jeudi , 21 novembre 2019
Accueil / Actualités / Boursiers additionnels : ils ont brillé malgré l’adversité
Boursiers additionnels

Boursiers additionnels : ils ont brillé malgré l’adversité

Le ministère de l’éducation a rendu publique la liste des 23 boursiers additionnels établie selon des critères sociaux. Ces élèves ont le mérite d’avoir brillé aux examens du Higher School Certificate (HSC) lors de la cuvée 2018 malgré l’adversité. À travers cette bourse, certains entrevoient la lumière au bout du tunnel et peuvent désormais aspirer à entreprendre des études supérieures.

Bibi Hafsah Bundhoo : «J’ai opté pour le Software Engineering»

Bibi Hafsah BundhooBibi Hafsah Bundhoo, 19 ans, s’était classée 15e dans la cuvée 2018. Elle s’est lancé un défi fort intéressant en optant pour des études dans lesquelles elle n’avait pas de connaissances basiques. Néanmoins, elle se dit prête à surmonter les obstacles. En effet, la boursière additionnelle (côté science) du collège Lady Sushil Ramgoolam, à Triolet, s’est inscrite à un programme d’étude en Software Engineering à l’université de Maurice. Ses cours débutent en août de cette année. « C’est un défi à relever pour moi car je n’ai jamais étudié l’informatique », dit-elle avec une certaine assurance.

Bibi Hafsah dit avoir appris la nouvelle de l’allocation de la bourse additionnelle à travers un de ses anciens enseignants. En HSC, elle avait opté pour la chimie, la physique et les mathématiques comme matières principales et avait décroché 3 A+. « Depuis que je suis au collège, j’ai tout le temps bossé très dur afin d’obtenir de très bons résultats. Je suis très contente aujourd’hui que mes efforts ainsi que les sacrifices de mes parents ont payé. Ma mère et mon père se sont beaucoup sacrifiés pour me donner une bonne éducation », avance-t-elle. Elle a également des mots élogieux pour ses anciens enseignants, la rectrice du collège, Mme Mookith, ses proches et ses amis. Soulignons que Bibi Hafsah est la toute première boursière côté science du Lady Sushil Ramgoolam State College.

Quatrième d’une fratrie de quatre enfants, dont trois sœurs (Shameen et Aisha) et un frère (Ali-Abbas), Bibi Hafsah dit vouloir travailler après ses études avant d’entreprendre d’autres études en vue d’obtenir une maîtrise. Sa mère, Shakila, femme au foyer, nous raconte que sa fille a toujours été très appliquée au collège. Elle se dit émue et fière que sa fille a pu décrocher une bourse. « Elle n’aime pas trop les sorties et lorsqu’elle était au collège, elle ne sortait que pour aller prendre des leçons particulières », dit-elle. Son père, Aboo Jahid, est tôlier et s’est mis à son compte.


Anas Bin Ahmad Domun : «Il faut mettre la religion à l’avant-plan pour réussir»

Anas Bin Ahmad DomunAnas Bin Ahmad Domun est le nouveau boursier du collège Doha dans la filière scientifique. Brillant, il a connu un parcours exemplaire au collège depuis la Form I.

Anas brille de mille feux non seulement côté séculaire, mais aussi côté religieux car il a mémorisé 9 siparah du Coran et il officie comme imam à Batimarais, Rivière-des-Anguilles pendant le Ramadan. Anas a appris la bonne nouvelle d’un parent. Il a tout de suite remercié le Créateur pour cet honneur et s’est senti soulagé. Il s’empresse de souligner qu’il doit sa réussite au soutien de ses parents, ses deux oncles et les enseignants du collège. Son père, Naseem Domun, ébéniste de profession, est un homme heureux, tout comme son épouse, Zuleka. Tous deux ont fait d’énormes sacrifices pour que leur fils réussisse dans ses études. Anas a un mot de remerciement pour sa sœur Nadja, sa cousine, Ameerah Domun, ainsi que ses deux oncles et les proches de sa mère qui l’ont grandement aidé pour que son rêve devienne réalité.

Il pense poursuivre des études en médecine à Maurice et faire sa spécialisation médicale à l’étranger. « Tous ceux qui aspirent à réussir dans leurs études doivent vivre en accord avec les principes de  l’islam et se laisser guider par le Coran », soutient-il.

