arabie saoudite»

Swaleha Dowlet est partie en Arabie Saoudite en 2015 pour rejoindre son époux Dawood, chef exécutif de l’Université King Abdullah des sciences et de la technologie à Djeddah. Pour Swaleha, le Ramadan en Arabie saoudite est très différent de celui de Maurice. Elle raconte qu’il y a des ventes partout dans le Royaume. Dans les supermarchés, on offre des vêtements, des meubles, entre autres à des prix réduits. Les centres commerciaux sont ouverts après Asr jusqu’à 1h du matin. Les dames peuvent marcher seules dans la rue pendant la nuit sans que personne n’oserait les taquiner.

Habitant Djeddah, le couple doit faire un voyage de 2hr30 en voiture pour accomplir l’Umrah une ou deux fois pendant le Ramadan pour tirer le maximum de leur ibadah. Elle ajoute que les récompenses (thawaab) qu’on acquiert sur la terre sainte sont déjà énormes et se multiplient davantage durant le Ramadan. « On a l’impression que les jours passent tellement vite quand vous êtes occupé avec les prières (ibadah) et avec la préparation des repas, » dit encore Swaleha. Faisant allusion à la nourriture de ce pays, elle estime que le Kabsa, qui est comme un briyani et la Mandi, la Madhbi, et le riz Sayadiya sont très prisés durant le mois béni.

Le Ramadan est très spécial en Arabie Saoudite. « Les gens rénovent leurs maisons, changent les rideaux, les sofas, achètent d’autres ustensiles de cuisine et les maisons sont décorées avec des lumières et des autocollants. Les enfants reçoivent des jouets comme c’est le cas à Noël, » conclut-elle.

Ahmad Fakuddeen Jilani et Fareed Dean

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Advanced Institute of Motoring

Advanced Institute of Motoring : remise des premiers certificats aux motocyclistes

Lancé le 5 mars 2018, l’Advanced Institute of Motoring (AIM), première moto-école portant une accréditation …