dimanche , 28 novembre 2021

Mère courage : Sultana Begum veut voir réussir ses enfants

Cette habitante de Hermitage, qui vient d’une grande fratrie, avait épousé un Rodriguais qui s’était converti pour fonder avec elle une famille.

La vie n’a pas été tendre envers Sultana Begum-Ollite et elle a dû affronter plusieurs épreuves pour élever seule ses deux enfants. Son époux est décédé d’hypertension alors que sa fille avait dix ans et son fils quatre ans. Commence alors pour elle une lutte quotidienne pour joindre les deux bouts, car c’était lui qui s’occupait du ménage. Sultana doit trouver les moyens pour payer le loyer de sa modeste demeure et nourrir ses enfants. Pour y arriver, elle cumulera plusieurs petits boulots – femme de ménage, garde malade. « Mais sa osi pas assez, alor mo ale fer ene de ti travay kot mo gagn Rs 100, Rs 200 et ek samem mo asté ene ti commission », dit-elle.

Sa fille, Nabila âgée de 18 ans aujourd’hui, nous dit que sa mère a toujours acheté que les provisions de base. « Couma disik, dilait, la farine ek dibere zamé nou fer gaspiyaz », souligne-t-elle. Elle ajoute avec un regard hésitant envers sa mère qu’elle n’a jamais connu le luxe de pouvoir s’octroyer quelque chose qu’elle désirait ardemment. D’ailleurs, Sultana indique qu’elle n’achète jamais de vêtements et tout ce que ses enfants et elle possèdent, leur a été donné par les bonnes âmes de leur entourage. Elle est reconnaissante pour l’aide qu’elle perçoit. « Mo remercier Allah ki mo resi gagne un peu dimoune ki fini donne moi ene ti commission ou bien mem ine aide moi un peu pour paye lecon mo tifi », déclare-t-elle.

L’éducation de ses enfants

Car effectivement, malgré cette situation difficile, sa fille est une jeune étudiante brillante qui a le potentiel de bien réussir et d’aller loin. Nabila est en HSC et elle a décroché 20 unités aux examens de School Certificate. La jeune fille a des rêves : elle veut porter la toge noire de l’avocat ou la robe blanche du médecin et elle croit sincèrement qu’elle pourra sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Mais pour cela, elle compte sur la générosité d’autrui. Nabila a besoin de pastpapers en mathématiques, en chimie et en physique pour pouvoir travailler et se préparer pour ses examens qui auront lieu l’année prochaine.

Déjà qu’elle a beaucoup souffert lors du confinement de l’année dernière, pendant lequel elle a manqué de nombreuses classes en ligne, car elle n’avait pas un bon téléphone et une bonne connexion internet. « Mo ti pou bien contan, si kikene kapav aide moi gagn ene laptop pou mo tifi pou li gagn faire so bane recherches ek sirtou pou ki lot lané li kapav ale liniversite. Li pe travay dir pou li gagne ene la bourse mais li pou bizin en ecomputer pou fer so bane devwar », laisse entendre cette mère qui veut voir ses enfants réussir à tout prix.

Cette famille, qui vit quasiment au jour le jour, a beaucoup souffert pendant le confinement, car elle n’avait pas de nourritures en stock. Elle a dû vivre en mangeant des rotis « ek bwar dite pir ». Sultana ne pouvant plus compter sur les petits boulots, elle s’était retrouvée sans le sou. Cependant, Nabila, comme sa mère, garde confiance dans le Créateur et elle souhaite devenir indépendante. Depuis son jeune âge, sa vie et celle de sa famille n’ont pas été un long fleuve tranquille et elle dit vouloir avoir « ene bon poste pouki pou mama nepli bizin ale travay partou, partou ek pou kapav soutenir mo ti frère. » Cette jeune fille a toujours gardé confiance que son Créateur ne la laissera jamais tomber et elle se souvient qu’elle avait besoin de leçons de ‘physics’ et elle a supplié Dieu pour trouver une solution, car sa mère ne pouvait se le permettre. « Par la grâce d’Allah, un professeur me donne des leçons gratuitement », fait-elle ressortir.

L’appel est lancé pour cette famille qui estime que toute aide est la bienvenue et croit que celui qui tend une main secourable à ceux dans le besoin, sera récompensé ultérieurement. Il s’agit aussi de ne pas oublier que l’éducation peut être un tremplin pour une ascension sociale et chaque enfant mérite d’avoir la chance de réussir. Vous pouvez appeler Sultana ou Nabila sur le 5826 4090 ou le 5742 7664.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Restriction dans les lieux de culte : «Inacceptable», martèle Paul Bérenger

«Inacceptable. C’est le cafouillage total. Que cessent les incompétences successives de ce gouvernement. Kailash Jagutpal …