dimanche , 24 octobre 2021

Judiciaire : le barreau accueille 26 nouveaux avocats

Le barreau mauricien compte 26 nouveaux adhérents. Ils ont prêté serment le mercredi 22 septembre 2021 à la nouvelle Cour suprême de Port-Louis devant le Chef juge Asraf Caunhye. STAR s’est entretenu avec quelques-uns d’entre eux.

Liya Yousrah Um II Hanna Namdarkhan : « Je suis avocate par passion »

Yousrah Namdarkhan est soulagée surtout avec la crise sanitaire et ces moments de profonde incertitude. Elle est très heureuse de porter à présent la toge d’avocate et est impatiente de faire ses débuts en cour. Elle travaillera à l’étude de Me Nargis Bundhun, Senior Counsel.

Yousrah Namdarkhan a fait ses études secondaires au collège Queen Elizabeth avant d’entamer ses études tertiaires à l’université de Maurice. Par la suite, elle a obtenu un diplôme en droit à la BPP University de Londres et à la BPP University de Leeds. De retour à Maurice, elle a entamé son « pupillage » à l’étude de Me Ally Rojubally, avoué, et à l’étude de Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, aux Jurist Consult Chambers et à Venture Law Ltd. « Il faut quelques années d’expérience pour pouvoir faire un choix entre les affaires civiles ou les affaires criminelles. Mais n’empêche que j’ai à un penchant pour les affaires civiles », dit-elle.

Elle remercie ses parents et en particulier son père. « C’est un homme d’exception qui s’est assuré que mon parcours professionnel s’oriente dans la bonne direction », souligne-t-elle. Elle remercie du fond du cœur sa mère ainsi que Yusha pour son dévouement, Najaah, Eyva, Dil, Yaasin et Yumna, ses « piliers quotidiens ».

Muhammad Abdalaliyy Farhad lsmael Aumeer : «Le grand nombre d’avocats n’est pas un problème»

Muhammad Abdalaliyy Farhad lsmael Aumeer, le fils du député Farhad Aumeer, rayonnait de joie lors de sa prestation du serment cette semaine. Entouré de ses parents, il portait fièrement la toge noire après quatre ans de sacrifice et de dur labeur. D’emblée, le nouvel avocat rend hommage à ses parents pour leur soutien indéfectible.

Après ses études au collège du St-Esprit, Abdalaliyy Aumeer s’envole pour l’Angleterre pour son LLB à l’université de Buckingham. En 2018, il intègre le King’s College London pour son Master en International Tax Law. En 2019, c’est à la City University London qu’il poursuit ses études avant de prêter serment au Middle Temple. De retour à Maurice, il débute son « pupillage » au bureau de Me Ayesha Jeewa, avouée. Il passe 6 mois chez Me Antoine Domingue et à la firme de droit international Appleby, dirigée par Me Yahia Nazroo. D’ailleurs, au mois d’octobre, il va intégrer la firme Appleby pour travailler et continuer à apprendre.

Parlant de la profession d’avocat, le jeune homme souligne que « le grand nombre d’avocats sur le marché n’est pas un problème ». « Il suffit d’être résilient et montrer de bonnes aptitudes et mettre les bouchées doubles pour se faire un nom dans ce monde qui évolue », fait-il ressortir. Abdalaliyy Aumeer, un passionné de photographie, confie qu’il ne marchera pas sur les traces de son père pour faire de la politique active. « Je servirai mon pays à ma façon », lâche-t-il. Enfin, il remercie ses Pupil Masters pour leur soutien et leurs précieux conseils.

Mohammud Faraaz Khan Khedoo : « Mon père aurait été fier de moi »

De la filière scientifique au domaine judiciaire. C’est le saut qu’a fait Mohammud Faraaz Khan Khedoo au cours de son parcours académique. En effet, au collège Royal de Curepipe, il a tout le temps opté pour des matières scientifiques. « C’est peu après la Form V que j’ai vraiment commencé à être attiré par la profession d’avocat. Pour décrocher une place à l’université de Maurice pour le LLB, il fallait obligatoirement avoir 3 A aux examens du HSC en raison de la rude concurrence pour ce programme d’études », raconte-t-il.

Par la suite, Faraaz Khan Khedoo a poursuivi avec un LLM à l’University of Central Lancashire en Angleterre où il a fait ses études du barreau avant de prêter serment à la Honourable Society of the Middle Temple. De retour à Maurice, il a fait son « pupillage » pendant trois mois chez l’avoué Rampartab et ensuite chez Imtihaz Mamoojee Chambers pour une durée de neuf mois. « Je suis soulagé à présent mais aussi fier de mon parcours. Le dur labeur a fini par porter ses fruits. La Covid-19 n’a certes pas rendu la tâche facile », confie-t-il.

Dans l’immédiat, Faraaz Khan Khedoo ne sait pas s’il optera pour une filière de spécialisation ou s’il compte se mettre à son propre compte. Le jeune avocat rend grâce au Créateur pour ses innombrables faveurs et a une pensée spéciale pour son père, décédé l’année dernière. « Il aurait été fier de moi, j’en suis convaincu », dit-il ému. Il a également des mots élogieux pour sa mère, ses frères et son oncle maternel qui l’a guidé dans son choix de carrière.

Mohammad Tahir Niamut : « Faire une différence dans la vie des gens »

C’est avec un petit pincement au cœur que Mohammad Tahir Niamut, 26 ans, a prêté serment cette semaine. Il ne pouvait s’empêcher d’avoir une pensée pour ses parents, tous deux décédés alors qu’il poursuivait ses études. Mais le jeune homme se dit toutefois soulagé après tant d’années de sacrifice. « La Covid-19 a également joué les trouble-fêtes, car la cérémonie de prestation de serment a dû être repoussée. C’était stressant pour nous tous », souligne-t-il.

