jeudi , 1 octobre 2020
Mahmad Ally Sheik Rawa

Mahmad Ally Sheik Rawa, ex-employé de bibliothèque : «Au fil des années, le nombre de lecteurs a beaucoup diminué»

Mahmad Ally Rawa a eu une longue carrière (45 années) à la bibliothèque municipale de Port-Louis. Le mercredi 2 mai 2018 fut son dernier jour au travail. Il est également connu comme un formateur sur le plan religieux. 

Cette semaine, une réception a été organisée à la Rabita Hall en son honneur. Mahmad Ally Sheik Rawa, aujourd’hui âgé de 64 ans, est né à la rue La Paix Port-Louis. Il avait débuté sa carrière comme préposé à la bibliothèque municipale. Une profession qu’il ne regrettera jamais, nous dit-il. La raison est simple : il a pu s’instruire à travers la lecture des livres. Maintenant, il estime que ses connaissances d’informations pratiques lui ont apporté maturité et sagesse.

Toutefois, il trouve que la nouvelle génération a abandonné la lecture, qu’il considère importante dans la vie d’une personne. « Avec la nouvelle technologie, le nombre de lecteurs a diminué considérablement, » souligne notre interlocuteur. Il raconte qu’auparavant, dans les années 80, quand il travaillait à la bibliothèque de Plaine-Verte, la salle était remplie toute la journée. Il y avait des fois, où il devait demander aux lecteurs de céder la place aux autres. « Les gens étaient passionnés de lecture. Ils venaient lire les journaux chaque jour et restaient connectés aux actualités, » relate le retraité. Il ajoute que de nos jours toutes les informations peuvent être téléchargées facilement sur les portables et ordinateurs.

Anecdote

Mahmad Rawa nous raconte cette anecdote. Une fois, un élève qui s’était classé après les lauréats aux examens de HSC lui avait dit ceci : « J’aurais pu être lauréat si j’avais su que la bibliothèque offrait tous ces services ». Il a connu plusieurs lauréats au cours de sa carrière. Ils étaient des lecteurs réguliers. Certains venaient des familles très modestes et n’avaient pas les moyens d’acheter tous les livres. Pour Mahmad Rawa, la bibliothèque demeure un endroit calme, détaché des bruits du monde où les étudiants peuvent mieux apprendre.

Formateur religieux

Mahmad Rawa affirme que c’était la lecture qui l’a poussé à apprendre davantage les enseignements de l’islam car il lisait régulièrement entre autres des livres sur cette religion. « Je lisais deux livres par jour et l’un d’eux était sur la religion. Ces livres ont créé un amour dans mon coeur pour notre religion, » dit-il. C’était aussi à cette époque, qu’il a cherché un mentor pour étancher sa soif de connaissances islamiques. « J’ai rencontré Parwez Kurreemun en qui j’ai vu un formateur admirable, » ajoute-t-il.

Mahmad Rawa, avec d’autres amis, assistaient leur guide spirituel dans son travail de formation à travers l’île. Avec le temps, il se portait volontaire pour la khutba, une pratique qu’il n’a pas abandonnée malgré l’âge. « Gérer son temps reste la priorité de chaque individu qui doit savoir comment consacrer quelques heures à la famille et aussi à l’Ummah de Nabi-e-Kareem (saw) après le travail, » conseille-t-il.

Mahmad Rawa estime que les parents doivent inculquer à leurs enfants l’habitude de lire et de s’informer sur différents sujets, qu’il juge être un facteur de développement personnel. Car de nature, les lecteurs réguliers sont calmes et sont des personnes mûres.

Quel projet  après la retraite ?

Après sa retraite, Mahmad Rawa compte consacrer son temps à la propagation des enseignements de l’islam (dawah) et la formation des jeunes et des convertis. Il voudrait lancer un projet éducatif au Century Club. « Je veux aider des élèves faibles avec la collaboration des enseignants. On les formera aussi sur le plan religieux, » ambitionne-t-il.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Ruqayya Maudhoo : entrepreneure dans l’âme

Être entrepreneur n’est pas donné à tout le monde. Pour le devenir, il faut prendre …