Naseem Domun décrit son fils comme un garçon exemplaire et bien discipliné. « Anas fine faire boucoup sacrifice », dit-il. Le jeune homme remercie la direction du collège Doha qui s’assoit à la table des grands grâce au sérieux et au travail méthodique de ses enseignants.

Pour sa part, le recteur du collège,  Osman Jamboccus, remercie Allah, tous les membres de son personnel qui se donnent à fond dans une bonne ambiance pour l’avancement des étudiants. Il fait ressortir que depuis 2015, le collège Doha récolte les  fruits de ses efforts et chaque année plusieurs étudiants sont classés parmi les meilleurs à Maurice. Il espère qu’à l’avenir d’autres lauréats vont faire honneur au collège. Pour sa part, Sadek Polin a remercié les enseignants pour leur précieuse collaboration et leur dévouement. Il fait un appel au gouvernement pour que le collège Doha soit classé en deux catégories distinctes, garçons et filles, non pas pour des raisons financières, mais pour répondre aux nombreuses demandes d’admission. Le collège Doha souhaite produire des lauréats et offrir  une éducation de qualité.


Nusayah Bibi Hingah : «Une injustice réparée»

Nusayah Bibi HingahOn se souvient du combat de Nusayah Bibi Hingah, étudiante du collège Queen Elizabeth, qui s’était classée 36e mais avait été devancée par une candidate classée 37e. Et sur la liste des Scholarships Rank Orders Mauritius Science Side Girls Scholarships, Nusayah s’est classée à la 10e place alors que sur la liste du Mauritius Top 500 Scholarships, elle est classée 36e. Ses parents, avec l’appui de Me Steve Obeegadoo et Me Pazhany Rangasamy,  ont mené une lutte acharnée auprès du Mauritius Examination Syndicate et avaient envoyé plusieurs correspondances au Cambridge Examination Syndicate sans avoir de réponse. Nusayah Hingah avait même tenu une conférence de presse pour dénoncer cette injustice à son égard.

Cinq mois après, la patience et les sacrifices de Nusayah sont récompensés. Elle est lauréate dans la filière scientifique et elle se sent soulagée après cinq mois de stress. «Moi et mo famille nous fine vive banne moments stressants », dit-elle.  Elle remercie la population et la presse pour leur soutien. Elle n’en tient rigueur à personne pour autant. Depuis le début, elle était confiante qu’elle serait  lauréate. Pour  elle, il s’agit de la volonté d’Allah et que personne ne peut s’y opposer.  « À part Allah personne pas pou capave change nanien. Ène l’injustice fine réparée », lance-t-elle.
Maintenant qu’elle ait décroché une bourse, elle compte entreprendre des études en médecine à l’université de Maurice et faire sa spécialisation médicale à l’étranger. Son père, Salim Hingah, est marchand de légumes.  Il est aidé par son épouse, Naseem, qui se rend à la foire trois fois par semaine. Salim avoue que la  vie est bien difficile surtout avec quatre enfants à grandir.

Nusayah dit qu’il n’y a pas de secret pour réussir dans ses études. « Il faut écouter ses parents, respecter ses enseignants, avoir une discipline de fer et une bonne dose de spiritualité », fait-elle ressortir. Nusayah adore faire le jardinage et pratique le tennis de table. En ce qui concerne les JIOI, elle regrette qu’elle ne puisse pas se rendre au stade car tous les billets sont épuisés.

Elle remercie ses parents, son frère, sa sœur et tous les enseignants qui ont cru en elle. Sa maman précise qu’elle ne nourrit aucune rancœur contre qui que ce soit pour ce qui est arrivé à sa fille. « Mo ti envie li vine lauréate parski li fine faire zeffort pou sa », laisse-t-elle entendre. Elle ajoute que depuis l’âge de 3 ans, Nusayah voulait devenir médecin.


