jeudi , 4 juin 2020
Showkutally Soodhun

Propos communal : Charge formelle contre Soodhun

Un nouveau procès attend l’ex-ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, en cour intermédiaire. Cette fois-ci, il a trait à des propos à relent communal qu’il aurait tenus lors d’une réunion dans le Board Room du ministère, en juillet 2017. Une vidéo, mise en ligne et visionnée par des milliers d’internautes, avait fait grand bruit. L’affaire sera appelée pour la forme le 24 septembre 2018.

Ainsi, le Directeur des poursuites publiques (DPP) a logé, le lundi 27 août, une accusation formelle de « abuse of authority by public officer » contre l’ex-numéro 4 du gouvernement. Il est reproché à celui-ci, en vertu de l’article 77 du Code pénal, d’avoir donné un engagement à des personnes regroupées sous le pseudonyme «Regroupement de Bassin » pour l’allocation des maisons de la National Housing Development Company (NHDC). Aussi, l’ex-ministre aurait violé l’article 16 (2) & (3) de la Constitution en disant que lesdites maisons seront allouées à des personnes de manière discriminatoire. Il aurait fait comprendre aux habitants que seuls les membres d’une telle communauté allaient bénéficier de ces logements sociaux.

Soulignons que neuf témoins ont été assignés dans le cadre de ce procès. Ils sont : Nad Sivaramen, directeur des publications de La Sentinelle, Axcel Cheney, journaliste d’investigation de La Sentinelle, Nawaz Noorbux, directeur de l’information à Radio Plus, Melanie Valère-Ciceron, journaliste du Défi Media Group, Vivay Kanum Pursun, un habitant de Quatre-Bornes, Seewa Jankoo, de Route Bassin, l’nspecteur Ramdhony du CCID et les constables Seebaruth et Ackbarally du CCID.

L’ex-numéro 4 du gouvernement s’est dit « choqué ». « Je suis très choqué car je suis la dernière personne qu’on peut accuser d’être communale. Mais j’ai encore la présomption d’innocence. J’irai jusqu’au bout pour prouver que je suis innocent. J’ai déjà consulté mon panel d’avocats », a-t-il déclaré.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Il faut des lieux de prière ‘COVID-compliant

A quelques jours de la fin du confinement, nous ne savons pas si nos lieux …