lundi , 16 décembre 2019
Accueil / Actualités / Ils sont nés à l’étranger : leur premier Eid au pays d’origine de leurs parents
Qurbani

Ils sont nés à l’étranger : leur premier Eid au pays d’origine de leurs parents

Nés à l’étranger de parents mauriciens, ces jeunes sont venus à Maurice pour découvrir, pour la première fois, la culture mauricienne autour de l’Eid-ul-Adha.

Bilal Kaudur, de Lucan en Irlande : «C’est une ambiance merveilleuse»

Bilal KaudurC’est à Riche-en-Eau, Mahebourg, que Bilal Kaudur, 22 ans, habitant Lucan en Irlande, a posé ses valises afin de célébrer le sacrifice d’Abraham avec ses grands-parents. « Chaque année, je célèbre cette fête avec mes parents et mon frère en Irlande mais l’ambiance est incomparable à celle de Maurice. C’est un vrai bonheur que de se lever le matin pour le namaz Eid, de porter de beaux habits et d’aller à la mosquée puis de venir déguster les vermicelles de ma grand-mère », nous confie-t-il.

Bilal Kaudur nous décrit une journée d’Eid-ul-Adha en Irlande. « C’est vraiment une journée en famille. Le matin, on se lève tôt pour se rendre à la mosquée de la localité qui est gérée par des Egyptiens. On y accueille les musulmans de toutes les nationalités. Puis quand je rentre chez moi nous partageons un repas spécial et diffèrent des autres jours. Je préfère toujours passer cette journée avec mes parents car on ne sait jamais si elle pourrait être la dernière », souligne-t-il.

Enfin Bilal revient sur la tendance des jeunes de filmer les rites du qurbani et les poster sur les réseaux sociaux. « Je pense qu’il est important de rappeler aux jeunes l’importance de ce sacrifice », dit-t-il.


Rayhaan et Ayaan Mooraby, de Wood Green en Angleterre : «C’est différent entre ces 2 pays»

Rayhaan et Ayaan MoorabyUne longue préparation a eu lieu un mois avant la fête Eid pour que Rayhaan (11 ans) et Ayaan Mooraby (9 ans) puissent venir célébrer cette fête à Maurice. « Notre maman nous a donné un aperçu de la célébration de l’Eid à Maurice et à quel point c’est diffèrent qu’en Angleterre. Elle nous a aussi cité les hadiths et raconté l’histoire du Sacrifice d’Abraham afin de bien comprendre la signification de cette fête », explique Rayhaan.

C’est à Plaine-Magnien que les enfants ont célébré la fête chez leur grand-mère maternelle. Leur maman, Fadilah, souligne l’importance de faire connaître aux enfants les traditions de leurs pays d’origine. « Cela fait 15 ans que je ne suis pas venue célébrer cette fête. J’attendais que mes enfants soient en âge de comprendre pour les emmener fêter leur première Eid-ul-Adha », nous dit-elle. Les enfants nous confient qu’ils sont très contents de constater de visu la différence des célébrations entre ces deux pays. « Nous attendions avec impatience l’arrivée du bœuf dans la rue. Nous ne sommes pas habitués à voir autant de monde et des bœufs dans la rue », se réjouissent-ils


Shaheen et Nahil, de St Denis, La Réunion : «On a pu partager un moment avec nos petits cousins»

Shaheen et NahilAgés de 4 ans et 7 ans respectivement, Shaheen et Nahil se sont rendu à St-Pierre pour assister à leur premier Qurbani à Maurice. Accompagnés de leur père, ils n’ont pas hésité à passer la nuit à Port-Louis afin de témoigner l’ambiance de débarquement de bœufs. « Le matin, je me suis levée pour porter ma jolie robe et aller voir le bœuf », nous confie Shaheen. Elle est également très contente d’avoir la possibilité de porter une tenue traditionnelle qui n’existe pas à la Réunion. Bien que leur père, Rezah, avait peur qu’ils soient effrayés à la vue du sang, il considère que c’est important que ses enfants se familiarisent avec les traditions du pays. «  On est très content aussi de pouvoir passer cette fête en famille et de jouer avec nos petits cousins et cousines », confie Nahil.

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

161219_zamzam

PSAC 2019 : taux de réussite en baisse par rapport à 2018

Fin de suspense pour les 18 383 candidats ayant pris part aux examens du Primary …