Bibi Oomay Shahirah Dowlut : «J’ai fait beaucoup de sacrifices pour avoir une bourse»

Bibi Oomay Shahirah DowlutLauréate côté technique, Bibi Oomay Shahirah Dowlut, étudiante au collège Maurice Curé est sur un nuage. Elle s’attendait un peu à décrocher cette bourse car au mois de février elle s’était classée 4e. Elle ne s’est pas découragée et a continué à garder espoir. C’est un journaliste du Défi Media Group qui lui a annoncé la bonne nouvelle. Surprise dans un premier temps, elle a vite réalisé que son espoir n’était pas irréaliste et que  ses efforts ont été couronnés de succès. « J’ai fait beaucoup de sacrifices pour etre lauréate »,  dit-elle. Oomay Shahirah nous dit que les mathématiques et la physique sont ses matières préférées. Elle prenait plaisir à résoudre des équations difficiles et même ses professeurs étaient surpris par sa dextérité.

Son père, Razah, est malvoyante depuis 13 ans tandis que sa mère Nazebin est femme au foyer. N’empêche que ses parents ont tout fait pour qu’elle ne manque de rien dans ses études. Elle à un grand mot de remerciement pour Siddick Sooreefan qui a été d’un grand support durant toutes ses études. «Je ne l’oublierai jamais pour ce qu’il à fait pour moi», dit-elle.

Elle conseille aux jeunes de ne pas perdre de temps et de faire des efforts pour être récompensés. Oomay adore le dessin et passe ses moments libres à faire de la peinture. Très attachée à son pays, elle souhaite que Maurice remporte un maximum de médailles aux JIOI. «Mo senti moi ène vrai patriote kan mo ti pe trouve sa flambeau laà pe passer», confie-t-elle.

Elle est d’avis que nos sportifs doivent être bien encadrés. Elle est fière que le gouvernement a fait construire un complexe sportif moderne à Côte-d’Or et souhaite qu’avec un bon encadrement nos athlètes pourront briller aux Jeux Olympiques dans quelques années.


Muhammad Mullboccus : «Try your best and leave the rest to god»

Muhammad MullboccusAncien étudiant du collège Royal de Port-Louis, Muhammad Mullboccus a décroché une bourse dans la filière scientifique. Il avait commencé ses études au collège James Burty David mais après avoir obtenu  8 unités aux examens du School Certificate (SC), il a obtenu une place en Lower VI  au collège RCPL. Il avoue avoir bossé en HSC. Muhammad, trés philosophe, nous dit qu’il a fait de son mieux mais que c’est Allah qui décide de ce qui va arriver. C’est son professeur qui lui a annoncé la bonne nouvelle et il rend grâce à Allah de lui avoir fait cet honneur.

Son père, Khalid, est commerçant et sa mère, Zainab, femme au foyer. Il est d’avis que sans l’apport des parents c’est difficile d’obtenir des bons résultats.

Il étudie la possibilité d’ entreprendre des études de médecine mais il n’a pas encore arrêté son choix dans quel pays il compte se rendre.

Il conseille aux jeunes de diminuer les divertissements à l’approche des examens et de garder un bon équilibre entre les études et les sorties . « Try your best leave the rest to God », lance-t-il.

Il remercie tous ses enseignants du collège James Burty David et du RCPL et ses amis qui l’ont encouragé à persévérer car ils avaient détecté son fort potentiel.


Panchoo Muhammad sa’d Abdl Wakeel Ibn Iqbal : «C’est un cadeau d’Allah»

Panchoo Muhammad sa’d Abdl Wakeel Ibn IqbalAncien étudiant du collège Doha, Muhammad Panchoo est fier de faire partie de cette catégorie de personnes qui sont récompensées pour leurs efforts. Néanmoins, il avoue que derrière chaque succès il y a la volonté d’Allah. Il fait ressortir qu’il avait le pressentiment qu’il allait être lauréat mais il n’était pas trop sûr. Il remercie le gouvernement qui offre aux jeunes des perspectives de carrière et en retour, il espère pouvoir servir le pays après ses études. Il se rappelle qu’il était en Form III quand un stagiaire au collège lui a conseillé de choisir la filière économie. Muhammad Panchoo avait montré un grand potentiel depuis son enfance et les enseignants du collège l’ont grandement aidé. Par ailleurs, il nous confie avoir mémorisé 3 siparah du Coran. Orphelin de père, il a pu compter sur sa mère Nasreen, femme au foyer, et ses proches pour le soutenir.

