mardi , 2 mars 2021
L’équipe de la JCI Beau-Bassin/Rose-Hill.

Dans l’après-Covid-19 : Nabiil Bhankarally veut créer de nouvelles opportunités

Jeune et dynamique, Nabiil Bhankarally, le nouveau président de JCI Beau-Bassin/Rose-Hill, dont l’objectif est de créer de nouvelles opportunités post-Covid-, est déterminé à apporter plus de changements positifs au sein de la communauté.

Talent Acquisition Specialist à MANTU Consulting Group, Nabiil Bhankarally, 27 ans, a de nouvelles responsabilités cette année en tant que président d’une organisation regroupant les jeunes âgés de 18 à 40 ans. Cette année sous sa présidence, plusieurs défis l’attendent face à la crise sanitaire. Etre le président de cette prestigieuse organisation le comble de joie. « J’ai décidé de faire partie de la famille JCI car depuis mon enfance j’ai toujours été habité par le désir d’aider la communauté, que ce soit sur le plan économique, social ou environnemental et j’ai constaté que les projets de la JCI Beau-Bassin/Rose-Hill sont très pertinents pour réduire les difficultés sociales actuelles », dit cet habitant de Vacoas.

Afin de mieux servir la communauté et améliorer son développement personnel, il a rejoint l’organisation locale en 2019 et s’est vu confier le poste de trésorier en 2020. Les membres de son conseil local sont Jeetanand Nunkoo (Aki), Lubna Isseljee, Dhanishta Kowlessur et Diksha Beeharry. Selon notre interlocuteur, face à la crise sanitaire, son équipe et lui vont se concentrer sur trois projets principaux cette année. « Notre premier projet sera l’organisation d’une journée de l’emploi et d’un Salon Carrière formation dans la région de Beau-Bassin/Rose-Hill. Des formations et de sessions de coaching gratuites seront tenues pour rediriger les personnes vers des secteurs d’emploi plus exigeants en termes de valeur ajoutée et pour améliorer leur employabilité. Nous sommes impatients de travailler main dans la main avec les autorités concernées afin d’atteindre notre objectif », fait-il ressortir.

«Anou Planter»

Le deuxième projet selon lui, est intitulé «Anou Planter». Un projet qui vise à encourager la population à devenir plus autonome et autosuffisante. « L’objectif sera de sensibiliser les gens à commencer à cultiver leurs propres légumes dans des conteneurs facilement accessibles et des sessions de formation seront dispensées aux personnes intéressées afin d’améliorer leurs connaissances agricoles. La valeur ajoutée du projet est que les efforts des gens qui seront intéressés seront suivis de près et ils se verront proposer le soutien nécessaire pour satisfaire leurs besoins », avance le président.

Le troisième projet consiste à rééduquer les gens sur l’importance d’avoir une alimentation équilibrée. En outre, des programmes de formation et de coaching personnel ainsi que des campagnes de sensibilisation massives seront organisées pour prévenir l’abus de drogues. Il espère pouvoir travailler en collaboration avec d’autres institutions afin que les projets soient couronnés de succès.

Les défis à relever

Nabiil se rend bien compte que diriger une organisation n’est pas toujours facile et qu’il a son lot de défis à relever. « Le principal problème auquel il est confronté actuellement au sein de son organisation locale est le manque de volontaires disponibles pour venir aider dans la réalisation des projets. « Parfois, il y a tellement d’opportunités dans nos activités, mais nous avons du mal à trouver suffisamment de citoyens actifs pour travailler à l’amélioration de la société. C’est pourquoi l’accent est fortement mis sur la visibilité et le recrutement de nouveaux membres cette année », ajoute le jeune homme.

Il précise aussi que l’organisation n’arrive pas à trouver de l’aide financière pour réaliser les différents projets. « Nous espérons obtenir le soutien d’institutions gouvernementales clés et de sponsors/partenaires du privé afin de changer positivement la vie de nombreuses personnes et de faire une différence dans le contexte local », dit-il.

Parcours professionnel

Après ses études en Management à l’université de Maurice en 2017, il a rejoint une société internationale en tant que spécialiste de recrutement. Puis, il a gravi les échelons pour devenir spécialiste en acquisition de talents chez MANTU Consulting Group. Actuellement, il prépare une maîtrise en International Business à Curtin University. Il confie que travailler dans un contexte global lui a permis d’améliorer ses compétences interpersonnelles et il a eu l’opportunité de faire des échanges avec des personnes au quatre coins du monde. «  C’est un métier qui m’intéresse beaucoup et j’aimerais devenir plus tard Business Development Manager », dit-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Cateeja Khodaboccus, centenaire : une «dadi» dynamique qui voyage et fait la couture

Vieillir est inévitable mais vieillir en bonne santé peut être une étape merveilleuse de notre …