lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Reportage / Projet Urdu House : la première phase des travaux débute dans deux mois
Shehzad Ahmed
Shehzad Ahmed , président de l’Urdu Speaking Union

Projet Urdu House : la première phase des travaux débute dans deux mois

Coïncider le démarrage des travaux de l’Urdu House avec les célébrations du Yaum-un-Nabi (saw). Tel est le souhait exprimé par l’Urdu Speaking Union par la voix de son président, Shehzad Ahmed. Ce projet estimé à quelque Rs 100 millions va sortir de terre dans deux mois, soit durant le mois du calendrier islamique, Rabbi-ul-Awwal.

L’Urdu House Project n’est un secret pour personne. Longtemps dans les cartons, ce projet très cher à l’Urdu Speaking Union (USU) prendra forme d’ici quelques semaines à Moka sur un terrain offert par le gouvernement mauricien. Selon le président de l’USU, Shehzad Ahmed, l’Urdu House sera un joyau en matière d’architecture et bénéficiera à tous les amoureux de la langue d’Iqbal. « Cela fait des années que nous en parlons mais désormais les choses sérieuses vont débuter. Nous avons voulu coïncider le démarrage des travaux de la première phase avec les célébrations du Yaum-un-Nabi (saw). Un tel projet ne pourra débuter que sous de meilleurs auspices », souligne-t-il.

Ce projet, qui bénéficiera en grande partie du financement du Pakistan, est estimé par le gouvernement pakistanais à environ 3 millions de dollars américains, soit un peu plus de Rs 100 millions. « Il y a eu un concours de circonstances au Pakistan qui a fait que le démarrage du projet a pris du retard. Mais à aucun moment, le gouvernement pakistanais ne s’est rétracté. Grâce à nos bienfaiteurs et autres sponsors mauriciens, nous allons commencer les travaux et par la suite, le Pakistan pourra nous apporter son aide », laisse entendre Shehzad Ahmed. Il dit cependant que tous les pays amis qui souhaitent contribuer, d’une manière ou d’une autre, à faire avancer le projet, sont les bienvenus. « La langue ourdoue est présente dans de nombreux pays tels que l’Inde, le Canada et même la Chine », dit-il.

Un héritage

Selon Shehzad Ahmed, l’Urdu House permettra à l’USU d’économiser en termes de frais de location. « Actuellement, nous n’avons d’autre choix que de louer le bâtiment qui abrite l’USU. Cela nous coûte pas mal d’argent. Ainsi, l’Urdu House va non seulement nous faire bénéficier en termes de mensualité pour la location mais aussi nous permettre de générer des revenus en louant la salle pour divers événements. Avec cet argent, nous serions en mesure d’organiser plusieurs autres activités », avance le président de l’USU. Shehzad Ahmed tient à préciser que le nom « Urdu House » a été choisi uniquement afin d’identifier le projet et que par la suite, après l’achèvement complet des travaux, le bâtiment portera un nom « propre au Pakistan ».

Par ailleurs, Shehzad Ahmed estime que l’Urdu House sera « un héritage pour les futures générations ». « Ce sera un lieu où les amoureux de la langue ourdoue pourront se rencontrer et organiser diverses activités. Les jeunes sauront qu’ils ont un endroit doté de toutes les facilités pour s’exprimer et démontrer leur attachement à cette si belle langue », nous dit-il. Soulignons que la première phase du projet comprend la construction du bloc administratif pour permettre à l’USU d’expédier les affaires courantes en attendant le démarrage des travaux pour la construction d’une salle et d’autres espaces.


À propos de l’Urdu House

Le bâtiment qui abritera l’Urdu House est d’une superficie d’environ 20 000 pieds carrés. Il comprend : (1) un bloc administratif doté d’un secrétariat, d’une salle de conférence, un bureau pour le président de l’USU, une salle d’accueil, une cuisine et les toilettes ; (2) un multipurpose hall pouvant accueillir entre 500 et 800 personnes et équipé d’un système de sonorisation acoustique ; et (3) une médiathèque pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes.

L’Urdu House comprendra également 3 à 4 salles de classe, une salle de prière pouvant accueillir 30 personnes, une galerie pour exposer les œuvres d’art, une cafétéria et une aire de stationnement.


Architecture islamique et moghole

Maliha Karim, architecte d’origine mauricienne et pakistanaise et dont l’USU a fait appel à ses services pour la conceptualisation de l’Urdu House, a proposé une architecture basée sur le concept islamique et moghol. Dans son rapport, elle note l’importance de la définition du terme « ourdou » dans la conception du bâtiment. Elle a opté pour le style dit « Fusion » qui comprend un mélange d’idées et d’idéologies.

L’architecture moghole est caractérisée par l’usage de marbres, d’arcs, de dômes, de grands portails et de tours. « Cela dit, l’aspect le plus important demeure le jalee, une technique inspirée de l’art indien et perse », note-t-elle.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

MASJID AL UMARAIN

MASJID AL UMARAIN : un havre de paix pour les mussalis de Beau-Vallon

L’histoire de la masjid Al Umarain de Beau-Vallon porte l’empreinte d’Osman Jambocus, le recteur du …