Muhammad Panchoo ne pense pas laisser seule sa maman pour se rendre à l’étranger. Il compte poursuivre ses études à Maurice et décrocher un diplôme en économie. Il adore l’enseignement et espère travailler comme enseignant dans un collège pour partager ses connaissances avec les jeunes.

Le nouveau boursier conseille aux jeunes de bien choisir leurs amis et de se tenir à distance de toute chose pouvant détruire leur vie. « Les jeunes doivent savoir comment équilibrer leurs études et les activités », dit-il.

Habitant de Vallée-Pitot, il aime jouer au football et il se dit fier d’habiter cette région de la capitale. Il remercie la direction du collège Doha et fait l’éloge de son collège ainsi que ses enseignants. «D’ici quelque temps, le collège Doha marquera l’histoire avec plusieurs lauréats dans la même année », dit-il.

Il remercie le Créateur, sa mère, son frère et sœur ainsi que tous ceux qui l’ont soutenu dans ses études.


Waseemah Widaad Jaumbocus : La fierté de la SSS Seewa Bapoo

Waseemah Widaad JaumbocusWaseemah Widaad Jaumbocus fait la fierté du collège SSS Seewa Bapoo. Elle est la première boursière de la filière technique de son collège et ce, à sa première tentative aux examens du HSC. Elle exprime sa joie car elle ne s’attendait pas à décrocher cette bourse.  Mais le destin a choisi autrement. Après ses études primaires à l’école Pandit Sahadeo où elle obtint de très bons résultats au examens du CPE, elle rejoint le collège d’état Seewa Bapoo pour ses études secondaires. Aux examens du School Certificate (SC) ,elle obtient 12 unités après avoir opté pour 9 matières. Durant ses études de HSC, elle a pu bénéficier de l’aide de deux personnes qui lui sont chères :  sa sœur aînée, Adila Jaumbocus, enseignante de chimie au collège Royal de Port-Louis et de son beau-frère, Irfan Nunkhoo, enseignant au collège Doha. Elle a aussi bénéficier de l’aide de sa sœur Warda.

Elle a l’intention de faire des études en droit à l’université de Maurice. Waseemah nous raconte que son père Raffik Jaumbocus et sa mère Nazmeen ont toujours été présents pour la soutenir.
Elle conseille aux jeunes de commencer les révisions très tôt et de trouver le bon équilibre entre les études et les sorties.

Waseemah avait commencé les révisions en Lower VI et elle n’a pas perdu de temps à faire des tests papers. Comme activité, elle pratique le cardio pour avoir plus d’énergie. Waseemah fait ressortir que la prière quotidienne est primordiale de même que la lecture du Coran qui aide à la concentration. Elle se passionne pour la pâtisserie et la lecture.

Son père ajoute qu’il a toujours encouragé ses enfants à faire la lecture et à toujours respecter leurs aînés. Waseemah remercie ses parents ainsi que tous ses proches, de même que ses enseignants du pré-primaire, du primaire et du secondaire qui l’ont tout le temps poussée à se surpasser.


Zaahirah Bibi Haajerah Domun : «Je suis boursière grâce au support de mes parents»

Zaahirah Bibi Haajerah DomunZaahirah Bibi Haajerah Domun, ancienne étudiante du collège Droopnath Ramphul, décroche une bourse dans la filière économie. Elle est très élogieuse à l’égard de ses parents qui elle estime n’ont épargné aucun effort pour qu’elle réussisse dans ses études.

Être lauréate était un rêve d’enfant pour cette brillante adolescente qui a fait beaucoup de sacrifices pour goûter à ce succès. Depuis le primaire, elle obtenait de bonnes notes et au secondaire ses enseignants avaient misé sur elle pour obtenir une bourse.

Son père, Zahyr, est boulanger tandis que sa mère, Sajeda, est femme au foyer. Elle raconte que son père a travaillé très dur pour lui offrir tout le soutien nécessaire et veillait à ce qu’elle ne manque  de rien pour progresser dans ses études. «Mon papa est mon ‘role model’. C’est un homme discipliné qui gagne sa vie honnêtement », dit-elle. « Tout comme ma mère qui veillait sur nous pour nous offrir une bonne éducation », ajoute-t-elle.

