samedi , 23 octobre 2021

Marché du travail : l’avenir de l’emploi dans le monde post-Covid

La pandémie de Covid-19 a été dévastatrice pour l’économie mauricienne. Les experts économiques soulignent que la Covid-19 a accentué la perte d’emplois et prévoient une crise mondiale de l’emploi. Cependant, les experts mauriciens sont moins pessimistes et estiment que certains secteurs peuvent être pourvoyeurs d’emplois.

Les chiffres récents pour le premier trimestre 2021 démontrent que le nombre de chômeurs a augmenté de 12 000. Au premier trimestre de 2021, le nombre de jeunes chômeurs âgés de 16 à 24 ans était estimé à 18 600 (8 900 hommes et 9 700 femmes) contre 17 300 (9 000 hommes et 8 300 femmes) au premier trimestre 2020. Selon les chiffres du ministère du Travail, de janvier 2021 à août 2021, 6 673 personnes ont déjà perdu leur emploi. La perte d’emplois est le résultat des problèmes financiers rencontrés par les entreprises. Cependant, les acteurs du marché du travail pensent toujours que Maurice peut relever le défi et préserver l’emploi.

Siddicq Phoolchand, fondateur et directeur de Succexa Ltd, explique que la pandémie a fortement affecté l’emploi et que les jeunes sont les plus vulnérables. « Certaines personnes sont prêtes à travailler pour un salaire inférieur à celui qu’elles gagnaient auparavant. Certains ont créé leur entreprise depuis quelques mois, mais devraient finalement mettre la clé sous le paillasson. Nous avons également remarqué que les titulaires d’un diplôme et d’un MBA acceptent des emplois de bas niveau quand ils ont été licenciés », lance-t-il.

Plusieurs défis

De son côté, Ilrshaad Goolamally de 2Train2Employ explique que les principaux enjeux post-Covid-19 ont trait à la création d’emplois. « La création de nouveaux emplois et la stimulation de l’esprit d’entreprise, en se concentrant sur les jeunes les plus vulnérables et en les incitant à travailler, est un défi à relever. Tout comme celui lié à la formation. Des questions subsistent : comment amener plus de jeunes à étudier et à se former pour combler les lacunes de compétences qui ont pu survenir en raison des perturbations pendant la pandémie ? » dit-il. Selon lui, le troisième défi sera les programmes de réintégration. « Ces programmes devront être axés sur la manière dont ces jeunes qui ont perdu leur emploi devraient être soutenus par le biais de services d’emploi, de programmes d’entrepreneuriat et de programmes qui ciblent leur entrée ou leur retour au travail », dit-il.

Les secteurs à exploiter

Comme la Covid-19 a touché un grand nombre d’industries, il devient impératif d’accorder une attention particulière aux secteurs qui sont toujours en forte demande et le resteront dans l’ère post-Covid.

Selon nos interlocuteurs, la Covid-19 a eu un impact considérable sur toutes les couches de la société, a paralysé la libre circulation des personnes et a gravement mis en danger notre économie. Cependant, on se réjouit que des secteurs aient senti l’opportunité et sont prêts à élaborer des stratégies avec des innovations. « Ces secteurs pourraient également être à la recherche de professionnels capables d’ajouter de la valeur, créant ainsi une opportunité d’emploi », avance-t-on.

Les secteurs qui doivent être exploités sont :

1. Technologie

Siddicq Phoolchand explique que de nombreuses sociétés informatiques internationales sous-traitent des emplois informatiques à Maurice en réduisant les coûts humains de leurs pays d’origine. « Les emplois informatiques comprennent le développement de logiciels, les tests, l’infrastructure, le conseil et l’assistance. Selon notre bilan, le nombre d’emplois informatiques a augmenté de 47% par rapport aux années 2019 et 2020. Nous encourageons donc fortement nos jeunes à poursuivre leur carrière dans ce domaine, car nous pensons qu’il y aura toujours une forte demande pour les postes informatiques dans les 15 prochaines années », souligne-t-il.

2. Technologie de l’éducation

La politique nationale d’éducation a été encourageante avec des réflexions progressistes sur l’avenir de l’éducation, explique Siddicq Phoolchand. « À l’heure actuelle, où toutes les écoles et tous les collèges fonctionnent au ralenti ou en mode virtuel via des cours en ligne, il est intéressant de voir l’essor des cours en ligne et de l’éducation en ligne. Cela donnera l’opportunité aux tuteurs d’être recrutés pour des cours en ligne tout en leur permettant de faire d’autres choses comme créer leur propre entreprise. La pandémie a accéléré la croissance des entreprises d’Ed-tech », dit-il.

3. Centre d’appels

Selon Siddicq Phoolchand, les entreprises internationales choisissent Maurice pour externaliser leurs opérations de télémarketing. « De nombreux Call Centres à Maurice recrutent massivement, notamment ceux de France. Il existe de nombreux emplois dans les centres d’appels, mais le principal défi à Maurice est que tout le monde n’est pas enthousiaste ou n’a pas la capacité ou les compétences pour travailler sur des activités de télémarketing », lance-t-il.

4. E-commerce

La pandémie a augmenté la vague d’acheteurs en ligne, selon Siddicq Phoolchand. « On peut voir un changement dans les habitudes de consommation, et cela devrait durer longtemps, même après la Covid-19. Les experts sont d’avis que le commerce électronique va croître. Les achats mobiles connaissent une augmentation. On s’attend à ce que l’industrie du commerce électronique atteigne plus de 200 milliards de dollars au cours des huit prochaines années, soit six fois plus que son opportunité de marché à partir de 2018 », estime-t-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Judiciaire : le barreau accueille 26 nouveaux avocats

Le barreau mauricien compte 26 nouveaux adhérents. Ils ont prêté serment le mercredi 22 septembre …