lundi , 26 octobre 2020

Vécu de l’ambassadeur Rashid Soobadar : comparaison du Ramadan à Maurice, en Egypte et au Pakistan

Confinement oblige, le Ramadan se ressemble dans la majorité de pays. Rashid Soobadar, ambassadeur actuellement au Pakistan et précédemment en Egypte, nous fait une comparaison du Ramadan en temps normal.

Le jour et la nuit. Telle est la différence entre le Ramadan à Maurice et celui au Pakistan et surtout en Egypte. Cette différence se ressent surtout durant la nuit. « À Maurice, le Ramadan est hautement spirituel. La majorité de musulmans ne se consacre qu’aux ibadaats avant, pendant et après le travail. Il peut y avoir quelques jeunes qui se regroupent aux alentours de certaines mosquées, surtout les marchands de gâteaux, d’halim et de fruits confits, entre autres. Ils se dispersent dès que termine le Taraweeh », dit-il avant d’ajouter que nombre de musulmans à Maurice ne regardent pas de films même le soir. « Bref, à Maurice, c’est le Ramadan authentique, la ferveur spirituel 24/7 et la piété », ajoute-t-il.

Au Pakistan et en Egypte, c’est totalement différent. La majorité de gens travaille moins et peut se permettre d’être éveillé toute une nuit jusqu’au Sehri. « Le nightlife diffère entre le Pakistan et l’Egypte. Au Pakistan, après le Taraweeh, nombre de gens restent scotcher devant leur téléviseur pour apprécier les TV Shows et des téléréalités. La télévision pakistanaise diffuse ses meilleures émissions pendant le Ramadan, car l’audimat est plus fort, voire à son summum », raconte l’ambassadeur Rashid Soobadar.

Par contre en Egypte, « c’est la fête », déclare le diplomate. « L’ambiance de fête démarre dès que termine l’iftaar et la prière de Maghrib surtout dans les villes, plus précisément les régions les plus fréquentées. Comme dans la capitale au Caire, la musique résonne à fond sur les places publiques, les restaurants et les hôtels tout au long du Nil », explique-t-il. Les activités vont crescendo, poursuit-il, tout de suite après l’accomplissement du Taraweeh. « Au Caire, les rues sont bondées, les restaurants, les supermarchés et les autres commerces roulent à plein régime. Les bars shisha sont pris d’assaut. C’est une tradition dans le Nord de l’Afrique dont les pays du Maghreb. Selon des estimations, lorsque j’étais en Egypte entre 2005 et 2010, presque 90% de ces 25 millions habitants occupent les places publiques », précise-t-il.

Rashid Soobadar avait observé que les gens ne sortent pas de chez eux après le Taraweeh uniquement pour le shopping ou la restauration, mais aussi pour les divertissements. « Les salles de cinéma sont pris d’assaut avec plusieurs séances de nuit, car les meilleurs films sortent pendant le Ramadan. De ce que j’avais lu dans la presse, il y a une compétition âpre pour la production des meilleurs films en marge de ce mois », dit-il.

Taraweeh par des Qaris

La prière du Taraweeh, dira Rashid Soobadar, est particulière en Egypte, car elle est dirigée par des Qaris. « Ce n’est pas un secret à quel point on est emporté par la lecture du Coran par des Qaris. Vous imaginez l’intensité de la concentration des fidèles lorsqu’ils dirigent le Taraweeh. Il y a une ruée vers les mosquées où officient les Qaris les plus renommés. Certains d’entre eux vont faire le Taraweeh à l’étranger. Cependant, ils retournent en Egypte pour la dernière décade du Ramadan, à l’instar du Qari Jibreel », raconte-t-il.

« Suhoor Party » en Egypte

Avez-vous déjà entendu parler de « Suhoor ou Sehri Party » ? Peut-être que non pour la majorité de Mauriciens. Mais c’est une tradition dans la haute société égyptienne, raconte Rashid Soobadar qui en a eu l’occasion d’y participer. « On vous invite tout juste après le Taraweeh, soit chez l’hôte ou dans un hôtel. Cela commence aux environs de minuit avec la rencontre entre les invités. C’est du ‘networking’ qui est ponctué par la dégustation des petits plats à foison jusqu’au moment de passer à table pour le sehri et on accomplit la prière de Fajr en congrégation sur place avant de se séparer », raconte-t-il.

Rashid Soobadar nous dira aussi que certaines personnes aiment se marier pendant le mois du Ramadan. Le Nikah a lieu après le Taraweeh et s’ensuit la réception qui dure jusqu’au Sehri.

Table of Mercy

Au Pakistan, une attention particulière est accordée aux démunis et aux voyageurs, nous dira Rashid Soobadar. « À travers le pays, des organisations de soutien, des firmes, des familles riches et des bénévoles liguent leurs efforts pour distribuer l’iftaar dans les grandes artères d’autant plus qu’il y a un taux relativement fort de pauvreté au Pakistan. Il y a toujours des longues queues mais tout se fait dans la discipline. Certains donnent à manger sur place et d’autres offrent des takeaway. C’est un grand élan de solidarité qui existe également en Egypte », dit-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

À la Musjid Khidmat-E-Islam à riv.-du-rempart : Wasim Jaulim remporte la compétition de Naat Shareef

La finale régionale de la compétition de Naat Shareef organisée par la mosquée Khidmat-E-Islam de …