samedi , 11 juillet 2020
Les proches entourant «Dada Noor» pour la photo souvenir.

Nouveau centenaire : «Dada Noor», une lumière dans la vie des Saib

Depuis le vendredi 12 juin, Maurice compte un nouveau centenaire en la personne de Rahim Abdul Kareem Saib, plus connu comme « Dada Noor ». Aimé de tous et respecté par tout le voisinage, le centenaire a fêté son anniversaire dans la sobriété, entouré des proches.

La vie sur Terre est certes courte, mais pour Rahim Abdul Kareem Saib, appelé affectueusement « Dada Noor  », elle a été plus longue qu’il ne l’espérait. Et tant mieux, diront ses petits-enfants et arrière-petits-enfants. Et lorsqu’on a vécu pendant un siècle, il y a forcément beaucoup à raconter, à dire, à se remémorer… Nous n’avons ainsi pas été déçus de notre visite chez celui qui a fait, vendredi, son entrée dans le club très sélect des centenaires de l’île Maurice.

Encore solide comme un chêne et très populaire dans le village de Rose-Belle, « Dada Noor » aime bavarder avec les gens au quotidien. La famille tient une quincaillerie dans la région et les proches y ont fait installer une chaise spécialement pour le centenaire qui « vine get lépasants tou le zour ». « Il parle avec tous les gens qui passent devant la quincaillerie. Il aime converser en kreol et en bhojpuri. Il aime aussi regarder la télévision », nous confie son fils, Raouf Saib.

Une bonne mémoire

Malgré son âge avancé, « Dada Noor » peut encore compter sur sa très bonne mémoire et se rappelle de tout. Ainsi, il nous dira qu’en l’an 2000, il a été nommé citoyen d’honneur par le Conseil du village de Rose-Belle et qu’en 2008, il s’est vu attribuer le titre de membre honoraire de la Rose Belle Senior Citizens Association. « Il vous suffit de lancer une conversation sur un événement particulier et il va vous raconter la suite. Il se souvient de beaucoup d’anecdotes de sa vie. Le seul souci, c’est qu’avec l’âge, il est devenu dur d’oreille », avance Raouf Saib.

Pour marquer cet événement unique au sein de la famille, les Saib avaient prévu une grande fête d’anniversaire. Toutefois, en raison des restrictions imposées lors du déconfinement du pays, les proches ont dû revoir leurs plans. Mais le vendredi 12 juin, plusieurs membres de la famille se sont réunis chez Rahim Abdul Kareem Saib pour célébrer comme il se doit le 100e anniversaire de « Dada Noor ». De ce fait, les normes d’hygiène sanitaire étaient de rigueur.

Raouf Saib explique aussi que son père attendait impatiemment le jour de son 100e anniversaire et voulait être entouré de ses proches. « Il est conscient qu’il a eu 100 ans. C’est un moment qui n’arrive qu’une fois dans la vie et si Dieu le veut. On voulait que tous nos proches soient présents mais avec la Covid-19, on a préféré prendre des mesures de précaution et limiter le nombre d’invités », laisse-t-il entendre. Ainsi, certains de ses enfants qui vivent à l’étranger n’ont pu faire le déplacement comme prévu. « Plusieurs d’entre eux ont pu souhaiter un joyeux anniversaire à notre papa à travers Internet », ajoute-t-il.

Soulignons que malgré le poids de l’âge, « Dada Noor » ne manque pas à ses obligations envers son Créateur. Vu son âge, c’est à la maison qu’il accomplit toutes ses prières quotidiennes. Toutefois, les vendredis, il tient à se rendre à la mosquée avec son fils et son petit-fils pour accomplir la prière du Jummah.

« Je touchais un salaire de Rs 52 par mois »

Né dans le village de Saint-Aubain, Rahim Abdul Kareem Saib grandit cependant à Rose-Belle où ses parents ont emménagé peu après sa naissance. Il y passa toute son enfance et garde encore de très bons souvenirs de cette période de sa vie. Marié à Sarah, le couple a eu 9 enfants dont 4 fils et 5 filles. Malheureusement, en 1996, « Dada Noor » eut le malheur de perdre son épouse. Peu de temps après, il perdit un fils et une fille. Actuellement, le centenaire vit chez une de ses filles, et ses autres enfants viennent tout le temps lui rendre visite et s’occuper de lui. « J’ai des enfants qui vivent aussi à l’étranger », lance-t-il. « Dada Noor » a 20 petits-enfants et 16 arrière-petits-enfants.

Au cours de sa vie, Rahim Abdul Kareem Saib a travaillé sur des établissements sucriers et a aussi agi comme jardinier à Eau Bleue Sugar Estate pendant cinq ans. Puis, pendant 27 ans et ce, jusqu’à sa retraite, il a travaillé comme jardinier au poste de police de Rose-Belle. « Au début de ma carrière, je touchais un salaire Rs 52 par mois et lorsque j’ai pris ma retraite, je touchais Rs 950 par mois », tient-il à rappeler.

Moment inoubliable à Old Trafford

Rahim Abdul Kareem Saib a eu l’occasion d’effectuer plusieurs voyages en compagnie de son épouse dont le grand pèlerinage à La Mecque (Hadj) ainsi que des séjours en France. Toutefois, il garde de très bons souvenirs de son voyage au Royaume-Uni où il a pu assister à un match de son équipe fétiche à Old Trafford. « Dada est un très grand fan de Manchester United. Aujourd’hui encore, il nous raconte toujours sa visite à Old Trafford et à chaque fois, il le fait avec la même ferveur », confie l’un de ses petits-fils. Même à son âge, il ne rate jamais une occasion de regarder les matchs de Man Utd à la télévision même si ceux-ci sont programmés tard la nuit. Et après chaque rencontre, il lance : « ça ène zoli match ! » En outre, «  Dada Noor » aime déguster de bons petits plats et son plat préféré est le « carri gro pois ek laviann ». Ayant connu la « misère noire » au cours de son enfance, le centenaire n’est pas difficile en ce qui concerne la nourriture. D’ailleurs, ses enfants racontent que lorsqu’ils étaient petits, leur père les encourageait toujours à manger « arouille, patate et manioc ».

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Mauricien à l’honneur : Le Dr Khaleel Joomye adjoint au maire à Le Bourget en France

Le Dr Khaleel Joomye, qui est installé en France, fait la fierté de l’île Maurice. …