jeudi , 24 septembre 2020

Nouvelle année scolaire : comment aborder la rentrée

La grande rentrée 2020 aura lieu ce lundi 13 janvier. Plusieurs milliers d’étudiants reprendront le chemin de l’école alors que pour d’autres, ce sera leur tout premier pas à l’école ou au collège.

Comment aborder la rentrée scolaire sans stress tant pour l’enfant que pour ses parents ? Nous avons posé la question à des spécialistes.

L’exercice d’admission en Grade 1 et Grade 7 ont eu lieu dans les écoles et collèges du pays le vendredi 10 janvier. Mais la grande rentrée scolaire a lieu ce lundi. Si certains retrouveront les bancs de l’école avec le sourire, pour d’autres, la rentrée peut s’avérer plus compliquée. Pour la psychologue, Karuna Rajiah, la rentrée est toujours dure après les grandes vacances. « Dans les cas où les tout petits quitteront la maison pour la première fois, c’est aux parents de bien gérer les émotions. Il faut quand même comprendre que les enfants doivent grandir et accepter que c’est la première étape de la vie académique et aussi une opportunité pour eux de socialiser avec les autres enfants de leur âge », explique-t-elle.

Se faire des amis, vivre des expériences, apprendre non seulement à lire, à écrire ou à chanter, mais aussi à comprendre leurs émotions, c’est-à-dire à se comprendre et aussi à gérer les émotions. Voilà ce que les bambins sont appelés à faire tout au long de leur apprentissage, selon la psychologue. « Les parents doivent faire en sorte que la rentrée soit un événement important pour ces enfants qui quittent la maison ou la garderie pour la toute première fois. L’enfant doit avoir le sentiment que cette nouvelle vie est très importante. En même temps, il faudra les préparer mentalement ou psychologiquement pour la rentrée et de ce qu’elle représente », avance Karuna Rajiah.

Parallèlement, elle soutient que les parents doivent s’assurer que leurs enfants soient conscients de leur nouvelle vie et il leur appartient de les aider à développer leur confiance en soi et de leur faire comprendre qu’ils vont devoir désormais côtoyer d’autres personnes que les proches qu’ils connaissent. « Ce serait bien de commencer à parler aux enfants tous les jours après les heures de classe pour mieux les comprendre. De ce fait, il serait plus facile de les aider en cas de besoin », dit-elle. Pour les enfants qui entreront en Grade 1, Karuna Rajiah estime qu’ils doivent impérativement être indépendants. « Cela veut dire pouvoir aller aux toilettes seuls, se laver les mains, ouvrir la boîte à déjeuner, ouvrir la bouteille d’eau, faire les lacets et mettre les chaussures.

Les parents doivent s’assurer que les enfants comprennent et suivent les instructions », ajoute notre interlocutrice.

Primaire Secondaire
1er trimestre Vendredi 10 janvier au vendredi 3 avril Vendredi 10 janvier au vendredi 3 avril
2e trimestre Lundi 20 avril au vendredi 17 juillet Lundi 20 avril au vendredi 17 juillet
3e trimestre Lundi 17 août au vendredi 6 novembre Lundi 10 août au vendredi 20 octobre

Transition primaire/secondaire : sentiment d’appartenance au collège

Nombreux sont ceux qui feront leur premier pas dans un établissement secondaire cette année avec leur entrée en Grade 7. Pour Karuna Rajiah, cette nouvelle étape implique des changements non seulement académiques mais personnels. « Avec le facteur de l’âge de la puberté, il y aura des changements au niveau physique, moral et socio-émotionnel qui vont intervenir chez ces jeunes. Les parents et les enseignants doivent pouvoir leur parler de ces changements. C’est une transition qui n’est pas facile à gérer car ces jeunes quittent l’enfance pour entrer dans la phase d’adolescence. Il y aura des moments difficiles pour ces étudiants qui voudront se comprendre eux-mêmes », explique la psychologue.

Selon elle, les parents doivent expliquer aux enfants les changements auxquels ils seront confrontés aux collèges à l’instar de nouvelles matières, de nouveaux enseignants pour chaque matière et les méthodes d’apprentissage. « C’est un nouveau monde qui s’ouvre à eux et il est essentiel de bien les encadrer pour qu’ils se sentent bien et puissent s’adapter aux changements », soutient-elle. Karuna Rajiah avance aussi que chaque rentrée scolaire doit se faire de manière à ce que les étudiants sentent qu’ils appartiennent à l’établissement qu’ils fréquentent, que les enseignants les valorisent et qu’ils sont bien encadrés.

