dimanche , 18 avril 2021

Un couple d’escrocs collecte de l’argent au nom d’un enfant malade

Muhammad Tayseer Yaafar Ali, 15 ans, souffre depuis son enfance de paralysie cérébrale qui le rend totalement dépendant de sa mère, Rubeenah Oozeer.

Celle-ci, une habitante de Médine-Camp-de-Masque, est toujours au chevet de son fils. Le 21 janvier 2019, Nawsad, le père de Tayseer a été tué dans un accident de la route. Depuis elle s’occupe seule de son fils.

Le ministère de la Santé ayant refusé que l’enfant reçoive des traitements à l’étranger en raison du fait que son dossier médical était abimé. Mais avec l’aide des mosquées, des ONG et la contribution de la population, en août 2019., Tayseer a pu se rendre au Neurogen–Brain & Spine Institute à Mumbai en Inde pour suivre une thérapie à base de cellules souches. « Ses traitements ont duré deux mois et tout s’est bien passé pour lui. Il y a eu une nette amélioration de l’état de son santé », nous dit sa mère.

Mais avec la fermeture des frontières à cause de la Covid-19, Tayseer n’a pu se rendre à Mumbai pour la deuxième intervention chirurgicale pour le remplacement des cellules souches. Un malheur ne venant jamais seul, un abcès s’est formé au genou droit de Tayseer et il est tombé malade. Du coup, avec l’argent qu’elle a récolté pour l’emmener en Inde, Rubeenah l’a fait admettre dans une clinique privée pour qu’il y subisse une intervention chirurgicale. L’opération s’est mal passée et pour Rubeenah il s’agit d’un cas de négligence médicale. Selon elle, le médecin a laissé le fil dans le genou de Tayseer lors de son opération ce qui a causé une infection et il est tombé gravement malade. Il a dû subir deux autres interventions chirurgicales. De plus, les cellules souches placées dans son corps à Mumbai sont mortes quand le délai de remplacement n’a pas été respecté en raison de la fermeture des frontières.

Ce qui fait que Tayseer devra subir deux interventions chirurgicales au coût d’environ Rs 1,8 million à l’ouverture des frontières. Il lui manque environ Rs 800,000. Alors qu’elle se bat pour collecter l’argent qui lui manque, depuis le début de cette semaine elle a appris à travers des connaissances qu’un couple, qu’elle ne connait pas et à qui elle n’a donné aucune autorisation, était en train de faire des collectes de fonds à Triolet avec la photo de son fils. « C’est vraiment choquant et triste de voir que des escrocs sans scrupule sont en train de profiter des malheurs de mon fils pour se faire de l’argent. Zot pena pitié lors ene zenfant malade et mo ene madame veuve pou ramasse cash. Mo lance ene appel à la population pou pas donne cash personne et informe-moi si dimoune vine rode cash lors nom mo zenfant », déclare Rubeenah.

Elle nous explique qu’à travers les médias seulement elle fait une demande d’aide et a aussi laissé un papier avec les dirigeants des mosquées pour faire des collectes de fonds pour son fils. Elle ne fait pas de porte-à-porte non plus. Elle dit avoir obtenu des renseignements sur le couple-escroc qui sévit à Triolet. « La femme porte un masque et l’homme porte une barbe ». Rubeenah compte porter une plainte à la police dans les jours à venir.

Vous pouvez téléphoner à Rubeenah sur le 5726 6698 pour une contribution en faveur de son fils. Vous pouvez faire un virement bancaire au numéro de compte suivant: MCB : 000 312908237.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Saudi Arabia’s grand mufti ahead of Ramadan: COVID-19 vaccine does not invalidate fast

Ramadan 2021 is due to start on either April 12 or 13 depending on the …