vendredi , 19 juillet 2019
Accueil / Interview / Noor Soormally, expert en ICT : «Les parents accordent trop de ‘screen time’ à leurs enfants»
Noor Soormally

Noor Soormally, expert en ICT : «Les parents accordent trop de ‘screen time’ à leurs enfants»

Noor Soormally, de la Whitefield Business School, tire la sonnette d’alarme sur les longues heures que passent les jeunes sur Internet et les réseaux sociaux. Selon lui, les parents ont leur part de responsabilité dans l’éducation de leurs enfants quant à l’utilisation de la technologie. Il aborde aussi le très controversé jeu « Momo Challenge » dans l’entretien qui suit.

Le « Momo Challenge » se propage à travers les médias sociaux et le téléphone cellulaire. Qu’est-ce qui explique ce genre de phénomène ?
Avant de comprendre comment le « Momo Challenge » s’est propagé aussi rapidement sur Internet, il est essentiel de savoir ce qu’est ce jeu et comment il fonctionne. Tout débute lorsqu’on reçoit un contact téléphonique appelé « Momo ». On est invité à enregistrer ce contact sur le téléphone et, aussitôt fait, on est submergé par des images violentes et des défis à relever. L’application « Momo Challenge » infiltre d’autres applications de votre smartphone et pirate vos informations personnelles et menace de les partager en ligne, une pratique connue comme le « doxing ». Il y a eu des cas qui se sont conclus par le suicide. Le premier cas signalé a trait à une fillette argentine de 12 ans menacée à tel point qu’elle s’est suicidée.

Comment ce jeu est-il devenu viral ?
Le « Momo Challenge » est partagé sur des réseaux sociaux tels que Facebook et WhatsApp. Certaines applications peuvent également être téléchargées sur des annonces diffusées dans des jeux. Toute personne mal avertie peut simplement les télécharger et être incitée à jouer, ce qui les expose au danger. Ce « suicide game » est apparu l’année dernière mais il n’est pas devenu viral. Il a été médiatisé cette année lorsque des rumeurs ont circulé à l’effet que ce jeu aurait infiltré des programmes pour enfants tels que « Peppa Pig » et des jeux vidéo comme « Fortnite ». Certains avancent qu’il serait même apparu dans des vidéos sur YouTube, ce que la chaîne a nié dans une déclaration publiée le 28 février sur son compte Twitter. Alors que de nombreuses personnes qualifient « Momo » de canular visant à amasser des données, d’autres affirment que leurs enfants ont été en contact avec ceux qui se cachent derrière ce mystérieux personnage.

En cette ère techno-centrique, je conseille aux parents de surveiller les activités en ligne de leurs enfants.»

Quel impact peut avoir ce genre de « jeux » sur les enfants ?
La « Momo Challenge App » crée l’illusion de tout savoir et de pouvoir tout voir. Elle envoie aux enfants des images que l’application a réussi à avoir d’eux lors des conversations précédentes. Le jeu incite les enfants à faire ou à répondre à des appels et utilise l’Intelligence artificielle pour obtenir plus d’informations. Les enfants, inconscients de cette ruse, croient qu’ils sont pris au piège et se résignent à obéir aux ordres pouvant entraîner la mort. Un autre impact sur les enfants est le fait qu’ils subissent la pression des pairs pour relever le «Momo Challenge». Cela peut également se conclure par des fins tragiques.

Existe-t-il d’autres « jeux » de ce genre sur Internet ?
Le « Blue Whale » est un autre jeu promouvant les défis suicidaires. Il a vu le jour en Russie et aurait fait plusieurs victimes dans plusieurs pays. Contrairement au «  Momo Challenge », dans le jeu « Blue Whale », les joueurs se voient confier des tâches quotidiennes bien délicates, comme regarder des films d’horreur, se réveiller à des heures inhabituelles, avant d’être ordonnés à s’automutiler ou à se suicider.

Comment peut-on ainsi protéger les enfants contre ce phénomène ?
En cette ère techno-centrique, je conseille aux parents de surveiller les activités en ligne de leurs enfants. Vous pouvez demander à votre enfant son téléphone et vérifier brièvement ses activités WhatsApp, par exemple. Conscientisez vos enfants sur les dangers de tels jeux. Adoptez une ouverture d’esprit avec vos enfants et dites-leur pourquoi ils ne devraient pas participer à ce genre de challenge. Aussi, les parents doivent faire comprendre aux enfants que le suicide ne profitera à personne mais ne causera que du tort à ses proches.

