samedi , 23 octobre 2021

Que les vivants aussi puissent se reposer en paix

La COVID-19 nous invite à reconsidérer dans notre vie le sens d’une chose que nous négligeons : le repos.

Il ne s’agit pas ici du repos éternel que semble précipiter la pandémie, selon notre compréhension humaine des choses. Partout dans le monde, les statistiques démontrent des ‘excess deaths’ liées à la COVID-19, mais aussi une hausse de décès pas directement associée à la pandémie. Par exemple, aux USA, une croissance de 20% de mortalité a été notée suite au manque de soins, au retard de diagnostics, à une aggravation de maladies comme le diabète, l’Alzheimer ou encore les troubles cardio-vasculaires.

Au moment où nous essayons de prévoir plus de tombes dans les cimetières et de conduire les funérailles de la COVID-19 avec plus de dignité et de compassion, il faut aussi faire de la place à un repos de qualité pour les vivants qui en ont besoin. Le confinement et sa suite n’ont pas été du repos pour beaucoup. Même si beaucoup sont restés chez eux, ils ont subi beaucoup de pression, de tension, d’angoisse et d’épreuves de toutes sortes face à l’incertitude et la menace de la pandémie. Or, c’est seulement avec un esprit reposé que le corps peut mieux se donner les moyens pour se battre contre les maladies, pour récupérer facilement lorsqu’elles arrivent et pour faire face à l’avenir avec sérénité.

Guérir avec le repos

Ne voyons-nous pas qu’autant que le traitement que certains ont lorsqu’ils sont positifs à la COVID19, c’est le repos qu’ils ont qui aide à leur guérison ? Parmi, il y en a qui vont en quarantaine, se mettent en isolement dans des hôtels, dans leurs maisons ou dans des cliniques et y attendent jusqu’à ce qu’ils redeviennent négatifs à la COVID19. Par la grâce de Dieu, la plupart ne développent aucune complication et s’en sortent, particulièrement s’ils arrivent à se ressourcer grâce à un repos du corps mais aussi de l’esprit. Pourquoi ne pas y ajouter aussi la dimension spirituelle du repos, l’âme qui s’apaise, se purifie et trouve la paix ici-bas, une faveur que Dieu accorde à celui ou celle qu’Il veut ?

Finalement, n’est-ce pas ce repos dans la paix que nous voulons tous ? Des touristes aux pensionnaires à la retraite en passant par des travailleurs et des étudiants qui voient arriver le week-end, c’est peut-être là le but ultime qu’ils recherchent tous ? Le repos n’est pas synonyme d’inaction ou même de sommeil, mais de se contenter de plein gré de ce qu’on a dans une quête de paix. Il arrive même que nous ne sachions pas ce que nous voulons, confondant un plaisir éphémère avec le bonheur qui provient d’une paix ressentie à l’intérieur d’abord. Avons-nous remarqué que même pour celui qui aspire à obtenir tous les diplômes, à devenir milliardaire ou à atteindre les sommets du pouvoir et de la gloire, la finalité tant recherchée n’est rien d’autre que de se reposer en paix ? Et si cela n’est pas possible si ses proches ne sont pas en paix, alors il le désire aussi pour eux. Certains veulent ainsi la même paix pour les autres.

Welfare

Le ‘Welfare State’ ou l’état-providence va dans le sens d’une telle paix pour tous, beaucoup plus qu’une simple sécurité sociale. Même s’il n’y a pas que la dimension financière qui compte, il faut veiller au maintien du ‘Welfare State’. De la qualité et la gratuité des soins de santé publique à la pension et l’aide aux plus vulnérables qui ne sont pas en position d’avoir un salaire, il faut tout faire pour maintenir ce soutien matériel qui aide dans cette quête de paix pour tous. Les vacances et les congés de maladie sont nécessaires comme aussi les autres possibilités d’arrêt de travail ou de ‘break’ volontaire afin de maintenir non seulement une efficacité sur le court terme mais aussi une productivité dans la durée. Certes, le coût est significatif, mais un équilibre intégrant les dimensions économiques, sociales et même environnementales est essentiel. Il y va de la stabilité socio-économique et de la durabilité écologique plus large, de notre devoir d’être humain responsable.

Autre équilibre pour trouver la paix dans le repos, c’est celui entre l’individu et la société, entre une personne et sa famille, entre le travail et les autres sphères de sa vie, entre la raison et l’émotion sans que les deux entrent en conflit, et surtout entre le matériel et le spirituel. L’équilibre recherché ne signifie pas que le repos est un état statique qui ne change pas et qui ne subit aucune attaque. Même l’équilibre de l’univers, de la nature et de la planète n’est possible que dans le mouvement. Le vrai équilibre menant à la paix, qui peut être différent d’une personne à une autre, évolue aussi en permanence. C’est ce dynamisme, sous le coup d’épreuves et d’efforts, qui mène à la paix de l’âme. Le vrai repos du vivant. L’âme trouve la paix alors que le cœur, l’intellect, le corps et le monde entier peuvent être en ébullition. Même, et surtout, lorsque le danger des transgressions menant à des déséquilibres présente une menace potentielle ou réelle. En ces temps de crises, que ce soit concernant la pandémie, le climat, la politique, les affaires ou au niveau intime, trouver la paix dans le repos est vital.

C’est peut-être là toute la sagesse d’une pratique prophétique qui affirme, immédiatement après la salutation de paix pour clore une prière, ces paroles extraordinaires :

Ô Dieu! Tu es la Paix et la Paix émane de Toi…

Ô Dieu ! Aide-moi à me souvenir de Toi, à Te remercier et à T’adorer d’une belle façon…

Par DR KHALIL ELAHEE

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Judiciaire : le barreau accueille 26 nouveaux avocats

Le barreau mauricien compte 26 nouveaux adhérents. Ils ont prêté serment le mercredi 22 septembre …