Elle souligne qu’elle a fait beaucoup d’efforts et de sacrifices jusqu’à la veille des examens. «Je travaillais jusqu’à fort tard la nuit et parfois jusqu’au petites heures du matin», laisse-t-elle entendre. Haajerah a pris des leçons particulières et a été guidée par ses professeurs du collège

Maintenant qu’elle a obtenu cette bourse, la pression est tombée. Elle prend des conseils pour le choix de sa carrière. Elle pense rester à Maurice pour des études en économie. Haajerah conseille aux jeunes d’avoir confiance en eux-mêmes et de persévérer.

«Il y aura toujours des hauts et des bas mais l’important c’est la réussite », dit -elle. Elle remercie le créateur pour l’honneur d’être boursière. « Allah est le guide suprême et c’est lui qui nous honore », confie-t-elle. Elle n’a pas de mots pour remercier ses parents, ses professeurs, ses amies et tous ceux qui ont cru en elle.


Twahir Zuhayr Nizamuddin Muhammad Essmallgee : le porte-drapeau du collège Islamic de Vallée-des-Prêtres

Twahir Zuhayr Nizamuddin Muhammad EssmallgeeLe collège Islamic de Vallée-des-Prêtres est à l’honneur. Pour la première fois de son histoire, ce collège au passé glorieux  a produit un boursier en la personne de Twahir Zuhayr Nizammudin Muhammad Essmallgee. Ce brillant étudiant avait commencé ses études au collège James Burty David et après avoir obtenu de très bons résultats aux examens du Shool Certificate, il s’est fait admettre au collège Saint Esprit. Pas satisfait de ses résultats du HSC, il décide de poursuivre ses études au collège Islamic de Vallée-des-Prêtres. Muhammad Essmallgee a eu plus de chance cette fois après avoir été pris en main par une équipe d’enseignants qui voyaient en lui un lauréat potentiel.  « Les professeurs m’ont accompagné et j’ai eu la chance d’avoir une préparation spéciale  », confie-t-il.

Muhammad Esmallgee remercie Allah pour cet honneur surtout qu’il avait fait face à des problèmes personnels. Il espère pouvoir entreprendre des études tertiaires en Computer Science en Malaisie. Muhammad est très actif au sein de l’association Saisir L’avenir qui a pour présidente Rashida Imrith. Il vient en aide aux défavorisés et donne des cours aux enfants vulnérables chaque semaine.

Le jeune boursier est aussi membre du Rotary club et du Rotaract de Port-Louis. Sa passion pour le social l’emmène à passer son temps auprès des défavorisés. Muhammad Essmallgee est d’avis que l’éducation n’est pas seulement l’école mais aussi le développement personnel de l’individu. Il fait ressortir qu’il faut trouver du temps pour la famille, savoir socialiser et pouvoir apporter un changement dans le monde. Son message pour les jeunes est porteur d’espoir : « Soyez honnêtes, faites des sacrifices car dans la vie, il y a des hauts et des bas ».

Fervent croyant, Muhammad Essmallgee croit qu’Allah n’abandonne jamais ceux qui se prosternent devant Lui. Il a des mots élogieux pour la direction du collège Islamic des Vallée-des-Prêtres. « Mo ena sentiment ki après moi pou éna encore boursiers », dit-il. Au collège Islamic de Vallée-des-Prêtres fait ressortir le lauréat, la pratique de la religion est importante. « Les élèves sont encouragés à participer à des activités à caractère religieux mais ils apprennent aussi le respect des autres religions », dit-il.

Pour sa part Rashid Baganee, recteur du collège, remercie le Créateur pour Ses faveurs. Il félicite Muhammad Essmallgee pour sa brillante performance et l’honneur qu’il a fait au collège Islamic. « Le nom de ce jeune homme restera gravé en lettres d’or et sera lié au collège. Son parcours est d’autant plus méritoire et son succès encore plus éclatant  vu toutes les difficultés  qu’il a rencontrées à un si jeune âge », dit le recteur qui fait ressortir aussi que Muhammad Essmallgee est un garçon qui se focalise surtout sur l’avenir et ses objectifs. « Je n’ai aucun doute dans la  réussite de ses projets d’avenir. Sa force c’est sa détermination et sa motivation à aider les autres », laisse entendre le recteur.

