samedi , 26 septembre 2020

Réouverture des commerces : les restaurants contraints de se mettre au goût du jour

Si certains restaurants étaient opérationnels depuis le déconfinement partiel, d’autres ont repris du service seulement à la levée du couvre-feu, le 31 mai. Cependant, ils doivent désormais s’adapter ou même se réinventer face aux nouvelles mesures de sécurité sanitaire en vigueur. Nous nous sommes entretenus avec quelques restaurateurs de l’île.

Aller au restaurant ne sera désormais plus pareil. Du moins pour encore quelque temps. En effet, suite à la levée du couvre-feu sanitaire le samedi 30 mai à minuit et face aux recommandations du gouvernement concernant le respect des règles d’hygiène et de sécurité sanitaire, les restaurants de l’île ont pu rouvrir leurs portes mais sous de nouvelles conditions. Ils doivent tous s’adapter afin d’accueillir les clients mais aussi de pouvoir opérer dans des conditions optimales.

Samir Ibrahim, directeur du restaurant Arabesque à Beau-Bassin, nous explique que le travail a repris pour lui et son équipe depuis le déconfinement partiel. « Pendant la phase du déconfinement partiel, on a surtout travaillé afin de venir en aide aux diverses associations qui caritatives qui œuvrent en faveur des sans-abris et ceux dans le besoin. Nous voulions faire du bénévolat durant la période de crise. Nous faisions aussi des livraisons à domicile pour nos clients, chose qu’on ne faisait pas auparavant », indique-t-il. Le dimanche 31 mai, c’est avec joie qu’il a rouvert les portes de son restaurant. « La reprise a été quelque peu lente mais nous avons quand même accueilli des clients. Bien sûr, le travail et la routine ne sont plus les mêmes  », ajoute-t-il.

Nettoyage et désinfection

Même son de cloche du côté de Mahfuza Baichoo, Manager du restaurant Le Parfum de L’Orient, à Port-Louis. Selon elle, la reprise a été lente après plus de deux mois de fermeture. « Cependant la situation s’améliore progressivement depuis la fin de la crise. L’arrêt des activités au cours de ces deux derniers mois aura évidemment un impact sur la vie et l’emploi de tout un chacun ainsi que sur l’économie. Tout le monde devra toutefois essayer de minimiser les dommages autant que possible pour un retour moins compliqué à notre train-train quotidien. C’est exactement ce vers quoi travaille actuellement notre restaurant », explique-t-elle.

De son côté, Zaaheer Cassim, directeur de Somaza Delights, a préféré attendre quelques jours avant de rouvrir son restaurant situé à Port-Louis. « Nous n’avons pas repris le travail aussitôt le couvre-feu levé. Nous avons décidé de nous concentrer avant tout sur le nettoyage et la désinfection du restaurant ainsi que sur la mise en place des mesures de sécurité sanitaire afin de s’assurer que la reprise se fasse dans les meilleures conditions. Nous avons donc repris nos activités en fin de cette semaine », explique-t-il.

Nombre restreint de clients dans les restaurants

Afin de satisfaire les critères de réouverture, les restaurants ne pourront accueillir un nombre limité de clients à la fois. La plupart d’entre eux ont dû réduire le nombre de tables et de chaises, ce qui ne manquera pas de répercuter sur les recettes. « Nous avons divisé le restaurant par section. Nous allons réduire le nombre de clients à l’intérieur par 30% à 40%. C’est pourquoi nous encourageons les plats à emporter dans le but de compenser ce manque à gagner. Je me demande quand le public pourra revenir au restaurant normalement. Je pense que cela prendra du temps », avance Samir Ibrahim.

Zaheer Cassim soutient, lui aussi, qu’il va devoir revoir son ‘seating capacity’. « Bien évidemment, nous devons revoir le nombre de clients que nous pouvons accueillir au restaurant. Nous ne pourrons accommoder que la moitié du nombre habituel. C’est certain que cela va avoir un impact sur note chiffre d’affaires, car la majorité de nos clients préfèrent manger sur place. De ce fait, il va falloir mettre plus d’accent sur le service à emporter », soutient le gérant de Somaza Delights.

Cela dit, tel n’est pas le cas chez Le Parfum de L’Orient où Mahfuza Baichoo confie que le nombre de tables n’a pas été réduit. « Toutefois, nous veillons à ce que la distanciation sociale est respectée entre les clients. Nous essayons d’équilibrer à la fois la demande de plats à emporter et celle des services sur place », dit-elle. Pour Eshan Mohoboob, la distanciation sociale dans le restaurant n’est pas un problème également. « Zub Express est déjà équipé d’un système de ‘social distancing’. Toutefois, nous encourageons le ‘take-away’ et nous avons aussi mis en place un system de livraison à domicile dans les environs de Flic-en-Flac », assure-t-il.

Toujours prêt à servir…

Engagement à servir à nouveau les clients. C’est le point commun entre chaque restaurateur qui nous avons interrogé. Ismail Farook Mohammed, directeur du restaurant Saffron Grill, au Mont Choisy Mall, explique que la direction avait pris l’initiative de récompenser la fidélité de ses nombreux clients pendant le confinement en proposant des ‘special packages’ à prix réduits. « Grace à notre Work Access Permit, nous avions fait des livraisons à domicile. Malgré une hausse des prix des matières premières, nous n’avons pas fait de compromis sur la qualité. À présent, notre engagement à servir est toujours là et nous avons accueilli des clients au restaurant dès dimanche », laisse-t-il entendre.