De nombreux Mauriciens ne connaissent même pas l’existence d’une loi qui rend illégal le visionnage de contenu pornographique»

Un jeune obéit aveuglement à ce qui est propagé sur le net. Nous sommes tentés de dire que le monde virtuel a pris le dessus sur la réalité. N’est-ce pas ?
La génération d’aujourd’hui est souvent critiquée pour le temps qu’elle consacre à l’utilisation de la technologie. Les jeunes sont constamment connectés aux jeux en ligne et à leurs amis. Ils préfèrent communiquer virtuellement et jouer à des jeux plutôt que de faire des sorties « dans le monde réel ». Le hic c’est que cela a une répercussion sur leurs relations interpersonnelles et leur vie sociale. Cependant, nous devons nous rappeler que cette génération n’a pas connu l’époque où il n’y avait pas de smartphones, de consoles, d’ordinateurs, etc. Mêmes les adultes sont scotchés à leurs téléphones. Le problème s’explique en raison des parents qui sont tout le temps « busy » et ainsi accordent à leurs enfants trop de « screen time » dès leur plus jeune âge. Cela inclut les téléviseurs, les consoles de jeux vidéo, les portables et les ordinateurs, entre autres.

Quel devrait être ainsi le rôle des parents par rapport à l’utilisation des outils technologiques et des réseaux sociaux ?
On constate que les parents n’éduquent pas leurs enfants sur les « do’s and don’ts » sur Internet. Concernant les portables, les parents doivent attendre le plus longtemps avant d’acheter un smartphone pour leurs enfants. Et lorsque vous leur en donnez, assurez-vous de surveiller leurs activités. Cela peut se faire en installant des Family Control Apps. En outre, veillez à établir des règles à la maison eu égard à l’utilisation du smartphone. Par exemple, interdire le téléphone portable lors des repas ou avant d’aller se coucher. Aussi, soyez vous-mêmes des modèles en limitant votre temps passé sur le smartphone. Parallèlement, en ce qui concerne l’internet, en tant que parents, vous devez comprendre l’état émotionnel et psychologique de votre enfant avant d’aborder cette question avec lui.

Y a-t-il un moyen de bloquer ces sites sur smartphones et tablettes ?
Oui, en ayant recours au Mobile Filtering Software ou à des applications de contrôle parental. Même Google a un niveau de sécurité très intéressant pour les enfants.

Pensez-vous qu’il faut un cadre légal pour réguler les « contents » sur les réseaux sociaux ?
Dans de nombreux pays, il existe déjà de nombreuses lois en vigueur concernant la cybercriminalité et l’utilisation abusive de la technologie. À Maurice, par exemple, il existe deux lois distinctes couvrant le problème de la cybercriminalité. Il s’agit de la Cyber Crime and Computer Misuse Act de 2003 et l’ICTA Act.

Par ailleurs, un enfant peut aujourd’hui en un clic accéder à divers sites de nature pornographique. Comment peut-on mettre nos jeunes à l’abri de ce fléau ?
En limitant les informations auxquelles ils ont accès sur leurs smartphones et leurs ordinateurs via l’application de contrôle parental. De plus, lorsque vous estimez que votre enfant a atteint une certaine maturité sur le plan éducatif et psychologique, vous pouvez commencer à lui exposer les dangers de ces contenus et leur illégalité. De nombreux Mauriciens ne connaissent même pas l’existence d’une loi qui rend illégal le visionnage et la distribution de contenu pornographique. Peut-être qu’il est temps que de tels sujets soient inclus dans les cursus scolaires.

La journée mondiale contre la censure sur internet est célébrée le 12 mars. Peut-on tout dire sur Internet ?
Au début, Internet était connu comme « information superhighway » car son objectif était de fournir au citoyen lambda un accès rapide à une quantité de données pratiquement illimitée. Au fil des années, de nombreux utilisateurs ont commencé à utiliser Internet comme un moyen d’exprimer leurs opinions sur les médias sociaux. Bien que ceci puisse avoir un impact positif, il peut aussi entraîner le « trolling », qui consiste à laisser des commentaires inappropriés sur Internet. Cette pratique a souvent eu des effets désastreux sur les gens. Cela a conduit à l’introduction des lois régissant les commentaires ainsi que des images sur les médias sociaux. Il est également autorisé à signaler un commentaire, une image ou un utilisateur à l’administrateur du site Web s’il est jugé offensant. De plus, de nombreuses organisations gérant des sites Web ont eu recours à des filtres de messages avant de permettre leur publication.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Rashid Imrith

Rashid Imrith, syndicaliste : «Ne sous-estimez pas le vote de 83 000 fonctionnaires»

Fidèle à lui-même, le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), Rashid …