L’importance de bien s’alimenter

Bien souvent, les habitudes alimentaires des enfants changent durant les vacances scolaires. Les enfants ont tendance à dormir durant de longues heures et ont des habitudes alimentaires irrégulières. Cela peut avoir un impact à long terme sur leur hormone régulatrice de l’appétit. Il est coutume que des enfants consomment davantage de collations non-nutritives et mangent en regardant la télévision en raison de la facilité d’accès aux aliments pendant les vacances.

Cependant, avec la rentrée scolaire, il est important de revoir les habitudes alimentaires. La nutritionniste Teenusha Soobrah recommande ainsi la consommation des collations nourrissantes telles que des bâtonnets et trempettes de légumes, du fromage et des craquelins ainsi que des fruits. Elle souligne aussi l’importance de boire beaucoup d’eau. « L’eau aromatisée faite maison avec des tranches de fruits pourrait être une boisson alternative aux boissons gazeuses », conseille-t-elle.

Bashir Taleb, pédagogue : « L’école ne se résume pas à l’obtention d’un certificat »

271218_bashir_talebNe pas se focaliser uniquement sur les performances académiques. C’est en somme ce que demande Bashir Taleb, ancien recteur et pédagogue, aux parents. Au risque, selon lui, de stresser l’enfant.

La rentrée scolaire peut être difficile pour beaucoup d’enfants. Comment l’aborder sans stress ?
Il y a deux manières de voir l’éducation. La première consiste à la considérer comme un moyen d’obtenir un certificat seulement. Dans ce sens, la rentrée scolaire se révèlera stressante. La deuxième est de la considérer comme une formation complète – physique, mentale et spirituelle – de l’enfant. L’école est donc aussi un endroit où l’on rencontre des amis, on socialise et où on développe son corps et découvre de nouvelles choses. Ils vont ainsi beaucoup apprendre sur eux-mêmes et aussi des matières spécifiques en classe qui vont leur permettre d’augmenter leurs connaissances.

Pensez vous que des parents se focalisent trop sur l’éducation académique ?
L’école ne se résume pas seulement aux manuels scolaires, aux cahiers, aux examens et à l’obtention d’un certificat. Today, all schools provide for the overall development of the child. L’école est un partenariat entre l’apprenant, les parents et l’école elle-même et il faut que chacun joue son rôle. À titre d’exemple, les parents ne doivent pas adopter une attitude où seuls les résultats scolaires comptent car ce faisant, ils vont stresser l’enfant. Par contre, il faut aussi leur dire de s’amuser, de partager, de se lier d’amitié avec leurs camarades de classe, avec les profs, etc.

La transition pré-primaire/primaire et primaire/secondaire n’est pas souvent facile tant pour l’enfant que ses parents. Comment doit-elle se dérouler selon vous ?
Je pense que toutes les écoles ont une structure en place, comprenant un personnel enseignant et non enseignant afin de faciliter cette transition. Car pas mal de choses changent, notamment l’emploi du temps, les matières, etc. Tout cela doit être introduit à l’enfant de manière graduelle et intelligente afin qu’il ne se retrouve pas devant une tâche insurmontable.

Cette année auront lieu les examens nationaux en Grade 9. Comment les élèves doivent-ils se préparer ?
Pour les examens, c’est un procédé qui a débuté depuis la Grade 7. Il y a donc un travail continu à faire qui comprend aussi le rattrapage de ceux qui sont académiquement faibles. Il y a aussi des évaluations qui se font en Grade 8. Ainsi, en intégrant la Grade 9, l’étudiant connaît déjà ses forces et ses faiblesses et par conséquent où il doit concentrer plus d’efforts. Cela doit se faire avec le support des parents.

Comment garder le rythme tout au long de l’année ?
Dans les institutions scolaires, des responsabilités sont allouées à des chefs de département, des Form Teachers et à des Section Leaders. Ces derniers doivent faire ce travail de support afin que l’enfant reste soutenu dans ses efforts tout le long de l’année. Il est aussi important que les parents puissent communiquer avec l’école en cas de constat de relâchement de la part de l’enfant. Là, il est important que cette communication ne prenne pas forcément la forme d’une plainte comme c’est souvent le cas mais plutôt une collaboration. Il y a donc un système de communication qui doit être mis en place car un enfant reste un enfant, son attention s’amenuisera.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Exposition de tableaux : Hazra et Nazia inspirées par la Covid-19

Hazra Purdasy et Nazia Ramkoleea, deux professeures de dessin du collège Le Lycée Mauricien, exposent …