Pour sa part, le propriétaire et gérant du restaurant Zub Express à Flic-en-Flac, Eshan Mohoboob, nous dit lui que la reprise s’est bien passée. « Nous avons eu des clients qui nous sont toujours fidèles. Et nous sommes toujours positifs à l’idée que le nombre de clients ira en s’augmentant dans les semaines à venir. C’est néanmoins notre Créateur qui en décidera », dit-il.

Respect des consignes sanitaires

Tous les restaurants, qui sont des lieux publics, sont dans l’obligation de suivre les mesures sanitaires. Samir Ibrahim soutient que ses employés et lui se sont pliés aux exigences depuis le déconfinement partiel. « Le port du masque et l’utilisation des gels hydroalcooliques font partie intégrante de notre travail. À présent que nous accueillons des clients dans le restaurant, nous les encourageons à porter leur masque. Nous respectons aussi la distanciation sociale de 4 m2 par table et par personne. Notre but étant d’assurer la santé et la sécurité de nos clients mais aussi ceux de nos employés », fait-il ressortir.

Mahfuza Baichoo explique elle aussi que les mesures sanitaires sont de rigueur. « Au restaurant, le port du masque et des gants est obligatoire même pour les membres du personnel. Nous nous assurons de maintenir la qualité quelle que soit la situation », avance-t-elle. Eshan Mohoboob abonde dans le même sens. « Notre personnel est équipé de gants et de masque. Un employé s’assure que les clients se désinfectent les mains avant de pénétrer dans le restaurant. Nous comptons beaucoup sur la compréhension et la coopération des clients », dit-il.

Zaheer Cassim avance, lui, que la distanciation sociale sera privilégiée. « Les clients devront faire la queue et garder une distance d’un mètre entre eux pour pouvoir passer leur commande et régler l’addition. Pour ce qui est du ‘Dine In’, nous avons espacé les tables et veilleront à ce qu’il y ait uniquement 2 à 3 personnes (de la même famille) par table », fait-il comprendre. Ismail Farook Mohammed assure que le personnel de Saffron Grill suit à la lettre les mesures sanitaires depuis le déconfinement partiel. « Aussitôt le virus apparu à Maurice, nous avions déjà renforcé nos mesures de précaution. Actuellement, nous nous plions aux exigences des autorités », nous dit-il.

Revoir les stratégies de marketing

Tous les restaurants doivent s’adapter à cette nouvelle situation. La plupart d’entre eux ont, de ce fait, revu leur façon d’opérer et aussi leurs stratégies de marketing. Samir Ibrahim explique qu’Arabesque a commencé à proposer depuis peu la livraison à domicile. « Même si le restaurant a rouvert ses portes, nous encourageons la livraison à domicile, car nous ne pouvons accommoder tous nos clients à l’intérieur. C’est aussi par mesure de précaution que nous privilégions actuellement les plats à emporter. Pour ceux qui ne peuvent venir récupérer leurs commandes, nous avons des chauffeurs de taxis qui assurent la livraison pour nous », confie-t-il.

Mahfuza Baichoo explique elle aussi que Le Parfum de L’Orient propose désormais la livraison à domicile et le « take-away ». « La livraison est disponible pour les régions de Plaines Wilhems et Port-Louis à faible coût facturé en supplément. Nous travaillons principalement via les appels téléphoniques et WhatsApp depuis la fin du confinement. Nous encourageons également les paiements via Juice et les cartes bancaires », soutient-elle. La gérante souligne dans la foulée que le concept de e-marketing est vital pour son entreprise, surtout après le confinement. « On doit miser sur les forfaits et le remises pour offrir aux clients un menu complet à un prix abordable et permettre aussi à l’entreprise de continuer à opérer », explique-t-elle.

Offres promotionnelles

Ismail Farook Mohammed avance, lui, qu’il a dû s’adapter aux changements en offrant le service de livraison à ses clients. « Nous avons mis en place un service de livraison pendant le confinement et nous allons le maintenir. Les clients peuvent cependant venir récupérer leurs commandes au Saffron Grill. Nous avons aussi plusieurs offres promotionnelles et nous offrons à nos clients divers présents à chaque achat », laisse-t-il entendre.

Si la reprise a été satisfaisante pour Zub Express, Eshan Mohoboob soutient toutefois que la période de confinement a été néfaste pour ses affaires. « Vu notre emplacement (Ndlr : à Flic-en-Flac), nous sommes très affectés dans la mesure où c’est un lieu hautement touristique. Il faut se faire une nouvelle clientèle. De ce fait, nous concentrons beaucoup d’effort au niveau de l’advertising pour attirer de nouveaux clients locaux. On a eu le temps d’étudier et de revoir nos plats pour satisfaire les nombreuses attentes », avance-t-il.

Jameela Jaddoo

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Adjoint au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill : Nazir Junggee prône une politique participative des citadins

Nazir Mohamad Ameen Junggee a été choisi comme adjoint au maire de la ville de …