vendredi , 23 août 2019
Accueil / Actualités / Ramadan 2019 : ambiance conviviale aux abords des mosquées de la capitale
Ambiance

Ramadan 2019 : ambiance conviviale aux abords des mosquées de la capitale

Durant ce mois béni, les quartiers de Port-Louis sont animés plus que d’habitude. Nous avons sillonné les rues de la capitale après le taraweeh pour constater de visu cette ambiance conviviale qui règne aux abords des mosquées durant cette période de Ramadan.

C’est une véritable activité économique nocturne qui se déroule tous les soirs, à partir de 19 heures, à proximité des mosquées de la capitale. Alors que les terrasses et les rues sont quasi-désertes pendant une bonne partie de la journée, le soir venu, des commerçants proposent de nombreuses spécialités culinaires devant les mosquées, parfumant la rue d’une odeur alléchante. Les mussallis se ruent vers les marchands pour acheter ici un bol de halim ou des boulettes, là une mine frite, du riz frit, ou encore le confit, la mousse noire ou du lait caillé… C’est une ambiance empreinte de fraternité et de bonne humeur qui y règne.

Ismael Noordally occupe, tous les soirs, un étal qui propose des confits aux mussallis de la mosquée Abu Bakr Siddique, à Vallée-Pitot. Souriant et énergique, il explique que l’ambiance est très bonne cette année surtout durant le mois de Ramadan. « Il faut faire sa clientèle durant toute l’année pour mieux travailler durant le Ramadan », ajoute-t-il. Toutefois, sa mère, Rozida Roshan, qui vend des merveilles et pappar n’est pas du même avis. Pour elle, le travail cette année est lent par rapport aux années précédentes.

Ambiance

Le Ramadan est aussi un moment de convivialité lorsque les pratiquants se retrouvent dans la rue. « Plus les années passent, plus on essaie de recréer cette ambiance. Ça se passe plutôt bien ici aux abords de la Jummah Mosque », nous précise Noor Moobanoo, aussi connu comme Bonnet rouge. Il est marchand de mine frite, de halim et de boulettes. « Les gens me connaissent et ils viennent manger des boulettes chez moi après le namaz Esha. Il y a même des clients qui viennent de l’extérieur de Port-Louis pour venir manger ici », ajoute-t-il. Ce n’est que vers 23 heures qu’il terminera sa tournée pour enfin rentrer chez lui.

Du côté de Spice City, à la rue Large, non loin de la mosquée Shaan-E-Rasool, la propriétaire, qui est d’origine indienne nous accueille. « Ici, le travail marche à merveille. De nombreux mussallis préfèrent passer leur commande pour le dîner et viennent le récupérer en take-away après le taraweeh tandis que d’autres choisissent de manger sur place entre amis», avance-t-elle. Elle a constaté que les plats épicés de l’Inde sont très appréciés des Mauriciens.

Il n’y a cependant pas que des heureux. Nadeer Mangalkhan, qui vend du pain Kebab et des grillades au Pont-de-Paris, à la rue SSR (ex-rue Desforges), se plaint d’une manque d’ambiance ces dernières années. « Ce n’est pas comme avant. Ce n’est que pendant le weekend qu’il y du monde maintenant », déplore-t-il et d’ajouter que les gens achètent moins à cause du coût élevé de la vie.

Ambiance

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Pakistan

72e anniversaire d’indépendance du Pakistan : ambiance empreinte de patriotisme

C’est sous une pluie fine que le haut-commissaire du Pakistan, le Dr Syed Rizwan Ahmed, …