lundi , 1 juin 2020
Dr Zayd Sahebally

Dr Zayd Sahebally : ses recherches publiés dans des revues spécialisées

À 29 ans, Dr Zayd Sahebally, spécialiste en chirurgie générale, a participé fait publier ses trois travaux dans des revues médicales internationales. Il compte entamer maintenant une étude sur les drogues de synthèse.

Si vous tapiez le nom de Zayd Sahebally sur un moteur de recherche sur internet, vous seriez surpris de voir le nom de ce jeune homme figurer parmi ceux qui ont fait des recherches avancées sur la gynécologie, la chirurgie et l’anesthésiologie. Ce jeune habitant de Triolet est le premier médecin de sa famille. Dr Zayd est reconnu mondialement pour ses trois travaux de recherche médicale.
Il souligne qu’au cours de son affectation dans différents départements, il a eu l’opportunité de faire des travaux de recherche qui ont grandement contribué à faire avancer la science medicale. Il précise que ses travaux visent à aider les médecins à améliorer la qualité des soins accordée aux patients et à réduire la morbidité et la mortalité.

Ses premiers travaux qui datent de juin 2014 étaient axés sur la médecine thérapeutique et la gynécologie. Il s’est penché sur le cas d’une patiente stérile diagnostiquée avec une agénésie unilatérale des trompes de Fallope. « J’ai procédé à un examen dans le but de déterminer les causes possibles de ces anomalies. L’agénésie congénitale de l’annexe unilatérale est une affection qui a rarement été décrite. J’ai donc profité de l’occasion pour écrire à ce sujet. Mon travail a été accepté et a ainsi été publié », dit-il. Cette recherche a démontré que les pathologies tubaires controlatérales peuvent contribuer à l’infertilité.

Il a ensuite enchaîné avec des travaux sur les maladies hépatobiliaires et pancréatiques. Grâce aux résultats obtenus lors de cette recherche, les chirurgiens du monde entier peuvent revoir le traitement de l’insuffisance hépatique. Encore une fois, Zayd a permis à la science de faire une grande avancée car cette recherche a indiqué que la maladie du greffon contre l’hôte (GVHD) est associée à une mortalité élevée et ainsi un diagnostic précoce est essentiel pour commencer le traitement et pour améliorer les résultats chez les receveurs de foie.

Dr Zayd SaheballyPuis l’oxycodone, utilisé pour soulager la douleur, a fait l’objet de ses travaux de recherche. Zayd indique que les résultats de sa troisième recherche figurent dans l’International Clinical Trial Registry Platform de l’OMS. Ses travaux vont aider les anesthésistes à mieux gérer et évaluer les effets de l’oxycodone.

Il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Vu que Maurice fait face à des problèmes de drogues synthétiques, le jeune médecin veut apporter sa contribution au combat pour endiguer ce fléau. Ainsi, il compte se lancer dans une recherche approfondie sur les drogues de synthèse. « La consommation des drogues synthétiques est en hausse à Maurice. Les jeunes devraient être sensibilisés aux effets désastreux de ces drogues. En tant que citoyen et médecin mauricien, je veux essayer de trouver des solutions ou des traitements possibles pour les toxicomanes et publier les résultats de mes travaux. J’ai noté que les voies urinaires des accros aux drogues synthétiques, principalement ceux consommant la kétamine et des amphétamines, se détruisent. Leurs examens ont prouvé mon hypothèse. Donc, je prévois de mener une enquête plus approfondie à ce sujet», dit-il.

Zayd a travaillé jour et nuit pour mener à bien ses travaux de recherche. « Beaucoup de sacrifices étaient nécessaires. Je me suis inscrit pour assister à une greffe de foie. Parfois pendant deux heures je suis encore sur pied et dès que nous terminons, j’emporte l’échantillon de foie au laboratoire pour faire des analyses. Je demandais des conseils à différents professeurs, chirurgiens et spécialistes pour pouvoir réaliser toutes ces recherches », raconte-t-il.

La plupart de ses recherches ont été financées par une institution et il apprécie vraiment l’aide qu’il a reçue.

Rêve d’enfance réalisé

Avec sa détermination et sa persévérance, Zayd a pu réaliser le rêve de son enfance : être chirurgien. « être chirurgien n’était pas seulement mon rêve mais aussi celui de mes parents. Je ne souhaitais pas devenir médecin pour être riche ou pour me barder de diplômes, mais je voulais devenir médecin pour servir l’humanité et mon pays », dit-il.

Il sait bien que le chemin qu’il a emprunté est hérissé d’épines mais il ne pense pas baisser les bras. Il ne veut pas être un médecin uniquement pour les patients mais aussi pour les nécessiteux. « J’essaye de mon mieux de travailler dans ce sens. Je veux être fier d’avoir accompli mes devoirs envers tous mes patients », laiss-t-il enetendre.

Pour le moment, Zayd ne peut pas s’inscrire en tant que specialiste et a commencé son pre-registration training à l’hôpital SSRN à Pamplemousses. N’empêche il continue à travailler avec le même enthousiasme et poursuit ses recherches.

Son parcours en Chine

Ancien étudiant de collège Royal à Port-Louis, Zayd s’est envolé pour la Chine en 2008 pour entamer son MBBS à l’université de Zhejiang. Puis en 2014, il a poursuivi sa spécialisation (maîtrise) en chirurgie générale à la même Université. De plus, il a aussi suivi une formation sur les minimal invasive surgeries et laparoscopic surgeries. Sa thèse de fin d’études était également liée aux chirurgies laparoscopiques. Pendant sa spécialisation entre 2014 a 2017, il a participé et aidé plus de 200 patients à travers les chirurgies laparoscopiques, dont entre autres, la cholécystectomie, la gastrectomie, la splénectomie, l’hépatectomie, la néphrectomie.

Il explique qu’en Chine, il a eu l’opportunité d’ausculter de nombreux patients. « Mon université compte six hôpitaux affiliés rattachés à des centres de recherche. À l’heure actuelle, les laboratoires sont équipés d’une série d’instruments à la pointe de la technologie à grande échelle. En plus, l’établissement offre un soutien de premier ordre et les meilleurs services aux étudiants diplômés et aux chercheurs de l’École de médecine de l’Université du Zhejiang et des institutions de recherche voisines », ajoute-t-il.

Au cours de ces dix dernières années, Zayd a fait beaucoup d’efforts et de sacrifices pour réaliser ses rêves. « La vie en Chine n’était pas en rose. Il fallait travailler dur pour réussir. Il y avait certainement de hauts et des bas. Mais avec le courage que le Créateur m’a donné, j’ai réussi », révèle-t-il. Même si en Chine, il avait un brillant avenir, il a voulu retourner vivre auprès de ses parents dans son pays natal. « Mes parents m’ont soutenu tout au long de ma carrière. Maintenant c’est a moi d’être à leurs côtés. En plus j’adore Maurice. En outre je veux faire quelque chose pour l’avancement de mon pays dans le domaine médical », confie-t-il.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

Nafeesa Mofeejuddy-Eradhun

Nafeesa Mofeejuddy-Eradhun : une femme chef aux multiples talents

Nafeesa Mofeejuddy-Eradhun, d’origine mauricienne et établie à Abou Dabi depuis plusieurs années, est diplômée en …