Tahir Niamut était un bousier de l’État, car en 2012, il s’était classé 9e dans la filière Art au collège Royal de Curepipe. Il avait alors mis le cap sur Londres pour son LLB et ensuite à Bristol pour ses études du barreau. De retour à Maurice, il a fait son « pupillage » à l’étude Guy Rivalland sous la supervision de Me Joséphine Robert et ensuite chez Imtihaz Mamoojee Chambers. Pour l’heure, il ne sait pas s’il compte se spécialiser dans un domaine quoiqu’il avoue avoir un penchant pour le litige. « C’est une profession qui est toujours noble surtout lorsqu’on a à cœur de faire une différence dans la vie des gens », laisse entendre cet habitant d’Arsenal. Il ajoute qu’il était passionné par la profession d’avocat depuis tout petit et qu’il s’est aussi inspiré de son frère aîné, Javed, qui est avocat en Corporate.

Tahir Niamut tient à remercier son épouse Sumayyah Sahebally-Niamut, ses beaux-parents, Issmed et Sultana Sahebally, ainsi que ses deux frères Javed et Yasin Niamut. « Je dédie cette réussite à mes parents qui, je suis certain, auraient été fiers s’ils étaient encore là », conclut le jeune avocat.

Muhammad Hishaam Ibn Hassan Gendoo : « La persévérance aidera à surmonter les difficultés »

C’est entouré de ses parents que Hishaam Gendoo a prêté serment comme avocat cette semaine. Selon ses proches, il était encore enfant lorsqu’il aspirait à devenir avocat pour défendre la bonne cause. Après ses études au collège John Kennedy, il s’inscrit à l’University of Central Lancashire pour entreprendre des études de droit. En novembre 2019, il met le cap sur l’Angleterre pour une année d’études à l’université de Northumbria à Newcastle.

De retour à Maurice, il se joint aux Peeroo Chambers et par la suite, il continue son « pupillage » aux Daureeawoo Chambers. Hishaam Gendoo rejoint ensuite l’étude de Me Hajee Abdoola, avoué, pour parfaire ses connaissances en matière juridique. Pour le moment, il n’a pas encore décidé quelle orientation il compte prendre pour les affaires en cour. Mais il a une préférence pour les affaires criminelles qui, selon lui, sont « captivantes et pleines d’énigmes ». En tant que nouveau venu dans ce métier, il dit compter beaucoup sur les conseils de ses aînés. « En dépit du nombre élevé d’avocats à Maurice, il y a de la place pour tout le monde. Je crois que la persévérance aidera à surmonter les difficultés », dit-il.

Me Hishaam Gendoose dit être à jamais redevable envers son père, Hassan, et sa mère, Yasmin. « Aujourd’hui je réalise que sans mes parents je n’aurai jamais pu porter la toge d’avocat. Je demande à Allah de toujours garder mes parents en bonne santé », laisse-t-il entendre. Il remercie ses Pupil Masters, ses amis et sans oublier sa sœur, Zaynah.

Muhammad Mujaddid Soodhun : « Impatient de faire mes premiers pas au barreau »

Après avoir prêté serment, mercredi, Mujaddid Soodhun, nous a déclaré qu’il est pleinement conscient de ses responsabilités et qu’il espère être à la hauteur de sa lourde tâche. « Je suis fier de faire partie de ce corps de métier noble qui consiste à défendre les intérêts des personnes en toute équité. Je suis impatient de faire mes premiers pas au barreau mauricien », confie-t-il.

Mujaddid Soodhun a fait ses études aux collèges New Eton et St-Esprit. Il a fait ses études de LLB à UCLAN Mauritius de 2015 à 2018 avant de s’inscrire à l’université de BPP. En 2019, il a prêté serment au Lincoln’s Inn en Angleterre. De retour au pays, il a fait son « pupillage » chez Me Gavin et Me Azam Neerooa. Il a poursuivi son apprentissage au bureau de Me Sirdath Howaldar et Me Bhanji Soni avant de terminer chez Me Sheffick Sookia, avoué.

Le jeune avocat n’a pas encore décidé s’il compte s’orienter vers le droit pénal ou le droit civil. Abordant les problèmes liés à la Covid-19, il souhaite que la situation économique du pays s’améliore avec l’aide du Créateur. Pour conclure, il remercie ses parents et ses Pupil Masters ainsi que ses amis qui l’ont soutenu pour que son rêve soit une réalité.

Les nouveaux avocats

1. Ritvik Varaden
2. Koumarah Sanassee Appadoo
3. Rashmi Sumbal
4. Nishita Devi Horill
5. Marie Dominique Emilie Aliphon
6. Muhammad Hishaam Ibn Hassan Gendoo
7. Diksha Caussy
8. Ezra Colimalay
9. Muhammad Mujaddid Soodhun
10. Ourvashee Luchoo
11. Hiteshwar Gunesh
12. Tanalutchmee Djodee Coopoosamy
13. Chitranjana Ramdewar
14. Tanveer Huldarowa
15. Muhammad Abdalaliyy Farhad lsmael Aumeer.
16. Liya Yousrah Um II Hanna Namdarkhan
17. Venusha Autar Hemrazsing
18. Sonali Doolooa
19. Shaheen Acktar Cheeroo
20. Deishiny Anjali Payneeandy
21. Mohammud Faraaz Khan Khedoo
22. Mohammad Tahir Niamut
23. Divesh Sharma Gangadin
24. Shaiya Beechook
25. Dave Yanish Cheetoo
26. Lutchmee Manda Soobrayen

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Marché du travail : l’avenir de l’emploi dans le monde post-Covid

La pandémie de Covid-19 a été dévastatrice pour l’économie mauricienne. Les experts économiques soulignent que …