mercredi , 28 juillet 2021

Paralysée par une tumeur au cerveau : Mariam est clouée au lit

  • Son fils Ashfaaq, épileptique : « Parfoi pena manzé dans lakaz »

C’est un fils désemparé que nous avons rencontré et qui nous raconte les difficultés auxquelles sa mère et lui font face au quotidien.

Mariam, 70 ans, une habitante d’Engrais Martial, Castel, convertie à l’Islam il y a maintenant 12 ans, souffre d’une tumeur au cerveau qui a provoqué une paralysie complète de son corps. De ce fait, elle est clouée au lit depuis bientôt 7 ans. Elle n’a que son fils Ashfaaq pour s’occuper d’elle. Ce dernier, lui-même épileptique, la fait manger, change ses couches, lui donne son bain et panse une escarre dans son dos.

Ashfaaq nous raconte que sa famille, qui a embrassé l’Islam, il y a 12 ans, menait une vie normale malgré les difficultés. Il y a 7 ans, sa mère, qui souffrait d’une migraine, s’était rendue à l’hôpital pour recevoir des soins. Après plusieurs tests, les médecins ont découvert que sa mère était atteinte d’une tumeur au cerveau. Une semaine après, la tumeur a pris du volume et a causé une paralysie de la colonne vertébrale de sa mère. Ashfaaq avance qu’il pouvait, par le passé, compter sur le soutien de son frère qui l’aidait à s’occuper de leur mère. « Mon frère a déserté le toit familial et je me retrouve seul pour m’occuper de ma mère comme un bébé », dit-il.

Détérioration de son état de santé

Semaine après semaine, l’état de santé de sa mère se dégrade. Un caillot de sang s’est formé dans sa jambe et a causé une thrombose qui a paralysé celle-ci. Ashfaaq raconte que sa mère a perdu la parole et sa vue s’est détériorée. « Mo mama fer so besoin lors lili et mo change so couche deux fois par jour. Mo pas honté. Mo mama sa. Si mo pas faire kisanla pou faire ? Mo devoir c’est occupe mo mama ziska so la mort et tant ki Créateur donne moi la force », dit-il

Mo change so couche deux fois par jour. Mo pas honté. Mo mama sa »

Pendant le mois de Ramadan son frère est retourné à la maison pour observer le jeûne. « Mo malade et mo épileptique mo pas conner ki capave arrive moi. Mo prépare la soupe pou donne mo maman par seringue et parfois mo donne li Fortimel », raconte-t-il. Comble de malheur, vu qu’elle est restée alitée trop longtemps, une escarre est apparue au bas de la colonne vertébrale de sa mère. « Ene trou fine former avant so passage et mo bizin fer so pansement sinon li donne l’odeur », fait ressortir Ashfaaq.

Situation financière critique

Par ailleurs, Ashfaaq raconte que sa situation financière est critique et parfois il n’y rien à manger dans la maison et que c’est grâce à la générosité des voisins qu’il passe sa faim. « Mo gagne pension et mo maman gagne so pension. Mo acheter couche Rs 5000, Fortimel Rs 4000, médicaments pou so pansement Rs 3000 et nou paye loyer Rs 6 500. Narnien pas rester pou acheter manzé. Parfoi pena manzé dans lakaz », fait-il ressortir. Il remercie quand même une organisation qui, grâce aux bons soins de Razack Mauderboccus, dépose un sac de vivres chez lui en quelques ocrassions.

Ashfaaq explique qu’il ne réclame pas de l’argent mais souhaite qu’une personne prenne charge du loyer de sa maison et si possible acheter les couches dont sa maman en a bien besoin. « Mo pas pe demande sarité moi. Mo seulement envie ki zot aide moi pou mo capave occupe mo maman ziska so dernier jour. Zot capave verse zot zakaat lors mo compte et zotte capave vine guetté ki situation mo maman pe vive », dit-il. Ashfaaq, en larmes, nous prie d’être son interlocuteur auprès de nos lecteurs pour l’aider à s’occuper de sa mère. « Kan mo ti encore zenfant mo maman fine bien guette moi. Nou pas ti riche mais nous ti pe manger tous les jours et nous ti ena la santé. Aster c’est mo devoir pou mo occupe mo maman malgré mo malade », ajoute-t-il.

Il espère que son appel sera entendu et que les frères et sœurs de la communauté y répondront favorablement .Vous pouvez verser vos donations au numéro de compte suivant 000447837273 (MCB). Vous pouvez également prendre contact avec Ashfaaq sur le 5710 1091.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Hausse des cas de Covid-19 – Dr Kursheed Meethoo-Badulla : «L’exercice de Contact Tracing nous a menés vers des dortoirs»

On en sait désormais un peu plus sur l’explosion du nombre de cas de Covid-19 …