M. Baganee tient à remercier le management du collège, le personnel enseignant et non enseignant pour l’excellent travail qu’ils font pour l’encadrement des élèves. Le recteur précise que le travail n’est pas seulement de 8h00  à 14h30 mais que les enseignants sont disponibles à chaque fois qu’ils sont sollicités.


Zaahidah Atchia : «Il faut avoir confiance en soi même»

Zaahidah AtchiaZaahidah Atchia, lauréate de la SSS Renganaden Seeneevasen à Port Louis, est timide de nature et ne se montre nullement exubérante. Elle nous dit simplement qu’elle ne s’attendait pas à être lauréate.

Pour réussir, elle a pris des leçons privées et à la maison elle a fait des révisions jusqu’à fort tard. La spiritualité joue un rôle très important dans sa vie et elle ne rate jamais ses cinq prières quotidiennes et la lecture du Coran.

Au examens du School Certificate, elle avait obtenu 9 unités et ses professeurs avaient prédit qu’elle serait une future lauréate.

Au collège, Zaahidah était «Head Girl» et participait aux activités littéraires organisées par le ministère de l’Éducation et le collège. D’ailleurs, elle a déjà remporté un prix. Ses amies la décrivent comme « une fille superbe avec des bonnes manières et toujours prête à aider ».

Zaahidah ne cache pas que pour arriver à avoir du succès dans la vie vous devez croire en vous-même et faire beaucoup de sacrifices.

Elle remercie le Créateur, son père, Abdur Rahman, sa mère Saberah  sans oublier sa grand-mère Mariam et ses sœurs qui ont tout fait pour la guider dans la voie du succès.

Elle adore les animaux et sortir en famille. Zaahidah compte faire des études d’avocate à Maurice.


La liste des 23 boursiers additionnels

(a) 16 Additional Scholarships Scheme
Seize bourses ont été octroyées à des étudiants dont les revenus mensuels de leurs parents ne dépassent pas Rs 16 000 par mois. Ces 16 étudiants figurent aussi dans la liste des 500 premiers classés du Cambridge  International  Examination  Scholarship  Rank Orders.

SCIENCES

Garçons

FUMIER Yvans Angel Jeffrey     Royal College Port Louis

SUNTOO Priktish Rao     Sir Leckraz Teeluck State Secondary School

DOMUN Anas Bin Ahmad     Doha Secondary School

Filles   

HINGAH Bibi Nusayhah    Queen Elizabeth College

BUNDHOO Bibi Hafsah     Lady Sushil Ramgoolam State Secondary School

PERBHOO Keshwari     Dr Maurice Curé State College

ECONOMIE   

Garçons   

TANGUR Rhavish Kumar     Sookdeo Bissoondoyal State College

PANCHOO M. Sa’d Abdl Wakeel Ibn Iqbal    Doha Secondary School

Filles

ATCHIA Zaahidah     Renganaden Seenevassen State Secondary School

BOOJHAWON Toolsi Devi     Rabindranath Tagore Secondary School

TECHNIQUE   

Fille   

DOWLUT Bibi Oomay Shahiirah     Dr Maurice Curé State College

RODRIGUES   

Garçon

HEEROO Jean Bryan Yvans      Le Chou College

Fille   

MEUNIER Marie Heldy Severine      Rodrigues College

CANDIDATES NOMINATED AGAINST VACANT SLOTS

RAMASAWMY Sandowen     John Kennedy College

RAMJEET Kesha     Bon Accueil State College

DOMUN Zaahirah Bibi Haajerah     Droopnath Ramphul State College

(b) Additional Scholarships Scheme

Sept bourses additionnelles ont été octroyées à des étudiants dont les revenus de leurs parents ne dépassent pas Rs 9500 par mois.

Garçons

JEAN PIERRE Mikaël Joey      Sir Abdool Razack Mohamed State Secondary School

MULLBOCCUS Muhammad       Royal College Port Louis

ESSMALLGEE M. Twahir Zuhayr Nizamuddin    Islamic Cultural College Form VI

Filles

DOSIEAH Rodasi      Droopnath Ramphul State College

ROOPUN Varshini      Sodnac State Secondary School

SEECHURN Yojna      Queen Elizabeth College

JAUMBOCUS Wasseemah Widaad      Seewa Bappoo State Secondary School

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …